Présentation du téléphone intelligent Nokia 6210 Navigator GSM/UMTS

Le smartphone Nokia 6110 Navigator a été le premier modèle conçu pour la navigation. La société était tellement pressée avec la sortie d'un tel produit qu'elle n'y utilisait pas Nokia Maps, le programme est apparu plus tard, mais le logiciel Route 66. Fonctionnellement, les deux solutions sont comparables, il n'y avait pas de différence pour l'utilisateur final car tels, et la navigation et les invites vocales étaient autorisées de la même manière, pour le même prix. Le coût moyen d'une telle solution, les caractéristiques habituelles du S60, mais le modèle n'est pas devenu populaire, il a eu de petites ventes. L'explication réside dans le fait que tous les autres smartphones S60 avec GPS qui sont sortis plus tard et qui avaient plus de fonctionnalités (meilleur appareil photo, écran, plus de programmes) fournissaient exactement le même niveau de navigation. Un appareil spécial ne fonctionnait pas, il n'avait pas de fonctions uniques, tout est au niveau des autres appareils. Un cas rare où le modèle a duré moins d'un an dans les rayons et a discrètement disparu. Le même sort attendra-t-il la deuxième génération du navigateur, le Nokia 6120 Navigator ?

Selon moi, la réponse à cette question est évidente. La société a tenté de créer un ajout "unique" à la fonctionnalité de l'appareil en proposant une fonction de boussole électronique, ainsi qu'en offrant aux utilisateurs un abonnement au service de navigation pendant 6 mois. Un tel ajout d'une fonctionnalité unique en vaut-il la peine ? Ce n'est pas trop critique pour la plupart, la différence avec les anciens modèles NSeries est encore une fois imperceptible. Cela ne nous permet pas de dire que l'appareil ne sera pas de niche, mais de masse. Malheureusement, nous sommes à nouveau confrontés au fait que la polyvalence des solutions sur le S60 ne permet pas à l'entreprise de créer un appareil de niche clairement différent de toutes les autres solutions.

Conception, dimensions, commandes

Il existe deux options de couleur disponibles, le noir et le rouge, qui semblent tous deux intéressants mais dont la perception est radicalement différente. Par exemple, la couleur rouge vise clairement la belle moitié, elle a l'air un peu plus pratique que le noir. Tout comme sur le Nokia N78, la face avant est toujours en plastique brillant, ce qui attire l'attention dans la vitrine. En conditions réelles, des traces de la joue, des mains restent en quelques secondes, l'aspect de l'appareil se dégrade. Si ce n'est pas si visible sur le boîtier rouge, cela peut être vu à l'œil nu sur le noir.

La surface arrière du téléphone, comme par contraste, est en plastique mat, rappelant un peu celle du Nokia 6220 Classic, il ne reste aucune marque dessus. Pendant votre conversation, tout le monde autour de vous peut voir un appareil propre, ils ne peuvent pas voir l'autre côté.

La qualité de fabrication du téléphone est bonne, j'ai particulièrement aimé les fiches en boucle qui recouvrent le connecteur microUSB sur le côté gauche, ainsi que la fente pour carte mémoire. Il est facile de retirer un tel bouchon et de le replier. Même avec une force excessive, la fiche peut être retirée de la boucle, il n'est pas difficile de l'installer en place. L'essentiel est de ne pas casser la monture, mais ce n'est guère possible.


La taille du smartphone est typique de la dernière génération d'appareils - 103x49x14,9 mm, poids 117 grammes. C'est légèrement plus grand que la taille moyenne des curseurs, mais pas beaucoup, vous ne pouvez pas appeler l'appareil gigantesque, bien qu'il soit perceptible dans une poche de chemise, et ce n'est pas si confortable dans un pantalon.

Il y a un indicateur lumineux au-dessus de l'écran, il ajuste le rétroéclairage de l'écran et du clavier, il y a aussi une caméra frontale pour les appels vidéo. Une bascule de volume jumelée et un bouton d'appareil photo ont été placés sur le côté droit. À l'extrémité supérieure, on trouve une prise audio 2,5, ainsi qu'un connecteur de chargeur (fin, 2 mm).

Le mécanisme de finition automatique fonctionne sans aucun problème, le mouvement est facile, la taille de l'appareil affecte. À l'arrière, vous pouvez voir un appareil photo de 3,2 mégapixels, un flash et un trou pour haut-parleur.

Afficher

L'appareil utilise un écran de 2,4 pouces avec une résolution QVGA (240 x 320 pixels, 36,7 x 48,9 mm). L'écran affiche jusqu'à 16 millions de couleurs, l'image est assez lumineuse, clairement visible dans diverses conditions. L'écran est tout à fait conforme à celui du Nokia N82.

Si vous comparez l'écran avec le Nokia N95, il sera comparable en utilisation quotidienne. En général, l'écran laisse une impression agréable, l'appareil n'est pas mauvais dans ce paramètre. L'écran affiche jusqu'à 8 lignes de texte et jusqu'à 3 lignes de service. Dans certains modes, jusqu'à 14 lignes de texte peuvent être affichées. La police est bien lisible.

Dans le soleil éclatant du printemps, l'écran s'estompe et fortement, même la diagonale ne sauve pas. Lorsque vous naviguez à pied, vous devez chercher un coin et regarder dedans, ou vous laisser guider par des invites vocales.

Clavier

Le bloc de touches de fonction est grand, bien espacé, il n'y a pas d'appuis erronés, bien que les boutons aient un trait doux. Sous la touche de navigation à quatre positions se trouve le bouton GPS, un indicateur y est inscrit, lorsque la navigation est en cours, même en arrière-plan, il clignote.

Le pavé numérique est en plastique, les boutons sont proches les uns des autres, mais très confortables, ils ont un bon mouvement. Le rétroéclairage des touches est blanc, peu lumineux, juste ce qu'il faut.

Batterie

Le téléphone utilise une batterie lithium-ion BL-5F d'une capacité de 950 mAh. Le choix de cette batterie semble étrange, car les NSeries disposent aujourd'hui de batteries d'une capacité de plus de 1000 mAh en standard (N82 - 1050 mAh, N78 - 1200 mAh). Il semblerait que pour un appareil de navigation où la consommation d'énergie est critique, il soit nécessaire d'installer une batterie avec la capacité maximale, mais cela ne s'est pas produit. Le calcul est apparemment basé sur l'utilisation d'un navigateur dans une voiture avec un cordon pour la recharge à partir de l'allume-cigare. Mais pas pour marcher. L'espace dans le boîtier vous permet d'installer une batterie haute capacité, mais cela n'est pas prévu pour cet appareil.

Selon le fabricant, le téléphone peut fonctionner jusqu'à 5 heures en conversation et jusqu'à 240 heures en veille. Temps de lecture de musique - jusqu'à 20 heures, enregistrement vidéo en qualité maximale - jusqu'à 140 minutes, lecture vidéo - jusqu'à 190 minutes.

En moyenne, la durée de fonctionnement de l'appareil est d'environ 2 jours dans les conditions des réseaux cellulaires de Moscou (à titre de comparaison, le Nokia N78 avec une charge similaire est d'environ 3 jours). En même temps, vous pouvez parler jusqu'à une heure et demie, prendre quelques dizaines de photos, enregistrer quelques minutes de vidéo et écouter la radio ou de la musique jusqu'à une heure. Le temps nécessaire pour charger complètement la batterie est d'environ 2 heures.

Nous donnons le temps de fonctionnement maximal dans différents modes :

  • Navigation GPS - 3 heures
  • Voir la vidéo - 4 heures
  • Navigation WEB (connexion EDGE) - 3 heures
  • Écouter de la musique avec des écouteurs : 19 heures
  • Radio - 12,5 heures
  • Jeux - 4 heures

Malheureusement, nous ne constatons pas d'augmentation critique du temps de fonctionnement de l'appareil en mode navigation, et c'est le mode principal du Nokia 6210 Navigator, l'appareil est typique de sa génération et de son architecture.

Mémoire

L'appareil dispose de 64 Mo de RAM, pendant le chargement, l'utilisateur a accès à environ 20 Mo de mémoire libre. C'est suffisant pour exécuter une douzaine d'applications, ainsi que pour afficher des pages Web "lourdes", l'appareil ne connaît aucun problème avec cela. Bien que dans le contexte du Nokia N78, qui est du même type que ce téléphone en termes de plate-forme (à la fois matérielle et logicielle), un peu plus de réflexion est perceptible lors du chargement des applications en mémoire, parfois lors de la navigation, le téléphone semble se figer, les cartes sont chargées, c'est lent.

L'utilisateur a accès à environ 120 Mo de mémoire dans l'appareil lui-même, il peut stocker toutes les données.

Cartes mémoire MicroSD, remplaçables à chaud, carte 1 Go incluse. La taille maximale des cartes mémoire n'est pas limitée, notre carte de 8 Go a été reconnue par l'appareil.

Spécifications matérielles

Pour un modèle peu coûteux, l'utilisation de la plate-forme TI OMAP 2420, comme dans le Nokia N82, est injustifiée, et la solution de Freescale est utilisée ici, il s'agit d'une plate-forme monopuce avec un processeur ARM 11 cadencé à 369 MHz. Il y a un détecteur de mouvement, mais il n'est utilisé que dans un certain nombre de modes.

Performances

En fait, un match complet avec le Nokia N82/N78, il n'y a aucune différence dans les tests synthétiques. Il s'avère que le modèle regarde le niveau des appareils S60 actuels, n'a ni plus ni moins à cet égard.

USB, Bluetooth

USB. Dans les paramètres USB, vous pouvez sélectionner l'un des 3 modes de fonctionnement :

  • Transfert de données (Mass Storage USB) - la mémoire du téléphone et la carte mémoire sont visibles, aucun pilote n'est requis, le système d'exploitation lui-même reconnaît le téléphone.
  • PC Suite : travaillez avec Nokia PC Suite, accédez à toutes les fonctions de l'appareil, sauvegardez toutes les informations, etc.
  • Impression d'images : imprimez des photos.

Le taux de transfert de données est d'environ 1 Mb/s.

Bluetooth. La version Bluetooth du smartphone est 2.0 avec prise en charge EDR. La machine prend en charge les profils suivants :

  • A2DP
  • AVCRP
  • BIP-ImagePush
  • DUN-GW
  • Serveur FT
  • HandsFree-AG (1.0)
  • Casque-AG
  • OBEX
  • Client OPP
  • OPPServeur
  • Serveur d'accès SIM

Le taux de transfert de données Bluetooth est de 100 Kb/s en moyenne. Nous avons testé le transfert du son stéréo vers un casque tel que Sony Ericsson DS970, le contrôle de la composition, le rembobinage, le saut fonctionne sans problème, en même temps, le nom de la chanson en cours ne s'affiche pas à l'écran.

Compensation d'exposition : cette fonctionnalité est intéressante pour certaines conditions spécifiques et peut vous aider à obtenir de meilleurs clichés. L'échelle va de -2 à +2 par incréments de 0,5.

Balance des blancs - Automatique, Ensoleillé, Nuageux, Incandescent, Fluorescent. Vous pouvez utiliser Sépia, Noir&Blanc, Négatif comme effets.

La valeur ISO est définie automatiquement par défaut, vous pouvez définir vous-même d'autres valeurs, mais ici, comme un certain nombre d'appareils photo, le fabricant ne définit que des plages, pas des valeurs spécifiques. C'est-à-dire que vous choisissez par exemple un ISO bas, il peut s'agir de valeurs allant de 60 à 200 ISO, une valeur moyenne jusqu'à 200 puis un ISO élevé. C'est une autre étape vers le marché de masse, une tentative d'isoler les détails techniques de l'utilisateur.

(+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG (+) augmentation, 2048x1536, JPEG ( +) zoom, 2048x1536, JPEG (+) zoom, 2048x1536, JPEG (+) zoom, 2048x1536, JPEG (+) zoom, 2048x1536, JPEG

L'option de prise de vue panoramique a l'air bien, elle se fait automatiquement, le téléphone colle lui-même la photo finale.

(+) agrandir l'image

Enregistrement vidéo. Lors de l'enregistrement d'une vidéo, le nombre de paramètres est bien moindre qu'en mode photo. Il existe un stabilisateur d'image logiciel, il est apparu pour la première fois dans le Nokia N80. Balance des blancs - automatique, ensoleillé, nuageux, incandescent, fluorescent. Comme effets, vous pouvez utiliser Sépia, Noir&Blanc, Négatif. Mode de prise de vue - uniquement automatique et nocturne. La résolution maximale est de 640x480 pixels, alors que le format est mpeg4, il est possible de désactiver l'enregistrement sonore (il n'y a pas de réglage de la qualité d'encodage, toujours 15 images par seconde). La durée totale d'enregistrement n'est limitée que par l'espace libre. A la résolution maximale, le zoom numérique est x4, avec QCIF il est déjà x8 (ici le format d'enregistrement est 3GP).

Nokia Maps 2.0 - Navigation

La fonctionnalité principale de Nokia Maps 2.0 est décrite dans le matériel correspondant sur FP2, je ne vois aucune raison de le répéter, nous ne donnerons qu'un certain nombre d'images du programme, mais parlons de nos impressions.

Le principal problème du Nokia 6210 Navigator est le manque d'unicité du logiciel de navigation. Tous les appareils équipés d'un récepteur GPS utilisent les mêmes cartes, exactement le même logiciel. La solution a été trouvée dans le fait qu'ils ont ajouté la fonction d'une boussole électronique, elle sera bien pratique en mode navigation piéton. Sur l'écran principal, une image d'une main secouant le téléphone apparaît, à gauche se trouve une boussole avec une flèche. Il suffit de secouer le téléphone, et la carte commence à se lier à votre position. Quelle que soit la façon dont vous tournez, la carte tournera toujours de manière à ce que l'image soit devant vous. La boussole électronique fonctionne sans problème, la fonction est agréable, mais peu nécessaire. Il peut être ajouté à n'importe quel smartphone d'entreprise doté d'un capteur de mouvement intégré.

Un autre changement est que la société propose une licence de 6 mois (Walk&Drive) qui inclut les invites vocales et la navigation. Il n'y a pas de forfait pour 6 mois sur le site de Nokia, une licence similaire pour 3 mois coûte 25 Euros, pour 12 mois 70 Euros. Il s'avère que les utilisateurs de Nokia 6210 se sont vu proposer des cartes préinstallées avec navigation pendant 6 mois, une décision délicate, car à l'avenir, il sera nécessaire d'acheter une licence soit pour un an, soit pour 3 mois. La plupart de ceux qui utilisent ce programme achèteront probablement des licences supplémentaires pendant un an.

D'après ce que j'ai aimé par rapport à un appareil spécifique. Touche de navigation, elle clignote lors de la détermination des coordonnées. C'est bien, mais la vérité est exactement la même chose qui se passe dans le Nokia 6220 Classic, il y a une touche sur la surface du côté gauche. Au soleil, l'écran s'estompe, on le voit moins bien. C'est un inconvénient très important pour la navigation piétonne.

C'est marrant, mais les points d'accès qui sont regroupés parfois "s'envolent", c'est le problème avec FP2, alors il faut les redéfinir, sinon la navigation est impossible. La deuxième version est beaucoup plus gourmande en termes de trafic. Nous avons dépensé environ 2-3 Mo de données sur un itinéraire, ce qui n'est pas si bon marché dans le trafic GPRS / EDGE. Si vous activez l'affichage de carte hybride, les coûts de trafic augmenteront. Pas un plaisir gratuit Comme cela peut sembler, malheureusement, le programme ne crée pas de cache de cartes, d'images, les télécharge à partir du réseau (les cartes elles-mêmes sont stockées en mémoire, mais les informations actuelles, ou les photos satellites, sont extraites de le réseau). Sur la question des cartes satellites, je peux me tromper, mais on ne sait pas d'où vient ce trafic dans le programme. Pour les réseaux de troisième génération prenant en charge HSDPA, travailler dans Nokia Maps ne sera pas difficile, et avec des taux de trafic épargnés, ce n'est pas si perceptible.

En fin de compte, si nous évaluons la supériorité du Nokia 6210 Navigator sur les autres smartphones S60 avec récepteurs GPS intégrés, force est de constater qu'il n'existe pas. De plus, le modèle a une plus petite quantité de RAM dans le matériel, manque de WiFi et est construit sur une plate-forme monopuce peu coûteuse. Tous ensemble, cela entraîne une baisse des performances, l'impossibilité de travailler avec les deux cartes et de nombreuses autres applications à la fois. Installer une batterie de petite capacité n'ajoute pas à l'optimisme, seulement trois heures de navigation piétonne, c'est extrêmement court.

Caractéristiques musicales

Pour être honnête, ce n'est pas un appareil dont il vaudrait la peine de parler en termes de musique, il y a une prise jack 2,5 mm sur le boîtier, l'ensemble comprend des écouteurs qui ne sont pas très bons pour l'écoute. Une autre chose est que si vous connectez vos écouteurs via un adaptateur, le son devient de mieux en mieux. Cela me paraissait inhabituel, et nous avons pris des mesures instrumentales en RMAA. A titre de comparaison, nous avons pris le smartphone musical Nokia 5320 XpressMusic et Nokia 5220 XpressMusic comme représentant de la plateforme S40. Étonnamment, le résultat était très, très inhabituel. En particulier, il n'y a presque aucune différence entre le Nokia 5320 et le Nokia 6210 Navigator en termes de qualité sonore, tout est au niveau de l'erreur statistique, le Nokia 5220 semble également subjectif, mais a un meilleur rapport signal sur bruit. Il s'agit d'une excellente démonstration de l'universalisation de la plate-forme pour les produits S60. Il s'avère que dans certains cas, la présence d'AIC33 dépasse, ce qui donne des modèles "musicaux" avec une prise jack 3,5 mm, un panneau de commande, et dans certains cas, ils n'en parlent pas, bien que le son des appareils soit le même . Il est clair que le lecteur logiciel est typique de la plate-forme, ceux qui souhaitent s'y familiariser sont invités au matériel correspondant.

Tests sonores dans RightMark Audio Analyzer :

Commentaire d'Alexander Dembowski :

Malgré le strict statut de "navigateur", le téléphone démontre des capacités musicales tout à fait décentes, tout à fait comparables à celles de la gamme d'appareils XpressMusic. Il est tout à fait possible que la même puce soit responsable de la lecture et de la sortie du son vers le casque.

Malheureusement, il n'y avait pas de place pour une prise jack 3,5 mm à part entière dans l'appareil, vous devez donc utiliser un adaptateur. Cependant, cela n'a aucun effet négatif tangible sur le son, le niveau du signal de sortie est suffisant pour des écouteurs intra-auriculaires décents.

Parmi les caractéristiques sonores, on ne peut que noter des hautes fréquences légèrement "abaissées", ce qui, à mon avis, devrait rendre le son un peu moins aigu.

Résultats généraux

Inégalité de réponse en fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +0,19, -0,92 Niveau sonore moyen, dB (A) : -84,0 Bonne plage dynamique, dB (A) : 84,0 Bonne distorsion harmonique, % : 0,015 Bonne Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,647 Médiocre Interférence de canal, dB : -77,7 Très bonne Intermodulation à 10 kHz, % : 0,133 Moyenne