Examen du smartphone GSM Rover S1

Rover Computers a fait ses débuts sur le marché des PDA avec le Rover P6, qui se distinguait par ses spécifications particulières et sa taille plutôt grande, ses ventes étaient moyennes. La sortie du modèle Rover P3 dans la période de vente précédant le Nouvel An (décembre 2002) a aidé l'entreprise à prendre pied sur le marché des PDA. Les ventes ont justifié des attentes même très audacieuses, les utilisateurs russes ont accepté avec plaisir un ordinateur de poche à petit budget d'une valeur de 300 $. La direction de l'entreprise lors de conversations informelles a longtemps évoqué l'intention de lancer un smartphone sous sa propre marque et, fin 2003, les plans ont été mis en pratique. Nous rencontrons le modèle Rover S1 (S - de l'anglais "Smartphone") - le premier smartphone russe. Ses avantages et ses inconvénients font l'objet de notre conversation aujourd'hui.

Mais l'appareil ne peut être appelé russe que conditionnellement (cependant, cela s'applique également à tout équipement informatique russe). Le modèle est produit par la société taïwanaise Wistron, Rover prend en charge la localisation de l'appareil, la distribution et le support.

Problèmes de terminologie

Avant de procéder à l'examen, clarifions certains problèmes liés à la terminologie. Si les termes "téléphone portable" et "ordinateur de poche" n'appellent pas d'explication pour la majorité, la frontière qui les sépare est intuitivement claire, alors il y a encore de vives disputes autour des termes "smartphone" et "communicateur", y compris sur le forum de notre site. Quelqu'un prétend qu'un smartphone est un téléphone avec des fonctions PDA, et qu'un communicateur est un PDA avec un module de communication cellulaire intégré. D'autres (dont Eldar Murtazin, rédacteur en chef de www.mobile-review.com, adhèrent à cette position) pensent qu'un communicateur est un appareil doté d'un clavier QWERTY intégré (conçu pour saisir de grandes quantités de texte, ce qui est nécessaire pour "communiquer" efficacement), et les smartphones n'ont pas un tel clavier. D'autres insistent sur le fait que la présence d'un écran tactile est le critère par lequel un communicateur peut être séparé d'un smartphone (par exemple, Sony Ericsson P900 est un communicateur, et Nokia 6600 est un smartphone selon cette approche). Aucune des positions n'est devenue dominante, même les ardents partisans d'une approche ou d'une autre s'embrouillent souvent et appellent les smartphones communicants et vice versa (dans la terminologie qu'ils défendent). Le débat continue.

Rover S1

Une telle division en "smartphones" et "communicateurs", à mon avis, est artificielle et injustifiée. Le développement de l'industrie des télécommunications et de l'informatique mobile jusqu'au milieu des années 90 du siècle dernier a suivi des voies parallèles. Le processus d'intégration inévitable a commencé avec l'avènement du Nokia 9000 Communicator en 1996. Depuis lors, nous avons observé deux tendances distinctes. D'une part, les téléphones ont commencé à absorber de plus en plus de fonctions traditionnellement inhérentes aux ordinateurs de poche. D'autre part, de plus en plus de PDA ont commencé à être équipés de modules de communication cellulaire (à la fois intégrés et externes). Le processus est irréversible, il ira tout aussi vite, avec un effacement quasi total des frontières (téléphones "ordinaires" et PDA "ordinaires", bien sûr, resteront, mais leur nombre sera minime). Et maintenant, il est déjà difficile de classer certains appareils. Comment, par exemple, nommer Sendo X avec le clavier attaché ? D'une part, il s'agit d'un smartphone classique sous Symbian OS, d'autre part, le clavier permet d'y saisir du texte assez rapidement (communicateur ?). Sur le troisième - extérieurement, il ressemble surtout à un téléphone portable ordinaire. Les difficultés de classification ne feront qu'augmenter avec le temps (par exemple, avec le rôle croissant des systèmes de reconnaissance vocale, l'écriture manuscrite, le changement de facteur de forme, les anciens critères cesseront tout simplement de fonctionner). Cela suggère une solution évidente - mettre les termes "smartphone" et "communicateur" comme synonymes. Mais la conversation ne serait pas complète si nous ne nous retrouvions pas avec une définition formelle.

Ainsi, un smartphone (également connu sous le nom de communicateur) est un appareil de poche mobile doté d'un système d'exploitation complet (Symbian, Linux, Windows Mobile pour Smartphone, Windows Mobile pour Pocket PC Phone Edition, Palm OS) et d'un -dans le module de communication cellulaire. J'admets pleinement qu'une telle position peut susciter la controverse, j'attends donc avec impatience les lettres et / ou les discussions sur notre forum. Mais on s'égare, passons directement à la critique.

Apparence et tests

Avant l'introduction du Rover S1, plusieurs appareils de cette classe étaient déjà sur le marché. Vous pouvez les appeler : MiTAC Mio 728, Eten P600 et de nombreux clones de la plateforme de référence de HTC (MDA, XDA O2, par exemple). Le modèle Rover S1 se compare favorablement à eux en taille - il est sensiblement plus petit (à la fois en longueur et en largeur, mais les appareils ont à peu près la même épaisseur). Les dimensions de l'appareil sont les suivantes - 109x68,5x21,6 mm (hors antenne). En termes de largeur et de hauteur, il n'est pas plus grand que l'iPaq 19xx, cependant, il est une fois et demie plus épais. Repose confortablement dans la main. Lors d'une conversation (en mettant directement le communicateur à votre oreille), l'appareil est couvert à 70% avec votre paume, de sorte que les autres prêteront moins attention à l'étrange appareil près de votre tête. Mais cela ne vous évitera tout de même pas les regards indiscrets, seul le casque filaire fourni avec le kit en sauve. Le smartphone est lourd (158 g), mais la poche de la veste ne tarde pas. C'est loin d'avoir la taille d'un téléphone, mais ce n'est plus une "brique" comme le MiTAC Mio 728, par exemple.

La batterie semble être attachée à la paroi arrière du PDA, il semble qu'il n'y avait pas assez d'espace pour elle à l'intérieur. Mais il tient bien, de plus, il est très problématique de le détacher ou de le remettre à sa place. Sous la batterie, il y a un support pour une carte SIM, son originalité ne diffère pas - c'est assez standard et pratique. Parmi les caractéristiques de conception, il convient de noter la disposition asymétrique de l'écran - il est décalé vers la gauche du centre.

Rover S1

Pour l'avant du PDA, il existe deux options pour les panneaux (attachés au bas). Le premier n'est que deux boutons pour recevoir et relâcher (le microphone est situé entre eux). La deuxième option combine les boutons déjà mentionnés et un pavé numérique. Mais avec lui, le smartphone perd immédiatement son attrait visuel, grossit, et en plus, le clavier n'est pas très fonctionnel (il n'y a pas de touche d'effacement, vous ne pourrez pas y saisir de code PIN ni réaffecter d'autres actions, il a un mouvement difficile, il n'y a pas de rétroéclairage). Comme alternative, vous pouvez coller un bon film sur l'écran et composer les numéros directement avec vos doigts sur l'écran (heureusement, rien n'arrivera à l'écran, il est difficile de l'endommager). En général, je n'ai pas aimé l'option avec un pavé numérique.

Rover S1

Il manque les touches d'application habituelles et un joystick en façade, donc ce Pocket PC n'est clairement pas conçu pour les gamers. L'extrémité gauche est riche en éléments de contrôle: une molette de défilement pratique avec fonction d'entrée, deux boutons de volume, un bouton de maintien utile (éteint l'écran et les boutons, ce qui économise la batterie). En haut, nous trouvons - un emplacement SD / MMC pour cartes mémoire, une fenêtre de port infrarouge, une entrée casque fermée par un bouchon en caoutchouc.

Rover S1

Le stylo (stylet), inséré dans l'antenne, a une taille standard et est pratique à utiliser. En termes de poids et de toucher, le matériau à partir duquel il est fabriqué est similaire au plastique, mais dès que vous déposez le stylo sur une surface dure et plane, un cliquetis métallique (plastique métallisé) se fait immédiatement entendre. La qualité du plastique à partir duquel le corps de l'appareil est fabriqué est élevée. Il est agréable au toucher, créant l'illusion d'une surface métallique.

Rover S1

Le communicateur est livré dans un package complet. En plus des panneaux déjà mentionnés, il y a une station d'accueil (berceau). Elle est standard. A moins de noter une prise pour recharger une batterie supplémentaire. Pour retirer l'appareil du verre, vous devez l'incliner légèrement vers l'avant. Si vous l'oubliez et retirez avec force le smartphone de la station d'accueil, le support se cassera tout simplement. Ceci s'applique également à la connexion directe du chargeur à un smartphone, cela vaut la peine d'être manipulé avec précaution.

Rover S1

Le boîtier horizontal inclus dans le kit est en similicuir. L'attacher à la ceinture n'est pas standard. Cependant, nous n'avons eu aucun problème à l'utiliser.

Rover S1

Encore une fois, vous devrez écrire des mots standard sur l'affichage - c'est traditionnel pour Pocket PC. Transflectif, a une diagonale de 3,5", affiche 65 000 couleurs. L'image sur l'écran est visible sous de grands angles à la fois à l'intérieur et au soleil. Excellente luminosité, saturation des couleurs, reproduction des couleurs blanches. A moins que le niveau de luminosité minimum puisse être plus faible (pour une lecture confortable dans l'obscurité).

Le PDA n'a pas de deuxième écran, donc lorsque le PDA est éteint, mais avec la partie téléphone en marche, vous devrez vous concentrer sur l'indicateur vert, qui se trouve au-dessus de l'écran. Il clignote uniformément lorsqu'aucune carte SIM n'est insérée, qu'un code PIN est attendu ou qu'une recherche de réseau est en cours. Flash court / pause - mise en réseau, double flash après une pause - fonctionnement GPRS, nombreux flashs courts - transfert de données via GPRS. Maintenir le bouton de fin éteint la partie téléphone du smartphone, et il ne peut être utilisé que comme PDA.

Le PDA dispose d'une batterie Li-Ion amovible d'une capacité de 1480 mAh. Avec une utilisation très active de sept heures de l'appareil (une heure d'appels, une heure et demie d'Internet GPRS, 3,5 heures de MP3 et une heure d'utilisation d'autres fonctions), le smartphone a fonctionné exactement une journée dans les conditions de le réseau Megafon de Moscou. Lorsque la charge a été réduite à 2-3 heures par jour avec une partie PDA d'un smartphone, l'appareil a fonctionné pendant deux jours sur le même réseau. Ainsi, un utilisateur exigeant peut compter sur 1-2 jours de travail sans recharge, rien de plus. Mais les résultats sont toujours très bons. Surtout dans le contexte des smartphones basés sur Pocket PC de la génération précédente, qui fonctionnaient au maximum une journée avec une charge moyenne.

Le Rover S1 n'est pas conçu pour les joueurs, comme nous l'avons dit. Il est peu probable que les utilisateurs de ce modèle regardent des films dessus, en tout cas, ce ne sera pas le but principal de l'achat. Le test de performance dans ce cas est donc très conditionnel. Voici juste des tableaux de tests pour la lecture vidéo et les jeux PocketQuake. Notez que le smartphone Rover dépasse de nombreux autres PDA "simples", y compris tous les autres PDA de Rover Computers.

Vidéo (moins il y a de pertes d'images, mieux c'est) :

PocketQuake (plus il y a de FPS, mieux c'est) :

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC2002, WM2003) n'a pas été conçu à l'origine pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à une version spécialement repensée pour les smartphones, Windows Mobile 2003 pour Smartphone OS). Rover S1 exécute WM2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), uniquement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du téléphone partie.

Rover S1 Rover S1

Gestionnaire SIM. Modification des contacts sur la carte SIM. Ajout de nouvelles entrées. Travail correct avec la langue russe. C'est tout ce que vous pouvez faire avec une carte SIM. Travailler avec SIM Media n'est pas fourni, ce qui crée certaines difficultés. Par exemple, le téléphone ne compose pas *102# (vérification du solde). Mais c'est un inconvénient commun des smartphones basés sur Pocket PC.

Rover S1

Téléphone. Tous les services chargés des appels vocaux sont rassemblés ici (lorsque vous fermez le pavé numérique, le smartphone bascule automatiquement sur ce programme). Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, un smartphone (ou plutôt un système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Rover S1

Journal des appels. Voici un historique de tous les appels avec les numéros de téléphone, l'heure, la durée. Très pratique - vous pouvez filtrer les enregistrements par abonnés et voir tout l'historique des communications avec lui.

Rover S1

Numéros sélectionnés. Ici, vous pouvez saisir les numéros fréquemment utilisés.

Rover S1

La présentation des contacts a légèrement changé par rapport aux PDA Pocket PC conventionnels, désormais les numéros peuvent être composés en appuyant sur un numéro de téléphone dans le programme Contacts avec un stylet.

Rover S1 Rover S1

Voici à quoi ressemble un appel entrant (ceci active la partie PDA du smartphone si elle était éteinte et que le PDA était en mode veille). Le logiciel standard n'affiche pas la photo de l'appelant, mais des programmes tiers permettent de le faire.

Rover S1 Rover S1 Rover S1 Rover S1

Autres paramètres du téléphone. Il n'y a que le plus nécessaire, sans « fioritures » sous la forme de sonneries différentes pour différents groupes d'abonnés, profils d'appel (disponibles après l'installation d'utilitaires tiers).

Rover S1

Le travail avec les SMS, ainsi qu'avec les e-mails, est organisé via Pocket Inbox (Inbox).

Rover S1 Rover S1

Parmi les programmes supplémentaires (non téléphoniques), un est préinstallé - pour la sauvegarde des données.

Rover S1

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais). La russification a été réalisée par Quarta Technologies, une société qui coopère avec Rover Computers depuis longtemps et de manière productive. Il n'y a rien à redire sur la russification, c'est fait avec une haute qualité.

Ceci est le résumé du logiciel (cependant, sa sortie peut être facilement transférée sur n'importe quel smartphone basé sur Pocket PC). Les fonctions téléphoniques du téléphone sont médiocres même par rapport à WM 2003 pour Smartphone (prise en charge des supports SIM, profils), mais cela est partiellement corrigé par des programmes tiers.

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte, sauf qu'en cas de mauvaise réception, des interférences avec le haut-parleur deviennent perceptibles (le son que l'on peut entendre en rapprochant le téléphone des haut-parleurs audio). Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, des mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV (je n'ai pas vu de programme qui mette des fichiers mp3 en sonnerie, mais je pense que même s'il n'y en a pas encore, alors son apparence est une question de temps). Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu, d'autant plus que le niveau de volume maximal peut endommager votre ouïe (il fallait parfois maintenir le haut-parleur à une certaine distance de votre oreille). Le signal de vibration est fort, il est très difficile de le manquer, même depuis les poches des vêtements d'extérieur.

Avec un prix de 500 à 600 $, l'appareil occupe une bonne position dans sa catégorie en raison de son apparence attrayante et de ses dimensions plus petites que ses concurrents dans la même gamme de prix. Le Rover S1 n'a ni appareil photo intégré ni support Bluetooth, ce qui sont de sérieux inconvénients. Si vous avez besoin de ces fonctions (appareil photo, bluetooth), le consommateur optera pour des modèles plus chers de smartphones Sony Ericsson P900 ou XDA II O2 (et autres clones basés sur la plateforme de HTC), mais ils sont sensiblement plus chers.

Test du smartphone GSM Rover S1

Rover Computers a fait ses débuts sur le marché des PDA avec le Rover P6, qui se distinguait par ses spécifications particulières et sa taille plutôt grande, ses ventes étaient moyennes. La sortie du modèle Rover P3 dans la période de vente précédant le Nouvel An (décembre 2002) a aidé l'entreprise à prendre pied sur le marché des PDA. Les ventes ont justifié des attentes même très audacieuses, les utilisateurs russes ont accepté avec plaisir un ordinateur de poche à petit budget d'une valeur de 300 $. La direction de l'entreprise lors de conversations informelles a longtemps évoqué l'intention de lancer un smartphone sous sa propre marque et, fin 2003, les plans ont été mis en pratique. Nous rencontrons le modèle Rover S1 (S - de l'anglais "Smartphone") - le premier smartphone russe. Ses avantages et ses inconvénients font l'objet de notre conversation aujourd'hui.

Mais l'appareil ne peut être appelé russe que conditionnellement (cependant, cela s'applique également à tout équipement informatique russe). Le modèle est produit par la société taïwanaise Wistron, Rover prend en charge la localisation de l'appareil, la distribution et le support.

Problèmes de terminologie

Avant de procéder à l'examen, clarifions certains problèmes liés à la terminologie. Si les termes "téléphone portable" et "ordinateur de poche" n'appellent pas d'explication pour la majorité, la frontière qui les sépare est intuitivement claire, alors il y a encore de vives disputes autour des termes "smartphone" et "communicateur", y compris sur le forum de notre site. Quelqu'un prétend qu'un smartphone est un téléphone avec des fonctions PDA, et qu'un communicateur est un PDA avec un module de communication cellulaire intégré. D'autres (dont Eldar Murtazin, rédacteur en chef de www.mobile-review.com, adhèrent à cette position) pensent qu'un communicateur est un appareil doté d'un clavier QWERTY intégré (conçu pour saisir de grandes quantités de texte, ce qui est nécessaire pour "communiquer" efficacement), et les smartphones n'ont pas un tel clavier. D'autres insistent sur le fait que la présence d'un écran tactile est le critère par lequel un communicateur peut être séparé d'un smartphone (par exemple, Sony Ericsson P900 est un communicateur, et Nokia 6600 est un smartphone selon cette approche). Aucune des positions n'est devenue dominante, même les ardents partisans d'une approche ou d'une autre s'embrouillent souvent et appellent les smartphones communicants et vice versa (dans la terminologie qu'ils défendent). Le débat continue.

Rover S1

Une telle division en "smartphones" et "communicateurs", à mon avis, est artificielle et injustifiée. Le développement de l'industrie des télécommunications et de l'informatique mobile jusqu'au milieu des années 90 du siècle dernier a suivi des voies parallèles. Le processus d'intégration inévitable a commencé avec l'avènement du Nokia 9000 Communicator en 1996. Depuis lors, nous avons observé deux tendances distinctes. D'une part, les téléphones ont commencé à absorber de plus en plus de fonctions traditionnellement inhérentes aux ordinateurs de poche. D'autre part, de plus en plus de PDA ont commencé à être équipés de modules de communication cellulaire (à la fois intégrés et externes). Le processus est irréversible, il ira tout aussi vite, avec un effacement quasi total des frontières (téléphones "ordinaires" et PDA "ordinaires", bien sûr, resteront, mais leur nombre sera minime). Et maintenant, il est déjà difficile de classer certains appareils. Comment, par exemple, nommer Sendo X avec le clavier attaché ? D'une part, il s'agit d'un smartphone classique sous Symbian OS, d'autre part, le clavier permet d'y saisir du texte assez rapidement (communicateur ?). Sur le troisième - extérieurement, il ressemble surtout à un téléphone portable ordinaire. Les difficultés de classification ne feront qu'augmenter avec le temps (par exemple, avec le rôle croissant des systèmes de reconnaissance vocale, l'écriture manuscrite, le changement de facteur de forme, les anciens critères cesseront tout simplement de fonctionner). Cela suggère une solution évidente - mettre les termes "smartphone" et "communicateur" comme synonymes. Mais la conversation ne serait pas complète si nous ne nous retrouvions pas avec une définition formelle.

Ainsi, un smartphone (également connu sous le nom de communicateur) est un appareil de poche mobile doté d'un système d'exploitation complet (Symbian, Linux, Windows Mobile pour Smartphone, Windows Mobile pour Pocket PC Phone Edition, Palm OS) et d'un -dans le module de communication cellulaire. J'admets pleinement qu'une telle position peut susciter la controverse, j'attends donc avec impatience les lettres et / ou les discussions sur notre forum. Mais on s'égare, passons directement à la critique.

Apparence et tests

Avant l'introduction du Rover S1, plusieurs appareils de cette classe étaient déjà sur le marché. Vous pouvez les appeler : MiTAC Mio 728, Eten P600 et de nombreux clones de la plateforme de référence de HTC (MDA, XDA O2, par exemple). Le modèle Rover S1 se compare favorablement à eux en taille - il est sensiblement plus petit (à la fois en longueur et en largeur, mais les appareils ont à peu près la même épaisseur). Les dimensions de l'appareil sont les suivantes - 109x68,5x21,6 mm (hors antenne). En termes de largeur et de hauteur, il n'est pas plus grand que l'iPaq 19xx, cependant, il est une fois et demie plus épais. Repose confortablement dans la main. Lors d'une conversation (en mettant directement le communicateur à votre oreille), l'appareil est couvert à 70% avec votre paume, de sorte que les autres prêteront moins attention à l'étrange appareil près de votre tête. Mais cela ne vous évitera tout de même pas les regards indiscrets, seul le casque filaire fourni avec le kit en sauve. Le smartphone est lourd (158 g), mais la poche de la veste ne tarde pas. C'est loin d'avoir la taille d'un téléphone, mais ce n'est plus une "brique" comme le MiTAC Mio 728, par exemple.

La batterie semble être fixée à la paroi arrière du PDA, il semble qu'il n'y avait pas assez de place pour elle à l'intérieur. Mais il tient bien, de plus, il est très problématique de le détacher ou de le remettre à sa place. Sous la batterie, il y a un support pour une carte SIM, son originalité ne diffère pas - c'est assez standard et pratique. Parmi les caractéristiques de conception, il convient de noter la disposition asymétrique de l'écran - il est décalé vers la gauche du centre.

Rover S1

Pour l'avant du PDA, il existe deux options pour les panneaux (attachés au bas). Le premier n'est que deux boutons pour recevoir et relâcher (le microphone est situé entre eux). La deuxième option combine les boutons déjà mentionnés et un pavé numérique. Mais avec lui, le smartphone perd immédiatement son attrait visuel, grossit, et en plus, le clavier n'est pas très fonctionnel (il n'y a pas de touche d'effacement, vous ne pourrez pas y saisir de code PIN ni réaffecter d'autres actions, il a un mouvement difficile, il n'y a pas de rétroéclairage). Comme alternative, vous pouvez coller un bon film sur l'écran et composer les numéros directement avec vos doigts sur l'écran (heureusement, rien n'arrivera à l'écran, il est difficile de l'endommager). En général, je n'ai pas aimé l'option avec un pavé numérique.

Rover S1

Il manque les touches d'application habituelles et un joystick en façade, donc ce Pocket PC n'est clairement pas conçu pour les gamers. L'extrémité gauche est riche en éléments de contrôle: une molette de défilement pratique avec fonction d'entrée, deux boutons de volume, un bouton de maintien utile (éteint l'écran et les boutons, ce qui économise la batterie). En haut, nous trouvons - un emplacement SD / MMC pour cartes mémoire, une fenêtre de port infrarouge, une entrée casque fermée par un bouchon en caoutchouc.

Rover S1

Le stylo (stylet), inséré dans l'antenne, a une taille standard et est pratique à utiliser. En termes de poids et de toucher, le matériau à partir duquel il est fabriqué est similaire au plastique, mais dès que vous déposez le stylo sur une surface dure et plane, un cliquetis métallique (plastique métallisé) se fait immédiatement entendre. La qualité du plastique à partir duquel le corps de l'appareil est fabriqué est élevée. Il est agréable au toucher, créant l'illusion d'une surface métallique.

Rover S1

Le communicateur est livré dans un package complet. En plus des panneaux déjà mentionnés, il y a une station d'accueil (berceau). Elle est standard. A moins de noter une prise pour recharger une batterie supplémentaire. Pour retirer l'appareil du verre, vous devez l'incliner légèrement vers l'avant. Si vous l'oubliez et retirez avec force le smartphone de la station d'accueil, le support se cassera tout simplement. Ceci s'applique également à la connexion directe du chargeur à un smartphone, cela vaut la peine d'être manipulé avec précaution.

Rover S1

Le boîtier horizontal inclus dans le kit est en similicuir. L'attacher à la ceinture n'est pas standard. Cependant, nous n'avons eu aucun problème à l'utiliser.

Rover S1

Encore une fois, vous devrez écrire des mots standard sur l'affichage - c'est traditionnel pour Pocket PC. Transflectif, a une diagonale de 3,5", affiche 65 000 couleurs. L'image sur l'écran est visible sous de grands angles à la fois à l'intérieur et au soleil. Excellente luminosité, saturation des couleurs, reproduction des couleurs blanches. A moins que le niveau de luminosité minimum puisse être plus faible (pour une lecture confortable dans l'obscurité).

Le PDA n'a pas de deuxième écran, donc lorsque le PDA est éteint, mais avec la partie téléphone en marche, vous devrez vous concentrer sur l'indicateur vert, qui se trouve au-dessus de l'écran. Il clignote uniformément lorsqu'aucune carte SIM n'est insérée, qu'un code PIN est attendu ou qu'une recherche de réseau est en cours. Clignotement court/pause - mise en réseau, double clignotement après pause - fonctionnement GPRS, nombreux clignotements courts - transfert de données via GPRS. Maintenir le bouton de fin éteint la partie téléphone du smartphone, et il ne peut être utilisé que comme PDA.

Le PDA dispose d'une batterie Li-Ion amovible d'une capacité de 1480 mAh. Avec une utilisation très active de sept heures de l'appareil (une heure d'appels, une heure et demie d'Internet GPRS, 3,5 heures de MP3 et une heure d'utilisation d'autres fonctions), le smartphone a fonctionné exactement une journée dans les conditions de le réseau Megafon de Moscou. Lorsque la charge a été réduite à 2-3 heures par jour avec une partie PDA d'un smartphone, l'appareil a fonctionné pendant deux jours sur le même réseau. Ainsi, un utilisateur exigeant peut compter sur 1-2 jours de travail sans recharge, rien de plus. Mais les résultats sont toujours très bons. Surtout dans le contexte des smartphones basés sur Pocket PC de la génération précédente, qui fonctionnaient au maximum une journée avec une charge moyenne.

Le Rover S1 n'est pas conçu pour les joueurs, comme nous l'avons dit. Il est peu probable que les utilisateurs de ce modèle regardent des films dessus, en tout cas, ce ne sera pas le but principal de l'achat. Le test de performance dans ce cas est donc très conditionnel. Voici juste des tableaux de tests pour la lecture vidéo et les jeux PocketQuake. Notez que le smartphone Rover dépasse de nombreux autres PDA "simples", y compris tous les autres PDA de Rover Computers.

Vidéo (moins il y a de pertes d'images, mieux c'est) :

PocketQuake (plus il y a de FPS, mieux c'est) :

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC2002, WM2003) n'a pas été conçu à l'origine pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à une version spécialement repensée pour les smartphones, Windows Mobile 2003 pour Smartphone OS). Rover S1 exécute WM2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), uniquement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du téléphone partie.

Rover S1 Rover S1

Gestionnaire SIM. Modification des contacts sur la carte SIM. Ajout de nouvelles entrées. Travail correct avec la langue russe. C'est tout ce que vous pouvez faire avec une carte SIM. Travailler avec SIM Media n'est pas fourni, ce qui crée certaines difficultés. Par exemple, le téléphone ne compose pas *102# (vérification du solde). Mais c'est un inconvénient courant des smartphones basés sur Pocket PC.

Rover S1

Téléphone. Tous les services chargés des appels vocaux sont rassemblés ici (lorsque vous fermez le pavé numérique, le smartphone bascule automatiquement sur ce programme). Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, le smartphone (ou plutôt le système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Rover S1

Journal des appels. Voici un historique de tous les appels avec les numéros de téléphone, l'heure, la durée. Très pratique - vous pouvez filtrer les enregistrements par abonnés et voir tout l'historique des communications avec lui.

Rover S1

Numéros sélectionnés. Ici, vous pouvez entrer les numéros fréquemment utilisés.

Rover S1

La présentation des contacts a légèrement changé par rapport aux PDA Pocket PC conventionnels, désormais les numéros peuvent être composés en appuyant sur un numéro de téléphone dans le programme Contacts avec un stylet.

Rover S1 Rover S1

Voici à quoi ressemble un appel entrant (cela active la partie PDA du smartphone s'il était éteint et que le PDA était en mode veille). Le logiciel standard n'affiche pas la photo de l'appelant, mais des programmes tiers permettent de le faire.

Rover S1 Rover S1 Rover S1 Rover S1

Plus de paramètres de téléphone. Il n'y a que le plus nécessaire, sans « fioritures » sous la forme de sonneries différentes pour différents groupes d'abonnés, profils d'appel (disponibles après l'installation d'utilitaires tiers).

Rover S1

Le travail avec les SMS, ainsi qu'avec les e-mails, est organisé via Pocket Inbox (Inbox).

Rover S1 Rover S1

Parmi les programmes supplémentaires (non téléphoniques), un est préinstallé - pour la sauvegarde des données.

Rover S1

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais). La russification a été réalisée par Quarta Technologies, une société qui coopère avec Rover Computers depuis longtemps et de manière productive. Il n'y a rien à redire sur la russification, c'est fait avec une haute qualité.

Ceci est le résumé du logiciel (cependant, sa sortie peut être facilement transférée sur n'importe quel smartphone basé sur Pocket PC). Les fonctions téléphoniques du téléphone sont médiocres même par rapport à WM 2003 pour Smartphone (prise en charge des supports SIM, profils), mais cela est partiellement corrigé par des programmes tiers.

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte, sauf qu'en cas de mauvaise réception, des interférences avec le haut-parleur deviennent perceptibles (le son que l'on peut entendre en rapprochant le téléphone des haut-parleurs audio). Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, des mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV (je n'ai pas vu de programme qui mette des fichiers mp3 en sonnerie, mais je pense que même s'il n'y en a pas encore, alors son apparence est une question de temps). Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu, d'autant plus que le niveau de volume maximal peut endommager votre ouïe (il fallait parfois maintenir le haut-parleur à une certaine distance de votre oreille). Le signal de vibration est fort, il est très difficile de le manquer, même depuis les poches des vêtements d'extérieur.

Avec un prix de 500 à 600 $, l'appareil occupe une bonne position dans sa catégorie en raison de son apparence attrayante et de ses dimensions plus petites que ses concurrents dans la même gamme de prix. Le Rover S1 n'a ni appareil photo intégré ni support Bluetooth, ce qui sont de sérieux inconvénients. Si vous avez besoin de ces fonctions (appareil photo, bluetooth), le consommateur optera pour des modèles plus chers de smartphones Sony Ericsson P900 ou XDA II O2 (et autres clones basés sur la plateforme de HTC), mais ils sont sensiblement plus chers.

Test du smartphone GSM Rover S1

Rover Computers a fait ses débuts sur le marché des PDA avec le Rover P6, qui se distinguait par ses spécifications particulières et sa taille plutôt grande, ses ventes étaient moyennes. La sortie du modèle Rover P3 dans la période de vente précédant le Nouvel An (décembre 2002) a aidé l'entreprise à prendre pied sur le marché des PDA. Les ventes ont justifié des attentes même très audacieuses, les utilisateurs russes ont accepté avec plaisir un ordinateur de poche à petit budget d'une valeur de 300 $. La direction de l'entreprise lors de conversations informelles a longtemps évoqué l'intention de lancer un smartphone sous sa propre marque et, fin 2003, les plans ont été mis en pratique. Nous rencontrons le modèle Rover S1 (S - de l'anglais "Smartphone") - le premier smartphone russe. Ses avantages et ses inconvénients font l'objet de notre conversation aujourd'hui.

Mais l'appareil ne peut être appelé russe que conditionnellement (cependant, cela s'applique également à tout équipement informatique russe). Le modèle est produit par la société taïwanaise Wistron, Rover prend en charge la localisation de l'appareil, la distribution et le support.

Problèmes de terminologie

Avant de procéder à l'examen, clarifions certains problèmes liés à la terminologie. Si les termes "téléphone portable" et "ordinateur de poche" n'appellent pas d'explication pour la majorité, la frontière qui les sépare est intuitivement claire, alors il y a encore de vives disputes autour des termes "smartphone" et "communicateur", y compris sur le forum de notre site. Quelqu'un prétend qu'un smartphone est un téléphone avec des fonctions PDA, et qu'un communicateur est un PDA avec un module de communication cellulaire intégré. D'autres (dont Eldar Murtazin, rédacteur en chef de www.mobile-review.com, adhèrent à cette position) pensent qu'un communicateur est un appareil doté d'un clavier QWERTY intégré (conçu pour saisir de grandes quantités de texte, ce qui est nécessaire pour "communiquer" efficacement), et les smartphones n'ont pas un tel clavier. D'autres insistent sur le fait que la présence d'un écran tactile est le critère par lequel un communicateur peut être séparé d'un smartphone (par exemple, Sony Ericsson P900 est un communicateur, et Nokia 6600 est un smartphone selon cette approche). Aucune des positions n'est devenue dominante, même les ardents partisans d'une approche ou d'une autre s'embrouillent souvent et appellent les smartphones communicants et vice versa (dans la terminologie qu'ils défendent). Le débat continue.

Rover S1

Une telle division en "smartphones" et "communicateurs", à mon avis, est artificielle et injustifiée. Le développement de l'industrie des télécommunications et de l'informatique mobile jusqu'au milieu des années 90 du siècle dernier a suivi des voies parallèles. Le processus d'intégration inévitable a commencé avec l'avènement du Nokia 9000 Communicator en 1996. Depuis lors, nous avons observé deux tendances distinctes. D'une part, les téléphones ont commencé à absorber de plus en plus de fonctions traditionnellement inhérentes aux ordinateurs de poche. D'autre part, de plus en plus de PDA ont commencé à être équipés de modules de communication cellulaire (à la fois intégrés et externes). Le processus est irréversible, il ira tout aussi vite, avec un effacement quasi total des frontières (téléphones "ordinaires" et PDA "ordinaires", bien sûr, resteront, mais leur nombre sera minime). Et maintenant, il est déjà difficile de classer certains appareils. Comment, par exemple, nommer Sendo X avec le clavier attaché ? D'une part, il s'agit d'un smartphone classique sous Symbian OS, d'autre part, le clavier permet d'y saisir du texte assez rapidement (communicateur ?). Sur le troisième - extérieurement, il ressemble surtout à un téléphone portable ordinaire. Les difficultés de classification ne feront qu'augmenter avec le temps (par exemple, avec le rôle croissant des systèmes de reconnaissance vocale, l'écriture manuscrite, le changement de facteur de forme, les anciens critères cesseront tout simplement de fonctionner). Cela suggère une solution évidente - mettre les termes "smartphone" et "communicateur" comme synonymes. Mais la conversation ne serait pas complète si nous ne nous retrouvions pas avec une définition formelle.

Ainsi, un smartphone (également connu sous le nom de communicateur) est un appareil de poche mobile doté d'un système d'exploitation complet (Symbian, Linux, Windows Mobile pour Smartphone, Windows Mobile pour Pocket PC Phone Edition, Palm OS) et d'un -dans le module de communication cellulaire. J'admets pleinement qu'une telle position peut susciter la controverse, j'attends donc avec impatience les lettres et / ou les discussions sur notre forum. Mais on s'égare, passons directement à la critique.

Apparence et tests

Avant l'introduction du Rover S1, plusieurs appareils de cette classe étaient déjà sur le marché. Vous pouvez les appeler : MiTAC Mio 728, Eten P600 et de nombreux clones de la plateforme de référence de HTC (MDA, XDA O2, par exemple). Le modèle Rover S1 se compare favorablement à eux en taille - il est sensiblement plus petit (à la fois en longueur et en largeur, mais les appareils ont à peu près la même épaisseur). Les dimensions de l'appareil sont les suivantes - 109x68,5x21,6 mm (hors antenne). En termes de largeur et de hauteur, il n'est pas plus grand que l'iPaq 19xx, cependant, il est une fois et demie plus épais. Repose confortablement dans la main. Lors d'une conversation (en mettant directement le communicateur à votre oreille), l'appareil est couvert à 70% avec votre paume, de sorte que les autres prêteront moins attention à l'étrange appareil près de votre tête. Mais cela ne vous évitera tout de même pas les regards indiscrets, seul le casque filaire fourni avec le kit en sauve. Le smartphone est lourd (158 g), mais la poche de la veste ne tarde pas. C'est loin d'avoir la taille d'un téléphone, mais ce n'est plus une "brique" comme le MiTAC Mio 728, par exemple.

La batterie semble être attachée à la paroi arrière du PDA, il semble qu'il n'y avait pas assez d'espace pour elle à l'intérieur. Mais il tient bien, de plus, il est très problématique de le détacher ou de le remettre à sa place. Sous la batterie, il y a un support pour une carte SIM, son originalité ne diffère pas - c'est assez standard et pratique. Parmi les caractéristiques de conception, il convient de noter la disposition asymétrique de l'écran - il est décalé vers la gauche du centre.

Rover S1

Pour l'avant du PDA, il existe deux options pour les panneaux (attachés au bas). Le premier n'est que deux boutons pour recevoir et relâcher (le microphone est situé entre eux). La deuxième option combine les boutons déjà mentionnés et un pavé numérique. Mais avec lui, le smartphone perd immédiatement son attrait visuel, grossit, et en plus, le clavier n'est pas très fonctionnel (il n'y a pas de touche d'effacement, vous ne pourrez pas y saisir de code PIN ni réaffecter d'autres actions, il a un mouvement difficile, il n'y a pas de rétroéclairage). Comme alternative, vous pouvez coller un bon film sur l'écran et composer les numéros directement avec vos doigts sur l'écran (heureusement, rien n'arrivera à l'écran, il est difficile de l'endommager). En général, je n'ai pas aimé l'option avec un pavé numérique.

Rover S1

Il manque les touches d'application habituelles et un joystick en façade, donc ce Pocket PC n'est clairement pas conçu pour les gamers. L'extrémité gauche est riche en éléments de contrôle: une molette de défilement pratique avec fonction d'entrée, deux boutons de volume, un bouton de maintien utile (éteint l'écran et les boutons, ce qui économise la batterie). En haut, nous trouvons - un emplacement SD / MMC pour cartes mémoire, une fenêtre de port infrarouge, une entrée casque fermée par un bouchon en caoutchouc.

Rover S1

Le stylo (stylet), inséré dans l'antenne, a une taille standard et est pratique à utiliser. En termes de poids et de toucher, le matériau à partir duquel il est fabriqué est similaire au plastique, mais dès que vous déposez le stylo sur une surface dure et plane, un cliquetis métallique (plastique métallisé) se fait immédiatement entendre. La qualité du plastique à partir duquel le corps de l'appareil est fabriqué est élevée. Il est agréable au toucher, créant l'illusion d'une surface métallique.

Rover S1

Le communicateur est livré dans un package complet. En plus des panneaux déjà mentionnés, il y a une station d'accueil (berceau). Elle est standard. A moins de noter une prise pour recharger une batterie supplémentaire. Pour retirer l'appareil du verre, vous devez l'incliner légèrement vers l'avant. Si vous l'oubliez et retirez avec force le smartphone de la station d'accueil, le support se cassera tout simplement. Ceci s'applique également à la connexion directe du chargeur à un smartphone, cela vaut la peine d'être manipulé avec précaution.

Rover S1

Le boîtier horizontal inclus dans le kit est en similicuir. L'attacher à la ceinture n'est pas standard. Cependant, nous n'avons eu aucun problème à l'utiliser.

Rover S1

Encore une fois, vous devrez écrire des mots standard sur l'affichage - c'est traditionnel pour Pocket PC. Transflectif, a une diagonale de 3,5", affiche 65 000 couleurs. L'image sur l'écran est visible sous de grands angles à la fois à l'intérieur et au soleil. Excellente luminosité, saturation des couleurs, reproduction des couleurs blanches. A moins que le niveau de luminosité minimum puisse être plus faible (pour une lecture confortable dans l'obscurité).

Le PDA n'a pas de deuxième écran, donc lorsque le PDA est éteint, mais avec la partie téléphone en marche, vous devrez vous concentrer sur l'indicateur vert, qui se trouve au-dessus de l'écran. Il clignote uniformément lorsqu'aucune carte SIM n'est insérée, qu'un code PIN est attendu ou qu'une recherche de réseau est en cours. Flash court / pause - mise en réseau, double flash après une pause - fonctionnement GPRS, nombreux flashs courts - transfert de données via GPRS. Maintenir le bouton de fin éteint la partie téléphone du smartphone, et il ne peut être utilisé que comme PDA.

Le PDA dispose d'une batterie Li-Ion amovible d'une capacité de 1480 mAh. Avec une utilisation très active de sept heures de l'appareil (une heure d'appels, une heure et demie d'Internet GPRS, 3,5 heures de MP3 et une heure d'utilisation d'autres fonctions), le smartphone a fonctionné exactement une journée dans les conditions de le réseau Megafon de Moscou. Lorsque la charge a été réduite à 2-3 heures par jour avec une partie PDA d'un smartphone, l'appareil a fonctionné pendant deux jours sur le même réseau. Ainsi, un utilisateur exigeant peut compter sur 1-2 jours de travail sans recharge, rien de plus. Mais les résultats sont toujours très bons. Surtout dans le contexte des smartphones basés sur Pocket PC de la génération précédente, qui fonctionnaient au maximum une journée avec une charge moyenne.

Le Rover S1 n'est pas conçu pour les joueurs, comme nous l'avons dit. Il est peu probable que les utilisateurs de ce modèle regardent des films dessus, en tout cas, ce ne sera pas le but principal de l'achat. Le test de performance dans ce cas est donc très conditionnel. Voici juste des tableaux de tests pour la lecture vidéo et les jeux PocketQuake. Notez que le smartphone Rover dépasse de nombreux autres PDA "simples", y compris tous les autres PDA de Rover Computers.

Vidéo (moins il y a de pertes d'images, mieux c'est) :

PocketQuake (plus il y a de FPS, mieux c'est) :

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC2002, WM2003) n'a pas été conçu à l'origine pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à une version spécialement repensée pour les smartphones, Windows Mobile 2003 pour Smartphone OS). Rover S1 exécute WM2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), uniquement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du téléphone partie.

Rover S1 Rover S1

Gestionnaire SIM. Modification des contacts sur la carte SIM. Ajout de nouvelles entrées. Travail correct avec la langue russe. C'est tout ce que vous pouvez faire avec une carte SIM. Travailler avec SIM Media n'est pas fourni, ce qui crée certaines difficultés. Par exemple, le téléphone ne compose pas *102# (vérification du solde). Mais c'est un inconvénient commun des smartphones basés sur Pocket PC.

Rover S1

Téléphone. Tous les services chargés des appels vocaux sont rassemblés ici (lorsque vous fermez le pavé numérique, le smartphone bascule automatiquement sur ce programme). Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le même téléphone compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, un smartphone (ou plutôt un système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Rover S1

Journal des appels. Voici un historique de tous les appels avec les numéros de téléphone, l'heure, la durée. Très pratique - vous pouvez filtrer les enregistrements par abonnés et voir tout l'historique des communications avec lui.

Rover S1

Numéros sélectionnés. Ici, vous pouvez saisir les numéros fréquemment utilisés.

Rover S1

La présentation des contacts a légèrement changé par rapport aux PDA Pocket PC conventionnels, désormais les numéros peuvent être composés en appuyant sur un numéro de téléphone dans le programme Contacts avec un stylet.

Rover S1 Rover S1

Voici à quoi ressemble un appel entrant (ceci active la partie PDA du smartphone si elle était éteinte et que le PDA était en mode veille). Le logiciel standard n'affiche pas la photo de l'appelant, mais des programmes tiers permettent de le faire.

Rover S1 Rover S1 Rover S1 Rover S1

Autres paramètres du téléphone. Il n'y a que le plus nécessaire, sans « fioritures » sous la forme de sonneries différentes pour différents groupes d'abonnés, profils d'appel (disponibles après l'installation d'utilitaires tiers).

Rover S1

Le travail avec les SMS, ainsi qu'avec les e-mails, est organisé via Pocket Inbox (Inbox).

Rover S1 Rover S1

Parmi les programmes supplémentaires (non téléphoniques), un est préinstallé - pour la sauvegarde des données.

Rover S1

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais). La russification a été réalisée par Quarta Technologies, une société qui coopère avec Rover Computers depuis longtemps et de manière productive. Il n'y a rien à redire sur la russification, c'est fait avec une haute qualité.

Ceci est le résumé du logiciel (cependant, sa sortie peut être facilement transférée sur n'importe quel smartphone basé sur Pocket PC). Les fonctions téléphoniques du téléphone sont médiocres même par rapport à WM 2003 pour Smartphone (prise en charge des supports SIM, profils), mais cela est partiellement corrigé par des programmes tiers.

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte, sauf qu'en cas de mauvaise réception, des interférences avec le haut-parleur deviennent perceptibles (le son que l'on peut entendre en rapprochant le téléphone des haut-parleurs audio). Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, des mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV (je n'ai pas vu de programme qui mette des fichiers mp3 en sonnerie, mais je pense que même s'il n'y en a pas encore, alors son apparence est une question de temps). Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu, d'autant plus que le niveau de volume maximal peut endommager votre ouïe (il fallait parfois maintenir le haut-parleur à une certaine distance de votre oreille). Le signal de vibration est fort, il est très difficile de le manquer, même depuis les poches des vêtements d'extérieur.

Avec un prix de 500 à 600 $, l'appareil occupe une bonne position dans sa catégorie en raison de son apparence attrayante et de ses dimensions plus petites que ses concurrents dans la même gamme de prix. Le Rover S1 n'a ni appareil photo intégré ni support Bluetooth, ce qui sont de sérieux inconvénients. Si vous avez besoin de ces fonctions (appareil photo, bluetooth), le consommateur optera pour des modèles plus chers de smartphones Sony Ericsson P900 ou XDA II O2 (et autres clones basés sur la plateforme de HTC), mais ils sont sensiblement plus chers.

Examen du smartphone GSM Rover S1

Rover Computers a fait ses débuts sur le marché des PDA avec le Rover P6, qui se distinguait par ses spécifications particulières et sa taille plutôt grande, ses ventes étaient moyennes. La sortie du modèle Rover P3 dans la période de vente précédant le Nouvel An (décembre 2002) a aidé l'entreprise à prendre pied sur le marché des PDA. Les ventes ont justifié des attentes même très audacieuses, les utilisateurs russes ont accepté avec plaisir un ordinateur de poche à petit budget d'une valeur de 300 $. La direction de l'entreprise lors de conversations informelles a longtemps évoqué l'intention de lancer un smartphone sous sa propre marque et, fin 2003, les plans ont été mis en pratique. Nous rencontrons le modèle Rover S1 (S - de l'anglais "Smartphone") - le premier smartphone russe. Ses avantages et ses inconvénients font l'objet de notre conversation aujourd'hui.

Mais l'appareil ne peut être appelé russe que conditionnellement (cependant, cela s'applique également à tout équipement informatique russe). Le modèle est produit par la société taïwanaise Wistron, Rover prend en charge la localisation de l'appareil, la distribution et le support.

Problèmes de terminologie

Avant de procéder à l'examen, clarifions certains problèmes liés à la terminologie. Si les termes "téléphone portable" et "ordinateur de poche" n'appellent pas d'explication pour la majorité, la frontière qui les sépare est intuitivement claire, alors il y a encore de vives disputes autour des termes "smartphone" et "communicateur", y compris sur le forum de notre site. Quelqu'un prétend qu'un smartphone est un téléphone avec des fonctions PDA, et qu'un communicateur est un PDA avec un module de communication cellulaire intégré. D'autres (dont Eldar Murtazin, rédacteur en chef de www.mobile-review.com, adhèrent à cette position) estiment que les appareils dotés d'un clavier QWERTY intégré sont appelés des communicateurs (conçus pour saisir de grandes quantités de texte, ce qui est nécessaire afin de "communiquer" efficacement), et les smartphones ne disposent pas d'un tel clavier. D'autres insistent sur le fait que la présence d'un écran tactile est le critère par lequel un communicateur peut être séparé d'un smartphone (par exemple, Sony Ericsson P900 est un communicateur, et Nokia 6600 est un smartphone selon cette approche). Aucune des positions n'est devenue dominante, même les ardents partisans d'une approche ou d'une autre s'embrouillent souvent et appellent les smartphones communicants et vice versa (dans la terminologie qu'ils défendent). Le débat continue.

Avant de procéder à l'examen, clarifions quelques questions liées à la terminologie. Si les termes "téléphone portable" et "ordinateur de poche" n'appellent pas d'explication pour la majorité, la frontière qui les sépare est intuitivement claire, alors il y a encore de vives disputes autour des termes "smartphone" et "communicateur", y compris sur le forum de notre site. Quelqu'un prétend qu'un smartphone est un téléphone avec des fonctions PDA, et qu'un communicateur est un PDA avec un module de communication cellulaire intégré. D'autres (dont Eldar Murtazin, rédacteur en chef de www.mobile-review.com, adhère à cette position) estime que les appareils dotés d'un clavier QWERTY intégré (conçu pour saisir de grandes quantités de texte, ce qui est nécessaire pour communiquer efficacement) sont appelés communicateurs, et les smartphones n'ont pas un tel clavier. D'autres insistent sur le fait que la présence d'un écran tactile est le critère par lequel un communicateur peut être séparé d'un smartphone (par exemple, Sony Ericsson P900 est un communicateur, et Nokia 6600 est un smartphone selon cette approche). Aucune des positions n'est devenue dominante, même les ardents partisans d'une approche ou d'une autre s'embrouillent souvent et appellent les smartphones communicants et vice versa (dans la terminologie qu'ils défendent). La polémique continue.

Une telle division en "smartphones" et "communicateurs", à mon avis, est artificielle et injustifiée. Le développement de l'industrie des télécommunications et de l'informatique mobile jusqu'au milieu des années 90 du siècle dernier a suivi des voies parallèles. Le processus d'intégration inévitable a commencé avec l'avènement du Nokia 9000 Communicator en 1996. Depuis lors, nous avons observé deux tendances distinctes. D'une part, les téléphones ont commencé à absorber de plus en plus de fonctions traditionnellement inhérentes aux ordinateurs de poche. D'autre part, de plus en plus de PDA ont commencé à être équipés de modules de communication cellulaire (à la fois intégrés et externes). Le processus est irréversible, il ira tout aussi vite, avec un effacement quasi total des frontières (téléphones "ordinaires" et PDA "ordinaires", bien sûr, resteront, mais leur nombre sera minime). Et maintenant, il est déjà difficile de classer certains appareils. Comment, par exemple, nommer Sendo X avec le clavier attaché ? D'une part, il s'agit d'un smartphone classique sous Symbian OS, d'autre part, le clavier permet d'y saisir du texte assez rapidement (communicateur ?). Sur le troisième - extérieurement, il ressemble surtout à un téléphone portable ordinaire. Les difficultés de classification ne feront qu'augmenter avec le temps (par exemple, avec le rôle croissant des systèmes de reconnaissance vocale, l'écriture manuscrite, le changement de facteur de forme, les anciens critères cesseront tout simplement de fonctionner). Cela suggère une solution évidente - mettre les termes "smartphone" et "communicateur" comme synonymes. Mais la conversation ne serait pas complète si nous ne nous retrouvions pas avec une définition formelle.

Ainsi, un smartphone (également connu sous le nom de communicateur) est un appareil de poche mobile doté d'un système d'exploitation complet (Symbian, Linux, Windows Mobile pour Smartphone, Windows Mobile pour Pocket PC Phone Edition, Palm OS) et d'un -dans le module de communication cellulaire. J'admets pleinement qu'une telle position peut susciter la controverse, j'attends donc avec impatience les lettres et / ou les discussions sur notre forum. Mais on s'égare, passons directement à la critique.

Apparence et tests

Avant l'introduction du Rover S1, plusieurs appareils de cette classe étaient déjà sur le marché. Vous pouvez les appeler : MiTAC Mio 728, Eten P600 et de nombreux clones de la plateforme de référence de HTC (MDA, XDA O2, par exemple). Le modèle Rover S1 se compare favorablement à eux en taille - il est sensiblement plus petit (à la fois en longueur et en largeur, mais les appareils ont à peu près la même épaisseur). Les dimensions de l'appareil sont les suivantes - 109x68,5x21,6 mm (hors antenne). En termes de largeur et de hauteur, il n'est pas plus grand que l'iPaq 19xx, cependant, il est une fois et demie plus épais. Repose confortablement dans la main. Lors d'une conversation (en mettant directement le communicateur à votre oreille), l'appareil est couvert à 70% avec votre paume, de sorte que les autres prêteront moins attention à l'étrange appareil près de votre tête. Mais cela ne vous évitera tout de même pas les regards indiscrets, seul le casque filaire fourni avec le kit en sauve. Le smartphone est lourd (158 g), mais la poche de la veste ne tarde pas. C'est loin d'avoir la taille d'un téléphone, mais ce n'est plus une "brique" comme le MiTAC Mio 728, par exemple.

La batterie semble être fixée à la paroi arrière du PDA, il semble qu'il n'y avait pas assez de place pour elle à l'intérieur. Mais il tient bien, de plus, il est très problématique de le détacher ou de le remettre à sa place. Sous la batterie, il y a un support pour une carte SIM, son originalité ne diffère pas - c'est assez standard et pratique. Parmi les caractéristiques de conception, il convient de noter la disposition asymétrique de l'écran - il est décalé vers la gauche du centre.

Pour l'avant du PDA, il existe deux options pour les panneaux (attachés au bas). Le premier n'est que deux boutons pour recevoir et relâcher (le microphone est situé entre eux). La deuxième option combine les boutons déjà mentionnés et un pavé numérique. Mais avec lui, le smartphone perd immédiatement son attrait visuel, grossit, et en plus, le clavier n'est pas très fonctionnel (il n'y a pas de touche d'effacement, vous ne pourrez pas y saisir de code PIN ni réaffecter d'autres actions, il a un mouvement difficile, il n'y a pas de rétroéclairage). Comme alternative, vous pouvez coller un bon film sur l'écran et composer les numéros directement avec vos doigts sur l'écran (heureusement, rien n'arrivera à l'écran, il est difficile de l'endommager). En général, je n'ai pas aimé l'option avec un pavé numérique.

Il manque les touches d'application habituelles et un joystick en façade, donc ce Pocket PC n'est clairement pas conçu pour les gamers. L'extrémité gauche est riche en éléments de contrôle: une molette de défilement pratique avec fonction d'entrée, deux boutons de volume, un bouton de maintien utile (éteint l'écran et les boutons, ce qui économise la batterie). En haut, nous trouvons - un emplacement SD / MMC pour cartes mémoire, une fenêtre de port infrarouge, une entrée casque fermée par un bouchon en caoutchouc.

Le stylo (stylet), inséré dans l'antenne, a une taille standard et est pratique à utiliser. En termes de poids et de toucher, le matériau à partir duquel il est fabriqué est similaire au plastique, mais dès que vous déposez le stylo sur une surface dure et plane, un cliquetis métallique (plastique métallisé) se fait immédiatement entendre. La qualité du plastique à partir duquel le corps de l'appareil est fabriqué est élevée. Il est agréable au toucher, créant l'illusion d'une surface métallique.

Le communicateur est livré dans un package complet. En plus des panneaux déjà mentionnés, il y a une station d'accueil (berceau). Elle est standard. A moins de noter une prise pour recharger une batterie supplémentaire. Pour retirer l'appareil du verre, vous devez l'incliner légèrement vers l'avant. Si vous l'oubliez et retirez avec force le smartphone de la station d'accueil, le support se cassera tout simplement. Ceci s'applique également à la connexion directe du chargeur à un smartphone, cela vaut la peine d'être manipulé avec précaution.

Le boîtier horizontal inclus dans le kit est en similicuir. L'attacher à la ceinture n'est pas standard. Cependant, nous n'avons eu aucun problème à l'utiliser.

Encore une fois, vous devrez écrire des mots standard sur l'affichage - c'est traditionnel pour Pocket PC. Transflectif, a une diagonale de 3,5", affiche 65 000 couleurs. L'image sur l'écran est visible sous de grands angles à la fois à l'intérieur et au soleil. Excellente luminosité, saturation des couleurs, reproduction des couleurs blanches. A moins que le niveau de luminosité minimum puisse être plus faible (pour une lecture confortable dans l'obscurité).

Le PDA n'a pas de deuxième écran, donc lorsque le PDA est éteint, mais avec la partie téléphone en marche, vous devrez vous concentrer sur l'indicateur vert, qui se trouve au-dessus de l'écran. Il clignote uniformément lorsqu'aucune carte SIM n'est insérée, qu'un code PIN est attendu ou qu'une recherche de réseau est en cours. Clignotement court/pause - mise en réseau, double clignotement après pause - fonctionnement GPRS, nombreux clignotements courts - transfert de données via GPRS. Maintenir le bouton de fin éteint la partie téléphone du smartphone, et il ne peut être utilisé que comme PDA.

Le PDA dispose d'une batterie Li-Ion amovible d'une capacité de 1480 mAh. Avec une utilisation très active de sept heures de l'appareil (une heure d'appels, une heure et demie d'Internet GPRS, 3,5 heures de MP3 et une heure d'utilisation d'autres fonctions), le smartphone a fonctionné exactement une journée dans les conditions de le réseau Megafon de Moscou. Lorsque la charge a été réduite à 2-3 heures par jour avec une partie PDA d'un smartphone, l'appareil a fonctionné pendant deux jours sur le même réseau. Ainsi, un utilisateur exigeant peut compter sur 1-2 jours de travail sans recharge, rien de plus. Mais les résultats sont toujours très bons. Surtout dans le contexte des smartphones basés sur Pocket PC de la génération précédente, qui fonctionnaient au maximum une journée avec une charge moyenne.

Le Rover S1 n'est pas conçu pour les joueurs, comme nous l'avons dit. Il est peu probable que les utilisateurs de ce modèle regardent des films dessus, en tout cas, ce ne sera pas le but principal de l'achat. Le test de performance dans ce cas est donc très conditionnel. Voici juste des tableaux de tests pour la lecture vidéo et les jeux PocketQuake. Notez que le smartphone Rover dépasse de nombreux autres PDA "simples", y compris tous les autres PDA de Rover Computers.

Vidéo (moins il y a d'images perdues, mieux c'est) :

PocketQuake (plus il y a de FPS, mieux c'est) :

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC2002, WM2003) n'a pas été conçu à l'origine pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à une version spécialement repensée pour les smartphones, Windows Mobile 2003 pour Smartphone OS). Rover S1 exécute WM2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), uniquement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du téléphone partie.

Gestionnaire de SIM. Modification des contacts sur la carte SIM. Ajout de nouvelles entrées. Travail correct avec la langue russe. C'est tout ce que vous pouvez faire avec une carte SIM. Travailler avec SIM Media n'est pas fourni, ce qui crée certaines difficultés. Par exemple, le téléphone ne compose pas *102# (vérification du solde). Mais c'est un inconvénient commun des smartphones basés sur Pocket PC.

Téléphone. Tous les services chargés des appels vocaux sont rassemblés ici (lorsque vous fermez le pavé numérique, le smartphone bascule automatiquement sur ce programme). Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le même téléphone compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, un smartphone (ou plutôt un système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Journal des appels. Voici un historique de tous les appels avec les numéros de téléphone, l'heure, la durée. Très pratique - vous pouvez filtrer les enregistrements par abonnés et voir tout l'historique des communications avec lui.

Numéros sélectionnés. Ici, vous pouvez saisir les numéros fréquemment utilisés.

La présentation des contacts a légèrement changé par rapport aux PDA Pocket PC conventionnels, désormais les numéros peuvent être composés en appuyant sur un numéro de téléphone dans le programme Contacts avec un stylet.

Voici à quoi ressemble un appel entrant (ceci active la partie PDA du smartphone si elle était éteinte et que le PDA était en mode veille). Le logiciel standard n'affiche pas la photo de l'appelant, mais des programmes tiers permettent de le faire.

Autres paramètres du téléphone. Il n'y a que le plus nécessaire, sans « fioritures » sous la forme de sonneries différentes pour différents groupes d'abonnés, profils d'appel (disponibles après l'installation d'utilitaires tiers).

Le travail avec les SMS, ainsi qu'avec les e-mails, est organisé via Pocket Inbox (Inbox).

Parmi les programmes supplémentaires (non téléphoniques), un est préinstallé - pour la sauvegarde des données.

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais). La russification a été réalisée par Quarta Technologies, une société qui coopère avec Rover Computers depuis longtemps et de manière productive. Il n'y a rien à redire sur la russification, c'est fait avec une haute qualité.

Ceci est le résumé du logiciel (cependant, sa sortie peut être facilement transférée sur n'importe quel smartphone basé sur Pocket PC). Les fonctions téléphoniques du téléphone sont médiocres même en comparaison avec WM 2003 pour Smartphone (prise en charge des supports SIM, profils), mais cela est partiellement corrigé par des programmes tiers.

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte, sauf qu'en cas de mauvaise réception, des interférences avec le haut-parleur deviennent perceptibles (le son que l'on peut entendre en rapprochant le téléphone des haut-parleurs audio). Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, des mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV (je n'ai pas vu de programme qui mette des fichiers mp3 en sonnerie, mais je pense que même s'il n'y en a pas encore, alors son apparence est une question de temps). Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu, d'autant plus que le niveau de volume maximal peut endommager votre ouïe (il fallait parfois maintenir le haut-parleur à une certaine distance de votre oreille). Le signal de vibration est fort, il est très difficile de le manquer, même depuis les poches des vêtements d'extérieur.

Avec un prix de 500 à 600 $, l'appareil occupe une bonne position dans sa catégorie en raison de son apparence attrayante et de ses dimensions plus petites que ses concurrents dans la même gamme de prix. Le Rover S1 n'a ni appareil photo intégré ni support Bluetooth, ce qui sont de sérieux inconvénients. Si vous avez besoin de ces fonctions (appareil photo, bluetooth), le consommateur optera pour des modèles plus chers de smartphones Sony Ericsson P900 ou XDA II O2 (et autres clones basés sur la plateforme de HTC), mais ils sont sensiblement plus chers.