Évaluer le lecteur MP3 Meizu Music Card (Ritmix RF-7400)

Meizu a fait parler de lui après l'apparition du lecteur M6, dont une critique a été publiée sur notre site Web l'autre jour. Il semblerait que de nouveaux modèles de joueurs apparaissent chaque jour en Chine, mais cela n'attire pas beaucoup l'attention sur leurs fabricants. Cependant, dans le cas de Meizu, il semble qu'un scénario d'activité inhabituel ait retenu l'attention de l'entreprise. Habituellement, après tout, comment cela se passe: ils proposent un nouveau design dans le département R & D (recherche et développement, recherche et développement) d'une grande usine et, eh bien, l'offrent à n'importe qui. Cette conception dans la plupart des cas n'est pas bonne du point de vue de l'Européen ou de l'Américain moyen, mais elle fonctionne bien en Asie. Les entreprises qui parviennent à développer un design digeste du point de vue du reste du monde décrochent rapidement les meilleures commandes ou commencent même à vendre le produit par elles-mêmes. Quelque chose comme ça, apparemment, s'est produit avec Meizu. Le modèle M6 ​​a reçu un excellent timing, c'est-à-dire qu'il est apparu sur le marché au moment le plus favorable. L'intérêt pour les lecteurs MP4, c'est-à-dire les appareils dotés d'une mémoire flash et d'un écran relativement grand, n'a cessé d'augmenter, tandis que l'offre a pris du retard par rapport à la demande. Les atouts du M6 sont évidents, et il est difficile de les qualifier de révolutionnaires, mais dans l'ensemble, ils ont parfaitement fonctionné. Cela peut sembler insignifiant, mais, à mon avis, un bon nom d'entreprise et un bon logo ont joué un certain rôle pour attirer l'attention.Jugez par vous-même - le nom Meizu sonne, bien qu'asiatique, mais au moins l'oreille russe ne coupe pas et est associée simultanément au Japon, à la Chine, à la Corée, ce qui signifie haute technologie et non artisanat bon marché. De plus, il y a un logo plutôt agréable et d'aspect technologique avec une lettre M en surbrillance. En plus d'être «employé en permanence» dans le logo, il vit aussi sa propre vie, le remplaçant là où cinq lettres ne peuvent tout simplement pas tenir. En raison de l'écriture spéciale de la lettre, un remplacement à part entière est facile pour elle. C'est une bonne prise. Peut-être que la comparaison n'est pas trop correcte, mais, par exemple, la lettre M sous la forme de deux arcs jaunes est familière à tout le monde et est immédiatement reconnaissable. Le M anguleux de Meizu n'atteindra probablement pas une telle popularité, mais il a de bonnes chances d'acquérir une certaine notoriété dans les cercles audio personnels.

Sautant dans la vague MP4, Meizu a raisonnablement décidé de ne pas se reposer sur ses lauriers, mais de continuer à attirer l'attention. L'un des moyens les plus efficaces de le faire est scandaleux. Avec un sens du moment, apparemment, la direction de l'entreprise se porte bien, ce qui explique probablement pourquoi Meizu n'a pas manqué de profiter de l'hystérie de masse autour de l'iPhone. Si vous vous en souvenez, toutes les nouvelles, même les plus insignifiantes, concernant cet appareil ont été placées aux meilleurs endroits de tous les blogs et fils d'actualités technologiques. C'est à ce moment-là que la nouvelle est apparue qu'une société chinoise jusque-là pratiquement inconnue sortirait son propre «iPhone», et même presque plus tôt que l'original. Naturellement, le message à ce sujet s'est répandu instantanément sur tout le Web et Meizu a reçu une bonne publicité. En fin de compte, dans l'ensemble, peu importe ce qu'ils disent, ce qui compte, c'est ce qu'ils disent. Et il n'y avait aucun problème avec cela. On se souvient de moins en moins de l'iPhone de Meizu, ce qui est bénéfique pour l'entreprise : ils se spécialisent toujours dans l'audio personnel, et essayer de représenter quelque chose de "ressemblant à un téléphone" signifie gaspiller votre énergie.

En général, aussi juste que puisse être la censure des "clones", leurs producteurs personnellement ne me causent pas un rejet fort. Le fait est que c'est connu depuis longtemps : si vous voulez apprendre à faire quelque chose de vraiment bien, copiez d'abord, puis expérimentez. À Meizu, apparemment, ils connaissent bien ce principe et le suivent jusqu'à présent strictement. On n'a pas encore entendu parler du M-Phone, mais le M6, ou plutôt, pour l'aider, a été remplacé par un nouveau modèle appelé Meizu Music Card. À ce sujet, en fait, sera discuté aujourd'hui.

En général, à première vue, il semble que Meizu n'ait que deux lecteurs, M6 et Music Card. En fait, il y en a plus, mais les autres modèles sortis plus tôt ne diffèrent en rien de leurs homologues en quoi que ce soit de spécial et semblent plutôt modestes dans le contexte des réalisations ultérieures de l'entreprise.

Mais revenons à la carte musicale. Ce lecteur est d'autant plus intéressant que dans notre pays, il sera vendu sous la marque Ritmix. Cette MDD développe depuis peu sérieusement sa gamme et accroît sa présence sur le marché, espérant clairement y prendre une des places les plus en vue. La gamme Ritmix comprend à la fois des lecteurs Nano et PMP, mais le vecteur principal, me semble-t-il, est mis sur les lecteurs MP4 de l'entreprise. Apparemment, il n'était pas possible d'intégrer le M6 dans sa gamme Ritmix, mais la lumière n'a pas convergé vers ce modèle. Il y a d'autres segments, après tout. En conséquence, nous avons réussi à nous mettre d'accord avec Meizu sur le co-marquage, c'est-à-dire l'étiquetage conjoint du même produit. C'est ainsi qu'un curieux appareil s'est avéré sous le double nom de Meizu Music Card by Ritmix (Ritmix 7400). Dans le titre, j'ai volontairement avancé le nom d'origine, car il est tout à fait possible que des lecteurs sous d'autres marques sortent sur la base de ce modèle, sinon aujourd'hui, du moins demain.

À la base, le Ritmix 7400 de Meizu Music Card est un lecteur Nano qui a beaucoup en commun avec la première génération du « progéniteur ». Il y a un panneau avant en plastique et un panneau arrière en métal, des commandes tactiles, un écran d'un pouce et demi et des fonctionnalités légèrement étendues. Cependant, avec tout cela, le joueur a l'air assez frais et curieux, il n'y a aucune envie de le graver immédiatement en une copie directe et d'y mettre fin. Curieusement, la similitude avec Nano ne fait que stimuler l'intérêt pour la recherche, le joueur veut ramasser, tourner, cliquer sur des boutons - j'ai observé à plusieurs reprises cet effet avec mes collègues.

En termes de capacités, Music Card répond pleinement aux attentes modernes. Il y a un enregistreur vocal et un tuner FM, aucun gestionnaire de logiciel n'est requis pour enregistrer de la musique, vous pouvez regarder des photos et lire du texte. Il y a suffisamment de mémoire installée dans le lecteur, il existe trois options les plus populaires pour aujourd'hui : 2, 4 et 8 Go. Du général c'est tout, passons aux détails.

Corps et conception

A Meizu, apparemment, ils ne se « cryptaient » pas spécialement. Et si un bon design était inventé à Cupertino ? Tout ce qui nous entoure doit avoir été inventé par quelqu'un. Si Nano est déjà devenu un standard de l'industrie, vous devrez vous contenter de solutions d'emprunt, ce n'est plus copier, mais jouer presque selon les règles du facteur de forme. D'une manière ou d'une autre, la face avant de la Music Card est en plastique lisse noir ou blanc, ce qui est assez attendu. Eh bien, le matériau de la face arrière, respectivement, est un alliage métallique.Tout a l'air assez harmonieux, les designers chinois ne sont pas plus stupides que les européens et ils comprennent parfaitement qu'il est très difficile de gâcher la combinaison de l'une des couleurs primaires avec la couleur du métal pur, vous devrez vous efforcer ici. En conséquence, grâce à la combinaison polyvalente de matériaux et de couleurs, la Music Card a un superbe design au quotidien. Dans l'une des revues, j'ai déjà révélé le sens de cette expression, par laquelle j'entends un design pour une utilisation quotidienne constante, quel que soit le style vestimentaire ou le type d'activité. La carte musicale a l'air discrète, mais assez élégante, à bien des égards, bien sûr, en raison de la barre de défilement, il s'agit d'un élément de design à part entière. Dans le même temps, le design du lecteur peut être qualifié de minimaliste en toute sécurité, il est tout à fait dans l'air du temps. Il n'y a encore rien à louer aux concepteurs de Meizu, mais il est plus facile de construire l'apparence de l'appareil sur la base existante qu'à partir de zéro, mais ils recevront toujours un clin d'œil encourageant de ma part.

En ce qui concerne les sensations tactiles, la Music Card occupe une place tout à fait digne. Le joueur se trouve bien dans la main, on ne sent pas qu'il est trop petit. Si dans le cas du premier Nano j'avais un sentiment de fragilité du design, alors la Music Card semble beaucoup plus durable.

Il y a un point à noter séparément, sur lequel je me suis déjà concentré dans le podcast. L'ensemble du panneau avant du boîtier est recouvert d'un film protecteur spécial, installé de manière industrielle. Franchement, au cours des deux ou trois dernières années, j'ai essayé beaucoup de lecteurs et d'autres gadgets, mais c'est la première fois que je tombe sur une telle solution. D'ailleurs, ce n'est pas propre à Music Card, Artem Lutfullin l'a rencontré sur son Meizu M6. En fait, le désir de protéger le boîtier contre les dommages est tout à fait compréhensible, tout le monde veut que l'appareil soit parfait aussi longtemps que possible, tant pour les utilisateurs que pour les fabricants. Mais https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 ne serait-il pas préférable de le faire immédiatement ramasser du plastique avec les bonnes caractéristiques ? Et puis, bon gré mal gré, vient à l'esprit la première génération de joueurs « pomme », dont la capacité à se couvrir de rayures est déjà devenue synonyme. Peut-être que quelque part en Chine existe-t-il d'importants stocks de plastique "Nanovsky" ? Ne gaspillez pas le bien. C'est là qu'ils l'ont mis en marche. Les blagues sont des blagues, et sans film, le corps se gratte très vite. Je pense que les résultats des expériences menées sur le M6 peuvent être étendus à la Music Card. Eh bien, au moins il y a un film, car il s'intègre de la manière la plus dense et semble assez résistant aux influences directement liées au processus de fonctionnement. Malheureusement, le film ne protège pas des traces de doigts, et ils recouvrent rapidement toutes les surfaces disponibles, il faut s'en accommoder.

L'emplacement de tous les éléments sur le corps est conforme aux règles non écrites du facteur de forme. En haut du panneau avant se trouve un écran, en dessous se trouve une barre de défilement tactile et un autre bouton. Le dos du boîtier est exempt de tout autre chose que des inscriptions et des logos, ainsi que des deux panneaux latéraux. L'extrémité supérieure est également presque vide, sans compter l'interrupteur de verrouillage coulissant. Eh bien, en bas, il manque une prise casque et une prise USB.

Gestion

Ici, tout est selon le schéma classique : toutes les commandes sont sur le panneau avant, sous l'écran, seul le commutateur de verrouillage à l'extrémité supérieure à gauche du prototype bien connu. Il n'y a que deux contrôles : une barre verticale assez longue et un bouton rond. La bande, comme vous pouvez le deviner, est utilisée pour naviguer dans toutes sortes de listes et de menus. Il a également deux boutons, similaires à ceux des "ipods" ClickWheel. Ils sont situés en haut et en bas de la bande, celui du haut est marqué de la première lettre du logo Meizu, celui du bas est avec l'icône habituelle de démarrage-pause. Les boutons servent respectivement à revenir au niveau de menu précédent, à démarrer et à mettre en pause la lecture.

En général, il est assez facile de décrire le fonctionnement de la gestion de la carte musicale. Les sensations lorsque l'on travaille avec la commande tactile du lecteur copient presque celles de l'iPod. La bande verticale du joueur est essentiellement un anneau «déroulé», et les sensations qui en découlent sont les mêmes. Les touchers et les mouvements du doigt sont fixés avec précision et fiabilité, cela ne pose aucun problème. Mais les concepteurs sont allés plus loin que le même produit Apple omniprésent et ont mis en place un bouton "virtuel", lorsque le doigt ne touche que la surface, sans action mécanique. Ainsi, par exemple, les écrans tactiles sur les ordinateurs portables fonctionnent, cette action, lorsqu'un simple ou double toucher d'un point est effectué, s'appelle tapoter. Dans la Music Card, le tapotement navigue dans le menu et confirme la sélection, le point au centre de la bande remplit en fait la fonction du bouton OK. Il faudra quelques minutes pour s'y habituer, mais après cela, il n'y aura plus de différence entre appuyer et toucher.

Une autre innovation est un bouton inhabituel pour basculer entre les compositions. Seuls les ingénieurs Meizu savent pourquoi cela devait être fait comme ça. Cela s'est avéré original, mais pas très pratique: pour sélectionner le sens de commutation, vous devez appuyer sur le bouton et le maintenir enfoncé pendant un certain temps. Avec les pressions suivantes (déjà courtes), la commutation entre les pistes dans la direction sélectionnée sera effectuée. La méthode est vraiment étrange, on ne sait pas pourquoi il n'a pas été possible de faire au moins une "bascule" horizontale. Apparemment, Meizu a décidé de sacrifier une partie de l'ergonomie pour l'originalité, pas autrement. Dans tous les cas, le bouton est assez gros et, bien qu'il ait une course assez courte, il corrige les clics en un clic, il n'y a donc aucune question de savoir s'il a fonctionné ou non.

En général, le contrôle du joueur laisse une impression agréable. Ce n'est que maintenant que le système doit ces impressions à une barre de défilement bien faite. Le bouton pour basculer entre les compositions ne provoque que la perplexité. J'aimerais espérer et croire que les concepteurs n'avaient tout simplement pas d'autre choix.

Oui, il y a un autre point important que j'ai presque oublié. Le joueur "réalise" toutes les manipulations avec le contrôle avec un clic bien connu, qui peut cependant être désactivé. À première vue, la présence de clics semble être une bagatelle, mais au début, cela aide beaucoup dans le processus de maîtrise et d'adaptation au lecteur.

Affichage et menu

Lorsqu'on commence à décrire l'affichage et les menus de l'appareil, il est plutôt difficile d'éviter la tentation de copier le texte nécessaire de l'examen de l'iPod Nano. Je ne l'ai toujours pas fait et j'ai honnêtement essayé d'oublier ce que j'avais vu plus tôt pour une plus grande impartialité. Je rends compte des résultats. L'écran du lecteur est construit sur une matrice TFT avec une résolution inhabituelle et familière de 176x132 pixels. La diagonale est d'un pouce et demi. En principe, ces caractéristiques sont optimales pour un lecteur audio classique, mais la visualisation de vidéo, de texte et de photos n'est plus de mise ici. Que pouvez-vous faire, donner aux utilisateurs tout à la fois. Voici les fabricants et "servir". L'affichage est cependant assez lumineux, l'image est agréable, les couleurs des yeux ne coupent pas, mais au contraire, de toutes les manières possibles s'il vous plaît. Au soleil, cependant, notre héros s'estompe, mais cela n'a pas d'importance, surtout à la lumière de l'automne qui approche inexorablement, et après lui le sombre hiver de Moscou (le Nouvel An ne compte pas).

Contrairement aux couleurs laconiques de l'affichage du lecteur, que j'ai en quelque sorte oubliées pendant un moment, la carte musicale affiche toutes les couleurs possibles et pas très, puisque vous pouvez mettre n'importe quelle image en arrière-plan. Dans ce contexte, il est très approprié de pouvoir choisir une couleur de police parmi une bonne douzaine d'options ou plus, afin que les inscriptions sur l'image ne soient pas perdues. Même un moment aussi subtil que la transparence des babillards électroniques qui n'occupent qu'une partie de l'écran est également configuré. Cela ne compte pas la sélection du type de curseur. En général, une bonne élaboration de l'interface est visible, même si, bien sûr, il est évident «d'où poussent les jambes». Eh bien, c'est bien que, ayant une base initiale, Meizu se soit donné la peine de la développer, et pas simplement de tout laisser tel quel.

Les polices de Music Card ne sont malheureusement pas aussi fluides que celles d'Apple, mais dans l'ensemble, elles sont plutôt jolies. Il est à noter que dans les lecteurs, qui devraient être vendus en Russie et dans les territoires voisins, les développeurs, sans plus tarder, n'ont laissé que le russe et l'anglais comme langue de menu. Tout de même, le reste n'est nécessaire qu'à une fraction de pour cent de ceux qui étudient actuellement une langue étrangère. Par exemple, j'ai un ami. Il possède toute l'interface de l'iPod, sauf bien sûr les titres des chansons, en japonais. Lorsqu'il est transféré à "regarder-écouter", le joueur fait une impression indélébile sur les filles, cela a été noté à plusieurs reprises. Mais si tout le monde marche comme ça, la nouveauté de l'idée disparaîtra et elle cessera de fonctionner. Donc Ritmix se soucie aussi de notre tranquillité d'esprit, il y a une telle opinion.

Selon la bonne tradition, celle-là même, la composition du menu principal du player peut être personnalisée à votre guise. Voici donc la composition du menu par défaut, telle qu'elle sera pour un nouveau joueur tout juste sorti de la boîte. Le voici : musique, photos, effets sonores, tuner FM, enregistrement, lecture en cours, navigateur, calendrier, minuterie de rétroéclairage, paramètres. Comme vous pouvez le voir, le menu est assez riche, par défaut il inclut des fonctions relativement peu utilisées comme un calendrier et le réglage du temps de rétroéclairage.

< td>< /table>

Musique, Photos, Tuner FM, Enregistrement. Basculez pour écouter de la musique, afficher des photos, recevoir la radio et enregistrer à partir du microphone intégré, respectivement.

Effets sonores. Tous les paramètres sonores : préréglages de l'égaliseur, limiteur de volume maximal, extension stéréo, amplification des graves et des aigus.

Lecture en cours. Revenir à l'écran de lecture en cours.

Navigateur, Calendrier, Minuterie de rétroéclairage. Affichez respectivement le contenu de la mémoire, du calendrier et de la minuterie de rétroéclairage.

Paramètres. Traditionnellement, la section la plus spacieuse, les principaux paramètres sont collectés ici (le reste se trouve dans les sections correspondantes). Les paramètres comprennent : la composition du menu principal, les paramètres d'affichage, le son des boutons, la date et l'heure du système, l'arrêt automatique, le mode de connexion USB et la réinitialisation de tous les paramètres.

Du fait que le menu est organisé selon le schéma déjà utilisé à plusieurs reprises, testé par des millions de copies de joueurs à travers le monde, il est pratique et simple à utiliser. La possibilité de diversifier visuellement l'apparence du menu ne passera pas inaperçue, surtout si vous aimez la variété (je n'aime pas vraiment). Il faut un minimum pour maîtriser le temps, la russification (je recommande de se souvenir de l'orthographe correcte de ce mot, cela vous sera utile) se fait correctement, même si, bien sûr, il y avait quelques abréviations.

Connexion électrique et PC

Music Card ne présente pas de surprises particulières ici, bien qu'il démontre quelques talents. Tout d'abord, il existe un support pour deux types de connexion PC : MSC et MTP. Dans le premier cas, le lecteur est défini comme un support amovible, tous les fichiers, respectivement, sont copiés dans les deux sens par des moyens standard. Le deuxième profil est évidemment destiné aux gourmands soft qui utilisent toutes sortes de programmes jukebox multifonctions. En connectant le lecteur à l'aide du profil MTP, vous pouvez utiliser des programmes compatibles pour copier des fichiers multimédias. D'autres fichiers (tels que des présentations ou des documents) ne peuvent pas être transférés vers le lecteur. La vitesse de copie est décente, même si, bien sûr, elle pourrait être plus élevée, comme vous le souhaitez toujours. En moyenne, il sort environ trois mégaoctets par seconde, ce qui est déjà un bon résultat par rapport à la plupart des modèles du marché.

En termes de nutrition, la situation est standard. Il y a une batterie intégrée de 460 mAh. Il se recharge via USB, il faut environ deux heures, ce qui est généralement tout à fait acceptable. La durée de vie de la batterie revendiquée est de 23 heures, lors de tests sur le terrain, le lecteur a travaillé pendant une durée comparable, il n'y a donc aucune raison de ne pas croire les chiffres.

Photo, vidéo, texte, FM, enregistrement

En raison de la nature relativement secondaire des fonctions, l'histoire à leur sujet est compressée en un chapitre, ou tout ce que vous préférez appeler des morceaux de texte séparés avec votre propre nom.

La prise en charge de l'affichage des photos n'est pas implémentée de la meilleure façon dans la carte musicale, ce qui est plutôt étrange. Le fait est que seules les photos avec une résolution allant jusqu'à 1024x1024 pixels sont prises en charge, ce qui, voyez-vous, est très petit aujourd'hui. Et tous les utilisateurs ne sont pas familiers avec les programmes de redimensionnement en masse des images, et votre humble serviteur appartient également à la majorité.

Pour regarder des vidéos sur le lecteur, les vidéos devront être transcodées pour correspondre à la résolution d'affichage. Dans le même temps, cependant, une fréquence de 25 images par seconde et un débit binaire allant jusqu'à 512 Kbps sont pris en charge. Donc, si vous voulez vraiment regarder des vidéos sur un écran d'un pouce et demi, il ne vous reste plus qu'à choisir un programme de transcodage à votre goût ou à utiliser celui inclus.

D'autre part, le lecteur peut ouvrir facilement des fichiers texte, il vous suffit d'enregistrer le fichier en encodage Unicode. La même simplicité accompagne les processus de réception de programmes radio et d'enregistrement à partir d'un microphone. Le tuner du lecteur est standard, sans prise en charge RDS ni aucune autre "puce". Mais la capacité de la mémoire allouée pour stocker les fréquences des stations est impressionnante - jusqu'à 50 stations peuvent être stockées. Une telle figure, aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que je la rencontre.

< /p>

Les fonctions d'enregistrement du lecteur sont également assez familières. Il y a un enregistrement d'un microphone, il y a de la radio. Trois niveaux de qualité, pour un usage non professionnel suffisent.

Traditionnellement, la section la plus intéressante, bien que récemment les sensations décrites ici ne brillent pas avec une variété particulière, du moins si vous écrivez sur les joueurs, et non sur les écouteurs. Pourtant, les plates-formes les plus populaires des segments moyen et haut sont désormais très proches en qualité sonore, et il est souvent assez difficile de reconnaître les différences à l'oreille. Habituellement, ils sont mieux affichés sur les graphiques du programme Rightmark Audio Analyzer.

Music Card offre de nombreuses possibilités pour reconstruire le son "par vous-même". En plus des préréglages habituels, il y a un égaliseur à dix bandes. Cela fonctionne bien et peut être réglé avec précision. Pour ceux qui n'aiment pas "vapeur" avec l'égaliseur, il y a deux curseurs - amplification des basses et des aigus. Et, enfin, pour les amateurs de "améliorants" en tout genre, le système d'extension stéréo spatialiseur avec plusieurs paramètres personnalisables est prévu.

Résultats généraux

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +1,28, -0,12Moyenne
Niveau sonore, dB(A) : -85,1Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.1Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0080Très bien
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,104Moyenne
Channel Crosstalk, dB : -86,1Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,419Mauvais

Note globale : Bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Seul, sans égaliseurs, le lecteur a un son fluide, vous ne pouvez pas entendre les blocages ou les fréquences amplifiées, cela est également confirmé par le graphique RMAA.Nous pouvons certainement conclure que la Music Card est destinée aux écouteurs intra-auriculaires, elle n'a pas assez de puissance pour les écouteurs aériens. Bien que, bien sûr, il serait préférable que vous puissiez d'abord écouter en tandem le lecteur et les écouteurs avec lesquels vous prévoyez de l'utiliser. C'est juste que les niveaux de volume acceptables varient considérablement d'une personne à l'autre. Par exemple, j'essaie de ne pas écouter les joueurs très longtemps, mais en même temps je préfère un niveau de volume assez élevé. Cela peut sembler exagéré pour certains. Dans tous les cas, le niveau de sortie de la Music Card peut être estimé comme moyen ou légèrement inférieur.

Les écouteurs complets pour le lecteur sont les mêmes que pour le M6. Ils sont fabriqués en plastique noir et disposent d'un haut-parleur en treillis métallique. Le niveau de performance et de son du casque est très bon pour un modèle régulier, mais sans plus. Les écouteurs sonnent vraiment tout à fait acceptables pour leur classe. Cependant, comme cela arrive souvent, le vrai joueur se révèle avec d'autres modèles plus avancés. Enfin, il convient de mentionner la prise en charge des OGG et FLAC, qui ne sont plus exotiques, mais pas encore très courants - il existe suffisamment d'enregistrements de haute qualité dans ces formats sur le Web. Auparavant, le leader incontesté des lecteurs "multi-formats" était la société coréenne Cowon, mais maintenant, de nouveaux venus ambitieux commencent à attaquer sa position, mettant en œuvre un large support de fichiers.

Conclusions et impressions

Au moins en termes de mise en œuvre de qualité d'idées autrefois déjà incarnées, Meizu a du talent. Elle est également présente de manière unique dans le domaine du marketing et du suivi de la situation du marché. L'attitude respectueuse de l'entreprise envers sa propre marque nous permet de juger de la présence d'ambitions. Ensemble, ces facteurs peuvent conduire à l'émergence d'un autre acteur de premier plan sur le marché du MP3, qui ne profite qu'au consommateur.

Le deuxième acteur notable (après M6) de la société s'est avéré être très décent. Nous pouvons donc féliciter Ritmix pour le bon choix - cette marque manquait évidemment d'un lecteur audio brillant (pas MP4) dans sa gamme. Le lecteur n'a pas de défauts particuliers à l'exception de l'étrange changement de piste, et la solution «à un bouton» ne peut pas être qualifiée de défaut, mais plutôt d'une bizarrerie des développeurs. Le lecteur a un bon affichage, un son correct, des commandes intéressantes et pratiques. Tout cela sur fond d'un design non banal et d'un prix d'environ 140 dollars pour 4 Go et 210 pour 8 Go. En un mot, le résultat de la coopération entre Meizu et Ritmix s'avère très curieux, et le moment d'entrer sur le marché coïncide avec le début de l'automne et des achats saisonniers.

Évaluer le lecteur MP3 Meizu Music Card (Ritmix RF-7400)

Meizu a fait parler de lui après l'apparition du lecteur M6, dont une critique a été publiée sur notre site Web l'autre jour. Il semblerait que de nouveaux modèles de joueurs apparaissent chaque jour en Chine, mais cela n'attire pas beaucoup l'attention sur leurs fabricants. Cependant, dans le cas de Meizu, il semble que l'attention portée à l'entreprise ait été apportée par un scénario d'activité inhabituel. Habituellement, après tout, comment cela se passe: ils proposent un nouveau design dans le département R & D (recherche et développement, recherche et développement) d'une grande usine et, eh bien, l'offrent à n'importe qui. Cette conception dans la plupart des cas n'est pas bonne du point de vue de l'Européen ou de l'Américain moyen, mais elle fonctionne bien en Asie. Les entreprises qui parviennent à développer un design digeste du point de vue du reste du monde décrochent rapidement les meilleures commandes ou commencent même à vendre le produit par elles-mêmes.Quelque chose comme ça, apparemment, s'est produit avec Meizu. Le modèle M6 ​​a reçu un excellent timing, c'est-à-dire qu'il est apparu sur le marché au moment le plus favorable. L'intérêt pour les lecteurs MP4, c'est-à-dire les appareils dotés d'une mémoire flash et d'un écran relativement grand, n'a cessé d'augmenter, tandis que l'offre a pris du retard par rapport à la demande. Les atouts du M6 sont évidents, et il est difficile de les qualifier de révolutionnaires, mais dans l'ensemble, ils ont parfaitement fonctionné. Cela peut sembler insignifiant, mais, à mon avis, un bon nom d'entreprise et un bon logo ont joué un certain rôle pour attirer l'attention. Jugez par vous-même - le nom Meizu sonne, bien qu'asiatique, mais au moins l'oreille russe ne coupe pas et est associée simultanément au Japon, à la Chine, à la Corée, ce qui signifie haute technologie et non artisanat bon marché. De plus, il y a un logo plutôt agréable et d'aspect technologique avec une lettre M en surbrillance. En plus d'être «employé en permanence» dans le logo, il vit aussi sa propre vie, le remplaçant là où cinq lettres ne peuvent tout simplement pas tenir. En raison de l'écriture spéciale de la lettre, un remplacement à part entière est facile pour elle. C'est une bonne prise. Peut-être que la comparaison n'est pas trop correcte, mais, par exemple, la lettre M sous la forme de deux arcs jaunes est familière à tout le monde et est immédiatement reconnaissable. Le M anguleux de Meizu n'atteindra probablement pas une telle popularité, mais il a de bonnes chances d'acquérir une certaine notoriété dans les cercles audio personnels.

Sautant dans la vague MP4, Meizu a raisonnablement décidé de ne pas se reposer sur ses lauriers, mais de continuer à attirer l'attention. L'un des moyens les plus efficaces de le faire est scandaleux. Avec un sens du moment, apparemment, la direction de l'entreprise se porte bien, ce qui explique probablement pourquoi Meizu n'a pas manqué de profiter de l'hystérie de masse autour de l'iPhone. Si vous vous en souvenez, toutes les nouvelles, même les plus insignifiantes, concernant cet appareil ont été placées aux meilleurs endroits de tous les blogs et fils d'actualités technologiques. C'est à ce moment-là que la nouvelle est apparue qu'une société chinoise jusque-là pratiquement inconnue sortirait son propre «iPhone», et même presque plus tôt que l'original. Naturellement, le message à ce sujet s'est répandu instantanément sur tout le Web et Meizu a reçu une bonne publicité. En fin de compte, dans l'ensemble, peu importe ce qu'ils disent, ce qui compte, c'est ce qu'ils disent. Et il n'y avait aucun problème avec cela. On se souvient de moins en moins de l'iPhone de Meizu, ce qui est bénéfique pour l'entreprise : ils se spécialisent toujours dans l'audio personnel, et essayer de représenter quelque chose de "ressemblant à un téléphone" signifie gaspiller votre énergie.

En général, aussi juste que puisse être la censure des "clones", leurs producteurs personnellement ne me causent pas un rejet fort. Le fait est que c'est connu depuis longtemps : si vous voulez apprendre à faire quelque chose de vraiment bien, copiez d'abord, puis expérimentez. À Meizu, apparemment, ils connaissent bien ce principe et le suivent jusqu'à présent strictement. On n'a pas encore entendu parler du M-Phone, mais le M6, ou plutôt, pour l'aider, a été remplacé par un nouveau modèle appelé Meizu Music Card. À ce sujet, en fait, sera discuté aujourd'hui.

En général, à première vue, il semble que Meizu n'ait que deux lecteurs, M6 et Music Card. En fait, il y en a plus, mais les autres modèles sortis plus tôt ne diffèrent en rien de leurs homologues en quoi que ce soit de spécial et semblent plutôt modestes dans le contexte des réalisations ultérieures de l'entreprise.

Mais revenons à la carte musicale. Ce lecteur est d'autant plus intéressant que dans notre pays, il sera vendu sous la marque Ritmix. Cette MDD développe depuis peu sérieusement sa gamme et accroît sa présence sur le marché, espérant clairement y prendre une des places les plus en vue. La gamme Ritmix comprend à la fois des lecteurs Nano et PMP, mais le vecteur principal, me semble-t-il, est mis sur les lecteurs MP4 de l'entreprise. Apparemment, il n'était pas possible d'intégrer le M6 dans sa gamme Ritmix, mais la lumière n'a pas convergé vers ce modèle. Il y a d'autres segments, après tout. En conséquence, nous avons réussi à nous mettre d'accord avec Meizu sur le co-marquage, c'est-à-dire l'étiquetage conjoint du même produit. C'est ainsi qu'un curieux appareil s'est avéré sous le double nom de Meizu Music Card by Ritmix (Ritmix 7400). Dans le titre, j'ai volontairement avancé le nom d'origine, car il est tout à fait possible que des lecteurs sous d'autres marques sortent sur la base de ce modèle, sinon aujourd'hui, du moins demain.

À la base, le Ritmix 7400 de Meizu Music Card est un lecteur Nano qui a beaucoup en commun avec la première génération du « progéniteur ». Il y a un panneau avant en plastique et un panneau arrière en métal, des commandes tactiles, un écran d'un pouce et demi et des fonctionnalités légèrement étendues. Cependant, avec tout cela, le joueur a l'air assez frais et curieux, il n'y a aucune envie de le graver immédiatement en une copie directe et d'y mettre fin. Curieusement, la similitude avec Nano ne fait que stimuler l'intérêt pour la recherche, le joueur veut ramasser, tourner, cliquer sur des boutons - j'ai observé à plusieurs reprises cet effet avec mes collègues.

En termes de capacités, Music Card répond pleinement aux attentes modernes. Il y a un enregistreur vocal et un tuner FM, aucun gestionnaire de logiciel n'est requis pour enregistrer de la musique, vous pouvez regarder des photos et lire du texte. Il y a suffisamment de mémoire installée dans le lecteur, il existe trois options les plus populaires pour aujourd'hui : 2, 4 et 8 Go. Du général c'est tout, passons aux détails.

Corps et conception

A Meizu, apparemment, ils ne se « cryptaient » pas spécialement. Et si un bon design était inventé à Cupertino ? Tout ce qui nous entoure doit avoir été inventé par quelqu'un. Si Nano est déjà devenu un standard de l'industrie, vous devrez vous contenter de solutions d'emprunt, ce n'est plus copier, mais jouer presque selon les règles du facteur de forme. D'une manière ou d'une autre, la face avant de la Music Card est en plastique lisse noir ou blanc, ce qui est assez attendu. Eh bien, le matériau de la face arrière, respectivement, est un alliage métallique.Tout a l'air assez harmonieux, les designers chinois ne sont pas plus stupides que les européens et ils comprennent parfaitement qu'il est très difficile de gâcher la combinaison de l'une des couleurs primaires avec la couleur du métal pur, vous devrez vous efforcer ici. En conséquence, grâce à la combinaison polyvalente de matériaux et de couleurs, la Music Card a un superbe design au quotidien. Dans l'une des revues, j'ai déjà révélé le sens de cette expression, par laquelle j'entends un design pour une utilisation quotidienne constante, quel que soit le style vestimentaire ou le type d'activité. La carte musicale a l'air discrète, mais assez élégante, à bien des égards, bien sûr, en raison de la barre de défilement, il s'agit d'un élément de design à part entière. Dans le même temps, le design du lecteur peut être qualifié de minimaliste en toute sécurité, il est tout à fait dans l'air du temps. Il n'y a pas encore de quoi féliciter les concepteurs de Meizu, mais il est plus facile de construire le look de l'appareil sur la base existante que de partir de zéro, mais ils recevront toujours un clin d'œil encourageant de ma part.

En ce qui concerne les sensations tactiles, la Music Card occupe une place tout à fait digne. Le joueur se trouve bien dans la main, on ne sent pas qu'il est trop petit. Si dans le cas du premier Nano j'avais un sentiment de fragilité du design, alors la Music Card semble beaucoup plus durable.

Il y a un point à noter séparément, sur lequel je me suis déjà concentré dans le podcast. L'ensemble du panneau avant du boîtier est recouvert d'un film protecteur spécial, installé de manière industrielle. Franchement, au cours des deux ou trois dernières années, j'ai essayé beaucoup de lecteurs et d'autres gadgets, mais c'est la première fois que je tombe sur une telle solution. D'ailleurs, ce n'est pas propre à Music Card, Artem Lutfullin l'a rencontré sur son Meizu M6. En fait, le désir de protéger le boîtier contre les dommages est tout à fait compréhensible, tout le monde veut que l'appareil soit parfait aussi longtemps que possible, tant pour les utilisateurs que pour les fabricants. Mais https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 ne serait-il pas préférable de le faire immédiatement ramasser du plastique avec les bonnes caractéristiques ? Et puis, bon gré mal gré, vient à l'esprit la première génération de joueurs « pomme », dont la capacité à se couvrir de rayures est déjà devenue synonyme. Peut-être que quelque part en Chine existe-t-il d'importants stocks de plastique "Nanovsky" ? Ne gaspillez pas le bien. C'est là qu'ils l'ont mis en marche. Les blagues sont des blagues, et sans film, le corps se gratte très vite. Je pense que les résultats des expériences menées sur le M6 peuvent être étendus à la Music Card. Eh bien, au moins il y a un film, car il s'intègre de la manière la plus dense et semble assez résistant aux influences directement liées au processus de fonctionnement. Malheureusement, le film ne protège pas des traces de doigts, et ils recouvrent rapidement toutes les surfaces disponibles, il faut s'en accommoder.

L'emplacement de tous les éléments sur le corps est conforme aux règles non écrites du facteur de forme. En haut du panneau avant se trouve un écran, en dessous se trouve une barre de défilement tactile et un autre bouton. Le dos du boîtier est exempt de tout autre chose que des inscriptions et des logos, ainsi que des deux panneaux latéraux. L'extrémité supérieure est également presque vide, sans compter l'interrupteur de verrouillage coulissant. Eh bien, en bas, il manque une prise casque et une prise USB.

Gestion

Ici, tout est selon le schéma classique : toutes les commandes sont sur le panneau avant, sous l'écran, seul le commutateur de verrouillage à l'extrémité supérieure à gauche du prototype bien connu. Il n'y a que deux contrôles : une barre verticale assez longue et un bouton rond. La bande, comme vous pouvez le deviner, est utilisée pour naviguer dans toutes sortes de listes et de menus. Il a également deux boutons, similaires à ceux des "ipods" ClickWheel. Ils sont situés en haut et en bas de la bande, celui du haut est marqué de la première lettre du logo Meizu, celui du bas est avec l'icône habituelle de démarrage-pause. Les boutons servent respectivement à revenir au niveau de menu précédent, à démarrer et à mettre en pause la lecture.

En général, décrire le fonctionnement de la Music Card est assez simple. Les sensations lorsque l'on travaille avec la commande tactile du lecteur copient presque celles de l'iPod. La bande verticale du joueur est essentiellement un anneau «déroulé», et les sensations qui en découlent sont les mêmes. Les touchers et les mouvements du doigt sont fixés avec précision et fiabilité, cela ne pose aucun problème. Mais les concepteurs sont allés plus loin que le même produit Apple omniprésent et ont mis en place un bouton "virtuel", lorsque le doigt ne touche que la surface, sans action mécanique. Ainsi, par exemple, les écrans tactiles sur les ordinateurs portables fonctionnent, cette action, lorsqu'un simple ou double toucher d'un point est effectué, s'appelle tapoter. Dans la Music Card, le tapotement navigue dans le menu et confirme la sélection, le point au centre de la bande remplit en fait la fonction du bouton OK. Il faudra quelques minutes pour s'y habituer, mais après cela, il n'y aura plus de différence entre appuyer et toucher.

Une autre innovation est un bouton inhabituel pour basculer entre les compositions. Seuls les ingénieurs Meizu savent pourquoi cela devait être fait comme ça. Cela s'est avéré original, mais pas très pratique: pour sélectionner le sens de commutation, vous devez appuyer sur le bouton et le maintenir enfoncé pendant un certain temps. Avec les pressions suivantes (déjà courtes), la commutation entre les pistes dans la direction sélectionnée sera effectuée. La méthode est vraiment étrange, on ne sait pas pourquoi il n'a pas été possible de faire au moins une "bascule" horizontale. Apparemment, Meizu a décidé de sacrifier une partie de l'ergonomie pour l'originalité, pas autrement. Dans tous les cas, le bouton est assez gros et, bien qu'il ait une course assez courte, il corrige les clics en un clic, il n'y a donc aucune question de savoir s'il a fonctionné ou non.

En général, le contrôle du joueur laisse une impression agréable. Ce n'est que maintenant que le système doit ces impressions à une barre de défilement bien faite. Le bouton pour basculer entre les compositions ne provoque que la perplexité. J'aimerais espérer et croire que les concepteurs n'avaient tout simplement pas d'autre choix.

Oui, il y a un autre point important que j'ai presque oublié. Le joueur "réalise" toutes les manipulations avec le contrôle avec un clic bien connu, qui peut cependant être désactivé. À première vue, la présence de clics semble être une bagatelle, mais au début, cela aide beaucoup dans le processus de maîtrise et d'adaptation au lecteur.

Affichage et menu

Lorsqu'on commence à décrire l'affichage et les menus de l'appareil, il est plutôt difficile d'éviter la tentation de copier le texte nécessaire de l'examen de l'iPod Nano. Je ne l'ai toujours pas fait et j'ai honnêtement essayé d'oublier ce que j'avais vu plus tôt pour une plus grande impartialité. Je rends compte des résultats. L'écran du lecteur est construit sur une matrice TFT avec une résolution familière de 176x132 pixels. La diagonale est d'un pouce et demi. En principe, ces caractéristiques sont optimales pour un lecteur audio classique, mais la visualisation de vidéo, de texte et de photos n'est plus de mise ici. Que pouvez-vous faire, donner aux utilisateurs tout à la fois. Voici les fabricants et "servir". L'affichage est cependant assez lumineux, l'image est agréable, les couleurs des yeux ne coupent pas, mais au contraire, de toutes les manières possibles s'il vous plaît. Au soleil, cependant, notre héros s'estompe, mais ce n'est pas un problème, surtout à la lumière de l'automne qui approche inexorablement, et après lui le sombre hiver de Moscou (le Nouvel An ne compte pas).

Contrairement aux couleurs laconiques de l'affichage du lecteur, que j'ai en quelque sorte oubliées pendant un moment, la carte musicale affiche toutes les couleurs possibles et pas très, puisque vous pouvez mettre n'importe quelle image en arrière-plan. Dans ce contexte, il est très approprié de pouvoir choisir une couleur de police parmi une bonne douzaine d'options ou plus, afin que les inscriptions sur l'image ne soient pas perdues. Même un moment aussi subtil que la transparence des babillards électroniques qui n'occupent qu'une partie de l'écran est également configuré. Cela ne compte pas la sélection du type de curseur. En général, une bonne élaboration de l'interface est visible, même si, bien sûr, il est évident «d'où poussent les jambes». Eh bien, c'est bien que, ayant une base initiale, Meizu se soit donné la peine de la développer, et pas simplement de tout laisser tel quel.

Les polices de Music Card ne sont malheureusement pas aussi fluides que celles d'Apple, mais dans l'ensemble, elles sont plutôt jolies. Il est à noter que dans les lecteurs, qui devraient être vendus en Russie et dans les territoires voisins, les développeurs, sans plus tarder, n'ont laissé que le russe et l'anglais comme langue de menu. Tout de même, le reste n'est nécessaire qu'à une fraction de pour cent de ceux qui étudient actuellement une langue étrangère. Par exemple, j'ai un ami. Il possède toute l'interface de l'iPod, sauf bien sûr les titres des chansons, en japonais. Lorsqu'il est transféré à "regarder-écouter", le joueur fait une impression indélébile sur les filles, cela a été noté à plusieurs reprises. Mais si tout le monde marche comme ça, la nouveauté de l'idée disparaîtra et elle cessera de fonctionner. Alors Ritmix se soucie aussi de notre tranquillité d'esprit, il y a une telle opinion.

Selon la bonne tradition, celle-là même, la composition du menu principal du player peut être personnalisée à votre guise. Voici donc la composition du menu par défaut, telle qu'elle sera pour un nouveau joueur tout juste sorti de la boîte. Le voici : musique, photos, effets sonores, tuner FM, enregistrement, lecture en cours, navigateur, calendrier, minuterie de rétroéclairage, paramètres. Comme vous pouvez le voir, le menu est assez riche, par défaut il inclut des fonctions relativement peu utilisées comme un calendrier et le réglage du temps de rétroéclairage.

< td>< /table>

Musique, Photos, Tuner FM, Enregistrement. Basculez pour écouter de la musique, afficher des photos, recevoir la radio et enregistrer à partir du microphone intégré, respectivement.

Effets sonores. Tous les paramètres sonores : préréglages de l'égaliseur, limiteur de volume maximal, extension stéréo, amplification des graves et des aigus.

Lecture en cours. Revenir à l'écran de lecture en cours.

Navigateur, Calendrier, Minuterie de rétroéclairage. Affichez respectivement le contenu de la mémoire, du calendrier et de la minuterie de rétroéclairage.

Paramètres. Traditionnellement, la section la plus volumineuse, les principaux paramètres sont rassemblés ici (le reste se trouve dans les sections correspondantes). Les paramètres comprennent : la composition du menu principal, les paramètres d'affichage, le son des boutons, la date et l'heure du système, l'arrêt automatique, le mode de connexion USB et la réinitialisation de tous les paramètres.

En raison du fait que le menu est organisé selon le schéma déjà utilisé à plusieurs reprises, testé par des millions de copies de joueurs à travers le monde, il est pratique et simple à utiliser. La possibilité de diversifier visuellement l'apparence du menu ne passera pas inaperçue, surtout si vous aimez la variété (je n'aime pas vraiment). Il faut un minimum pour maîtriser le temps, la russification (je recommande de se souvenir de l'orthographe correcte de ce mot, cela vous sera utile) se fait correctement, même si, bien sûr, il y avait quelques abréviations.

Connexion électrique et PC

Music Card ne présente pas de surprises particulières ici, bien qu'il montre quelques talents. Tout d'abord, il existe un support pour deux types de connexion PC : MSC et MTP. Dans le premier cas, le lecteur est défini comme un support amovible, tous les fichiers, respectivement, sont copiés dans les deux sens par des moyens standard. Le second profil est évidemment destiné aux gourmands soft qui utilisent toutes sortes de programmes jukebox multifonctions. En connectant le lecteur à l'aide du profil MTP, vous pouvez utiliser des programmes compatibles pour copier des fichiers multimédias. D'autres fichiers (tels que des présentations ou des documents) ne peuvent pas être transférés vers le lecteur. La vitesse de copie est décente, même si, bien sûr, elle pourrait être plus élevée, comme vous le souhaitez toujours. En moyenne, il sort environ trois mégaoctets par seconde, ce qui est déjà un bon résultat par rapport à la plupart des modèles du marché.

En termes de nutrition, la situation est standard. Il y a une batterie intégrée de 460 mAh. Il se recharge via USB, il faut environ deux heures, ce qui est généralement tout à fait acceptable. La durée de vie de la batterie revendiquée est de 23 heures, lors de tests sur le terrain, le lecteur a travaillé pendant une durée comparable, il n'y a donc aucune raison de ne pas croire les chiffres.

Photo, vidéo, texte, FM, enregistrement

En raison de la nature relativement secondaire des fonctions, l'histoire à leur sujet est compressée en un chapitre, ou tout ce que vous préférez appeler des morceaux de texte séparés avec votre propre nom.

La prise en charge de l'affichage des photos n'est pas implémentée de la meilleure façon dans la carte musicale, ce qui est plutôt étrange. Le fait est que seules les photos avec une résolution allant jusqu'à 1024x1024 pixels sont prises en charge, ce qui, voyez-vous, est très petit aujourd'hui. Et tous les utilisateurs ne sont pas familiers avec les programmes de redimensionnement en masse des images, et votre humble serviteur appartient également à la majorité.

Afin de regarder des vidéos sur le lecteur, les vidéos devront être ré-encodées en fonction de la résolution de l'affichage. Dans le même temps, cependant, une fréquence de 25 images par seconde et un débit binaire allant jusqu'à 512 Kbps sont pris en charge. Donc, si vous voulez vraiment regarder des vidéos sur un écran d'un pouce et demi, il ne vous reste plus qu'à choisir un programme de transcodage à votre goût ou à utiliser celui inclus.

D'autre part, le lecteur peut facilement ouvrir des fichiers texte, il vous suffit d'enregistrer le fichier en encodage Unicode. La même simplicité accompagne les processus de réception de programmes radio et d'enregistrement à partir d'un microphone. Le tuner du lecteur est standard, sans prise en charge RDS ni aucune autre "puce". Mais la capacité de la mémoire allouée pour stocker les fréquences des stations est impressionnante - jusqu'à 50 stations peuvent être stockées. Un tel personnage, aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que je le rencontre.

< /p>

Les fonctions d'enregistrement du lecteur sont également assez familières. Il y a un enregistrement d'un microphone, il y a de la radio. Trois niveaux de qualité, pour un usage non professionnel suffisent.

Traditionnellement, la section la plus intéressante, bien que récemment les sensations décrites ici ne brillent pas avec une variété particulière, du moins si vous écrivez sur les joueurs, et non sur les écouteurs. Pourtant, les plates-formes les plus populaires des segments moyen et haut sont désormais très proches en qualité sonore, et il est souvent assez difficile de reconnaître les différences à l'oreille. Habituellement, ils sont mieux affichés sur les graphiques du programme Rightmark Audio Analyzer.

Music Card offre de nombreuses possibilités pour reconstruire le son "par vous-même". En plus des préréglages habituels, il y a un égaliseur à dix bandes. Cela fonctionne bien et peut être réglé avec précision. Pour ceux qui n'aiment pas "vapeur" avec l'égaliseur, il y a deux curseurs - amplification des basses et des aigus. Et, enfin, pour les amateurs de "améliorants" en tout genre, le système d'extension stéréo spatialiseur avec plusieurs paramètres personnalisables est prévu.

Résultats généraux

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +1,28, -0,12Moyenne
Niveau sonore, dB(A) : -85,1Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.1Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0080Très bien
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,104Moyenne
Channel Crosstalk, dB : -86,1Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,419Mauvais

Note globale : Bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Seul, sans égaliseurs, le lecteur a un son fluide, vous ne pouvez pas entendre les blocages ou les fréquences amplifiées, cela est également confirmé par le graphique RMAA.Nous pouvons certainement conclure que la Music Card est destinée aux écouteurs intra-auriculaires, elle n'a pas assez de puissance pour les écouteurs aériens. Bien que, bien sûr, il serait préférable que vous puissiez d'abord écouter en tandem le lecteur et les écouteurs avec lesquels vous prévoyez de l'utiliser. C'est juste que les niveaux de volume acceptables varient considérablement d'une personne à l'autre. Par exemple, j'essaie de ne pas écouter les joueurs très longtemps, mais en même temps je préfère un niveau de volume assez élevé. Cela peut sembler exagéré pour certains. Dans tous les cas, le niveau de sortie de la Music Card peut être estimé comme moyen ou légèrement inférieur.

Les écouteurs complets pour le lecteur sont les mêmes que pour le M6. Ils sont fabriqués en plastique noir et disposent d'un haut-parleur en treillis métallique. Le niveau de performance et de son du casque est très bon pour un modèle régulier, mais sans plus. Les écouteurs sonnent vraiment tout à fait acceptables pour leur classe. Cependant, comme cela arrive souvent, le vrai joueur se révèle avec d'autres modèles plus avancés. Enfin, il convient de mentionner la prise en charge des OGG et FLAC, qui ne sont plus exotiques, mais pas encore très courants - il existe suffisamment d'enregistrements de haute qualité dans ces formats sur le Web. Auparavant, le leader incontesté des lecteurs "multi-formats" était la société coréenne Cowon, mais maintenant, de nouveaux venus ambitieux commencent à attaquer sa position, mettant en œuvre un large support de fichiers.

Conclusions et impressions

Au moins en termes de mise en œuvre de qualité d'idées autrefois déjà incarnées, Meizu a du talent. Elle est également présente de manière unique dans le domaine du marketing et du suivi de la situation du marché. L'attitude respectueuse de l'entreprise envers sa propre marque nous permet de juger de la présence d'ambitions. Ensemble, ces facteurs peuvent conduire à l'émergence d'un autre acteur de premier plan sur le marché du MP3, qui ne profite qu'au consommateur.

Le deuxième acteur notable (après M6) de la société s'est avéré être très décent. Nous pouvons donc féliciter Ritmix pour le bon choix - cette marque manquait évidemment d'un lecteur audio brillant (pas MP4) dans sa gamme. Le lecteur n'a pas de défauts particuliers à l'exception de l'étrange changement de piste, et la solution «à un bouton» ne peut pas être qualifiée de défaut, mais plutôt d'une bizarrerie des développeurs. Le lecteur a un bon affichage, un son correct, des commandes intéressantes et pratiques. Tout cela dans le contexte d'un design peu banal et d'un prix d'environ 140 $ pour 4 Go et 210 $ pour 8 Go. En un mot, le résultat de la coopération entre Meizu et Ritmix s'avère très curieux, et le moment d'entrer sur le marché coïncide avec le début de l'automne et des achats saisonniers.

Évaluer le lecteur MP3 Meizu Music Card (Ritmix RF-7400)

Meizu a fait parler de lui après l'apparition du lecteur M6, dont une critique a été publiée sur notre site Web l'autre jour. Il semblerait que de nouveaux modèles de joueurs apparaissent chaque jour en Chine, mais cela n'attire pas beaucoup l'attention sur leurs fabricants. Cependant, dans le cas de Meizu, il semble qu'un scénario d'activité inhabituel ait retenu l'attention de l'entreprise. Habituellement, après tout, comment cela se passe: ils proposent un nouveau design dans le département R & D (recherche et développement, recherche et développement) d'une grande usine et, eh bien, l'offrent à n'importe qui. Cette conception dans la plupart des cas n'est pas bonne du point de vue de l'Européen ou de l'Américain moyen, mais elle fonctionne bien en Asie. Les entreprises qui parviennent à développer un design digeste du point de vue du reste du monde décrochent rapidement les meilleures commandes ou commencent même à vendre le produit par elles-mêmes.Quelque chose comme ça, apparemment, s'est produit avec Meizu. Le modèle M6 ​​a reçu un excellent timing, c'est-à-dire qu'il est apparu sur le marché au moment le plus favorable. L'intérêt pour les lecteurs MP4, c'est-à-dire les appareils dotés d'une mémoire flash et d'un écran relativement grand, n'a cessé d'augmenter, tandis que l'offre a pris du retard par rapport à la demande. Les atouts du M6 sont évidents, et il est difficile de les qualifier de révolutionnaires, mais dans l'ensemble, ils ont parfaitement fonctionné. Cela peut sembler insignifiant, mais, à mon avis, un bon nom d'entreprise et un bon logo ont joué un certain rôle pour attirer l'attention. Jugez par vous-même - le nom Meizu sonne, bien qu'asiatique, mais au moins l'oreille russe ne coupe pas et est associée simultanément au Japon, à la Chine, à la Corée, ce qui signifie haute technologie et non artisanat bon marché. De plus, il y a un logo plutôt agréable et d'aspect technologique avec une lettre M en surbrillance. En plus d'être «employé en permanence» dans le logo, il vit aussi sa propre vie, le remplaçant là où cinq lettres ne peuvent tout simplement pas tenir. En raison de l'écriture spéciale de la lettre, un remplacement à part entière est facile pour elle. C'est une bonne prise. Peut-être que la comparaison n'est pas trop correcte, mais, par exemple, la lettre M sous la forme de deux arcs jaunes est familière à tout le monde et est immédiatement reconnaissable. Le M anguleux de Meizu n'atteindra probablement pas une telle popularité, mais il a de bonnes chances d'acquérir une certaine notoriété dans les cercles audio personnels.

Sautant dans la vague MP4, Meizu a raisonnablement décidé de ne pas se reposer sur ses lauriers, mais de continuer à attirer l'attention. L'un des moyens les plus efficaces de le faire est scandaleux. Avec un sens du moment, apparemment, la direction de l'entreprise se porte bien, ce qui explique probablement pourquoi Meizu n'a pas manqué de profiter de l'hystérie de masse autour de l'iPhone. Si vous vous en souvenez, toutes les nouvelles, même les plus insignifiantes, concernant cet appareil ont été placées aux meilleurs endroits de tous les blogs et fils d'actualités technologiques. C'est à ce moment-là que la nouvelle est apparue qu'une société chinoise jusque-là pratiquement inconnue sortirait son propre «iPhone», et même presque plus tôt que l'original. Naturellement, le message à ce sujet s'est répandu instantanément sur tout le Web et Meizu a reçu une bonne publicité. En fin de compte, dans l'ensemble, peu importe ce qu'ils disent, ce qui compte, c'est ce qu'ils disent. Et il n'y avait aucun problème avec cela. On se souvient de moins en moins de l'iPhone de Meizu, ce qui est bénéfique pour l'entreprise : ils se spécialisent toujours dans l'audio personnel, et essayer de représenter quelque chose de "ressemblant à un téléphone" signifie gaspiller votre énergie.

En général, aussi juste que puisse être la censure des "clones", leurs producteurs personnellement ne me causent pas un rejet fort. Le fait est que c'est connu depuis longtemps : si vous voulez apprendre à faire quelque chose de vraiment bien, copiez d'abord, puis expérimentez. À Meizu, apparemment, ils connaissent bien ce principe et le suivent jusqu'à présent strictement. On n'a pas encore entendu parler du M-Phone, mais le M6, ou plutôt, pour l'aider, a été remplacé par un nouveau modèle appelé Meizu Music Card. À ce sujet, en fait, sera discuté aujourd'hui.

En général, à première vue, il semble que Meizu n'ait que deux lecteurs, M6 et Music Card. En fait, il y en a plus, mais les autres modèles sortis plus tôt ne diffèrent en rien de leurs homologues en quoi que ce soit de spécial et semblent plutôt modestes dans le contexte des réalisations ultérieures de l'entreprise.

Mais revenons à la carte musicale. Ce lecteur est d'autant plus intéressant que dans notre pays, il sera vendu sous la marque Ritmix. Cette MDD développe depuis peu sérieusement sa gamme et accroît sa présence sur le marché, espérant clairement y prendre une des places les plus en vue. La gamme Ritmix comprend à la fois des lecteurs Nano et PMP, mais le vecteur principal, me semble-t-il, est mis sur les lecteurs MP4 de l'entreprise. Apparemment, il n'était pas possible d'intégrer le M6 dans sa gamme Ritmix, mais la lumière n'a pas convergé vers ce modèle. Il y a d'autres segments, après tout. En conséquence, nous avons réussi à nous mettre d'accord avec Meizu sur le co-marquage, c'est-à-dire l'étiquetage conjoint du même produit. C'est ainsi qu'un curieux appareil s'est avéré sous le double nom de Meizu Music Card by Ritmix (Ritmix 7400). Dans le titre, j'ai volontairement avancé le nom d'origine, car il est tout à fait possible que des lecteurs sous d'autres marques sortent sur la base de ce modèle, sinon aujourd'hui, du moins demain.

À la base, le Ritmix 7400 de Meizu Music Card est un lecteur Nano qui a beaucoup en commun avec la première génération du « progéniteur ». Il y a un panneau avant en plastique et un panneau arrière en métal, des commandes tactiles, un écran d'un pouce et demi et des fonctionnalités légèrement étendues. Cependant, avec tout cela, le joueur a l'air assez frais et curieux, il n'y a aucune envie de le graver immédiatement en une copie directe et d'y mettre fin. Curieusement, la similitude avec Nano ne fait que stimuler l'intérêt pour la recherche, le joueur veut ramasser, tourner, cliquer sur des boutons - j'ai observé à plusieurs reprises cet effet avec mes collègues.

En termes de capacités, Music Card répond pleinement aux attentes modernes. Il y a un enregistreur vocal et un tuner FM, aucun gestionnaire de logiciel n'est requis pour enregistrer de la musique, vous pouvez regarder des photos et lire du texte. Il y a suffisamment de mémoire installée dans le lecteur, il existe trois options les plus populaires pour aujourd'hui : 2, 4 et 8 Go. Du général c'est tout, passons aux détails.

Corps et conception

A Meizu, apparemment, ils ne se « cryptaient » pas spécialement. Et si un bon design était inventé à Cupertino ? Tout ce qui nous entoure doit avoir été inventé par quelqu'un. Si Nano est déjà devenu un standard de l'industrie, vous devrez vous contenter de solutions d'emprunt, ce n'est plus copier, mais jouer presque selon les règles du facteur de forme. D'une manière ou d'une autre, la face avant de la Music Card est en plastique lisse noir ou blanc, ce qui est assez attendu. Eh bien, le matériau de la face arrière, respectivement, est un alliage métallique.Tout a l'air assez harmonieux, les designers chinois ne sont pas plus stupides que les européens et ils comprennent parfaitement qu'il est très difficile de gâcher la combinaison de l'une des couleurs primaires avec la couleur du métal pur, vous devrez vous efforcer ici. En conséquence, grâce à la combinaison polyvalente de matériaux et de couleurs, la Music Card a un superbe design au quotidien. Dans l'une des revues, j'ai déjà révélé le sens de cette expression, par laquelle j'entends un design pour une utilisation quotidienne constante, quel que soit le style vestimentaire ou le type d'activité. La carte musicale a l'air discrète, mais assez élégante, à bien des égards, bien sûr, en raison de la barre de défilement, il s'agit d'un élément de design à part entière. Dans le même temps, le design du lecteur peut être qualifié de minimaliste en toute sécurité, il est tout à fait dans l'air du temps. Il n'y a pas encore de quoi féliciter les concepteurs de Meizu, mais il est plus facile de construire le look de l'appareil sur la base existante que de partir de zéro, mais ils recevront toujours un clin d'œil encourageant de ma part.

En ce qui concerne les sensations tactiles, la Music Card occupe une place tout à fait digne. Le joueur se trouve bien dans la main, on ne sent pas qu'il est trop petit. Si dans le cas du premier Nano j'avais un sentiment de fragilité du design, alors la Music Card semble beaucoup plus durable.

Il y a un point à noter séparément, sur lequel je me suis déjà concentré dans le podcast. L'ensemble du panneau avant du boîtier est recouvert d'un film protecteur spécial, installé de manière industrielle. Franchement, au cours des deux ou trois dernières années, j'ai essayé beaucoup de lecteurs et d'autres gadgets, mais c'est la première fois que je tombe sur une telle solution. D'ailleurs, ce n'est pas propre à Music Card, Artem Lutfullin l'a rencontré sur son Meizu M6. En fait, le désir de protéger le boîtier contre les dommages est tout à fait compréhensible, tout le monde veut que l'appareil soit parfait aussi longtemps que possible, tant pour les utilisateurs que pour les fabricants. Mais https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 ne serait-il pas préférable de le faire immédiatement ramasser du plastique avec les bonnes caractéristiques ? Et puis, bon gré mal gré, vient à l'esprit la première génération de joueurs « pomme », dont la capacité à se couvrir de rayures est déjà devenue synonyme. Peut-être que quelque part en Chine existe-t-il d'importants stocks de plastique "Nanovsky" ? Ne gaspillez pas le bien. C'est là qu'ils l'ont mis en marche. Les blagues sont des blagues, et sans film, le corps se gratte très vite. Je pense que les résultats des expériences menées sur le M6 peuvent être étendus à la Music Card. Eh bien, au moins il y a un film, car il s'intègre de la manière la plus dense et semble assez résistant aux influences directement liées au processus de fonctionnement. Malheureusement, le film ne protège pas des traces de doigts, et ils recouvrent rapidement toutes les surfaces disponibles, il faut s'en accommoder.

L'emplacement de tous les éléments sur le corps est conforme aux règles non écrites du facteur de forme. En haut du panneau avant se trouve un écran, en dessous se trouve une barre de défilement tactile et un autre bouton. Le dos du boîtier est exempt de tout autre chose que des inscriptions et des logos, ainsi que des deux panneaux latéraux. L'extrémité supérieure est également presque vide, sans compter l'interrupteur de verrouillage coulissant. Eh bien, la prise casque et la prise USB manquantes se trouvent en bas.

Gestion

Ici, tout est selon le schéma classique : toutes les commandes sont sur le panneau avant, sous l'écran, seul le commutateur de verrouillage à l'extrémité supérieure à gauche du prototype bien connu. Il n'y a que deux contrôles : une barre verticale assez longue et un bouton rond. La bande, comme vous pouvez le deviner, est utilisée pour naviguer dans toutes sortes de listes et de menus. Il dispose également de deux boutons, similaires à ceux du ClickWheel de l'iPod. Ils sont situés en haut et en bas de la bande, celui du haut est marqué de la première lettre du logo Meizu, celui du bas est avec l'icône habituelle de démarrage-pause. Les boutons servent respectivement à revenir au niveau de menu précédent, à démarrer et à mettre en pause la lecture.

En général, il est assez facile de décrire le fonctionnement de la gestion de la carte musicale. Les sensations lorsque l'on travaille avec la commande tactile du lecteur copient presque celles de l'iPod. La bande verticale du joueur est essentiellement un anneau «déroulé», et les sensations qui en découlent sont les mêmes. Les touchers et les mouvements du doigt sont fixés avec précision et fiabilité, cela ne pose aucun problème. Mais les concepteurs sont allés plus loin que le même produit Apple omniprésent et ont mis en place un bouton "virtuel", lorsque le doigt ne touche que la surface, sans action mécanique. Ainsi, par exemple, les écrans tactiles sur les ordinateurs portables fonctionnent, cette action, lorsqu'un simple ou double toucher d'un point est effectué, s'appelle tapoter. Dans la Music Card, le tapotement navigue dans le menu et confirme la sélection, le point au centre de la bande remplit en fait la fonction du bouton OK. Il faudra quelques minutes pour s'y habituer, mais après cela, il n'y aura plus de différence entre appuyer et toucher.

Une autre innovation est un bouton inhabituel pour basculer entre les compositions. Seuls les ingénieurs Meizu savent pourquoi cela devait être fait comme ça. Cela s'est avéré original, mais pas très pratique: pour sélectionner le sens de commutation, vous devez appuyer sur le bouton et le maintenir enfoncé pendant un certain temps. Avec les pressions suivantes (déjà courtes), la commutation entre les pistes dans la direction sélectionnée sera effectuée. La méthode est vraiment étrange, on ne sait pas pourquoi il n'a pas été possible de faire au moins une "bascule" horizontale. Apparemment, Meizu a décidé de sacrifier une partie de l'ergonomie pour l'originalité, pas autrement. Dans tous les cas, le bouton est assez gros et, bien qu'il ait une course assez courte, il enregistre les clics avec un clic, il n'y a donc aucune question de savoir s'il a fonctionné ou non.

En général, le contrôle du joueur laisse une impression agréable. Ce n'est que maintenant que le système doit ces impressions à une barre de défilement bien faite. Le bouton pour basculer entre les compositions ne provoque que la perplexité. J'aimerais espérer et croire que les concepteurs n'avaient tout simplement pas d'autre choix.

Oui, il y a un autre point important que j'ai presque oublié. Le joueur "réalise" toutes les manipulations avec le contrôle avec un clic bien connu, qui peut cependant être désactivé. À première vue, la présence de clics semble être une bagatelle, mais au début, cela aide beaucoup dans le processus de maîtrise et d'adaptation au lecteur.

Affichage et menu

Lorsqu'on commence à décrire l'affichage et les menus de l'appareil, il est plutôt difficile d'éviter la tentation de copier le texte nécessaire de l'examen de l'iPod Nano. Je ne l'ai toujours pas fait et j'ai honnêtement essayé d'oublier ce que j'avais vu plus tôt pour une plus grande impartialité. Je rends compte des résultats. L'écran du lecteur est construit sur une matrice TFT avec une résolution familière de 176x132 pixels. La diagonale est d'un pouce et demi. En principe, ces caractéristiques sont optimales pour un lecteur audio classique, mais la visualisation de vidéo, de texte et de photos n'est plus de mise ici. Que pouvez-vous faire, donner aux utilisateurs tout à la fois. Voici les fabricants et "servir". L'affichage est cependant assez lumineux, l'image est agréable, les couleurs des yeux ne coupent pas, mais au contraire, de toutes les manières possibles s'il vous plaît. Au soleil, cependant, notre héros s'estompe, mais ce n'est pas un problème, surtout à la lumière de l'automne qui approche inexorablement, et après lui le sombre hiver de Moscou (le Nouvel An ne compte pas).

Contrairement aux couleurs laconiques de l'affichage du lecteur, que j'ai en quelque sorte oubliées pendant un moment, la carte musicale affiche toutes les couleurs possibles et pas très, puisque vous pouvez mettre n'importe quelle image en arrière-plan. Dans ce contexte, il est très approprié de pouvoir choisir une couleur de police parmi une bonne douzaine d'options ou plus, afin que les inscriptions sur l'image ne soient pas perdues. Même un moment aussi subtil que la transparence des babillards électroniques qui n'occupent qu'une partie de l'écran est également configuré. Cela ne compte pas la sélection du type de curseur. En général, une bonne élaboration de l'interface est visible, même si, bien sûr, il est évident «d'où poussent les jambes». Eh bien, c'est bien que, ayant une base initiale, Meizu se soit donné la peine de la développer, et pas simplement de tout laisser tel quel.

Les polices de Music Card ne sont malheureusement pas aussi fluides que celles d'Apple, mais dans l'ensemble, elles sont plutôt jolies. Il est à noter que dans les lecteurs, qui devraient être vendus en Russie et dans les territoires voisins, les développeurs, sans plus tarder, n'ont laissé que le russe et l'anglais comme langue de menu. Tout de même, le reste n'est nécessaire qu'à une fraction de pour cent de ceux qui étudient actuellement une langue étrangère. Par exemple, j'ai un ami. Il possède toute l'interface de l'iPod, sauf bien sûr les titres des chansons, en japonais. Lorsqu'il est transféré à "regarder-écouter", le joueur fait une impression indélébile sur les filles, cela a été noté à plusieurs reprises. Mais si tout le monde marche comme ça, la nouveauté de l'idée disparaîtra et elle cessera de fonctionner. Alors Ritmix se soucie aussi de notre tranquillité d'esprit, il y a une telle opinion.

Selon la bonne tradition, celle-là même, la composition du menu principal du player peut être personnalisée à votre guise. Voici donc la composition du menu par défaut, telle qu'elle sera pour un nouveau joueur tout juste sorti de la boîte. Le voici : musique, photos, effets sonores, tuner FM, enregistrement, lecture en cours, navigateur, calendrier, minuterie de rétroéclairage, paramètres. Comme vous pouvez le voir, le menu est assez riche, par défaut il inclut des fonctions relativement peu utilisées comme un calendrier et le réglage du temps de rétroéclairage.

< td>< /table>

Musique, Photos, Tuner FM, Enregistrement. Basculez pour écouter de la musique, afficher des photos, recevoir la radio et enregistrer à partir du microphone intégré, respectivement.

Effets sonores. Tous les paramètres sonores : préréglages de l'égaliseur, limiteur de volume maximal, extension stéréo, amplification des graves et des aigus.

Lecture en cours. Revenir à l'écran de lecture en cours.

Navigateur, Calendrier, Minuterie de rétroéclairage. Affichez respectivement le contenu de la mémoire, du calendrier et de la minuterie de rétroéclairage.

Paramètres. Traditionnellement, la section la plus spacieuse, les principaux paramètres sont collectés ici (le reste se trouve dans les sections correspondantes). Les paramètres comprennent : la composition du menu principal, les paramètres d'affichage, le son des boutons, la date et l'heure du système, l'arrêt automatique, le mode de connexion USB et la réinitialisation de tous les paramètres.

Du fait que le menu est organisé selon le schéma déjà utilisé à plusieurs reprises, testé par des millions de copies de joueurs à travers le monde, il est pratique et simple à utiliser. La possibilité de diversifier visuellement l'apparence du menu ne passera pas inaperçue, surtout si vous aimez la variété (je n'aime pas vraiment). Il faut un minimum pour maîtriser le temps, la russification (je recommande de se souvenir de l'orthographe correcte de ce mot, cela vous sera utile) se fait correctement, même si, bien sûr, il y avait quelques abréviations.

Connexion électrique et PC

Music Card ne présente pas de surprises particulières ici, bien qu'il démontre quelques talents. Tout d'abord, il existe un support pour deux types de connexion PC : MSC et MTP. Dans le premier cas, le lecteur est défini comme un support amovible, tous les fichiers, respectivement, sont copiés dans les deux sens par des moyens standard. Le deuxième profil est évidemment destiné aux gourmands soft qui utilisent toutes sortes de programmes jukebox multifonctions. En connectant le lecteur à l'aide du profil MTP, vous pouvez utiliser des programmes compatibles pour copier des fichiers multimédias. D'autres fichiers (tels que des présentations ou des documents) ne peuvent pas être transférés vers le lecteur. La vitesse de copie est décente, même si, bien sûr, elle pourrait être plus élevée, comme vous le souhaitez toujours. En moyenne, il sort environ trois mégaoctets par seconde, ce qui est déjà un bon résultat par rapport à la plupart des modèles du marché.

En termes de nutrition, la situation est standard. Il y a une batterie intégrée de 460 mAh. Il se recharge via USB, il faut environ deux heures, ce qui est généralement tout à fait acceptable. La durée de vie de la batterie revendiquée est de 23 heures, lors de tests sur le terrain, le lecteur a travaillé pendant une durée comparable, il n'y a donc aucune raison de ne pas croire les chiffres.

Photo, vidéo, texte, FM, enregistrement

En raison de la nature relativement secondaire des fonctions, l'histoire à leur sujet est compressée en un chapitre, ou tout ce que vous préférez appeler des morceaux de texte séparés avec votre propre nom.

La prise en charge de l'affichage des photos n'est pas implémentée de la meilleure façon dans la carte musicale, ce qui est plutôt étrange. Le fait est que seules les photos avec une résolution allant jusqu'à 1024x1024 pixels sont prises en charge, ce qui, voyez-vous, est très petit aujourd'hui. Et tous les utilisateurs ne sont pas familiers avec les programmes de redimensionnement en masse des images, et votre humble serviteur appartient également à la majorité.

Pour regarder des vidéos sur le lecteur, les vidéos devront être transcodées pour correspondre à la résolution d'affichage. Dans le même temps, cependant, une fréquence de 25 images par seconde et un débit binaire allant jusqu'à 512 Kbps sont pris en charge. Donc, si vous voulez vraiment regarder des vidéos sur un écran d'un pouce et demi, il ne vous reste plus qu'à choisir un programme de transcodage à votre goût ou à utiliser celui inclus.

D'autre part, le lecteur peut ouvrir facilement des fichiers texte, il vous suffit d'enregistrer le fichier en encodage Unicode. La même simplicité accompagne les processus de réception de programmes radio et d'enregistrement à partir d'un microphone. Le tuner du lecteur est standard, sans prise en charge RDS ni aucune autre "puce". Mais la capacité de la mémoire allouée pour stocker les fréquences des stations est impressionnante - jusqu'à 50 stations peuvent être stockées. Une telle figure, aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que je la rencontre.

< /p>

Les fonctions d'enregistrement du lecteur sont également assez familières. Il y a un enregistrement d'un microphone, il y a de la radio. Trois niveaux de qualité, pour un usage non professionnel suffisent.

Traditionnellement, la section la plus intéressante, bien que récemment les sensations décrites ici ne brillent pas avec une variété particulière, du moins si vous écrivez sur les joueurs, et non sur les écouteurs. Pourtant, les plates-formes les plus populaires des segments moyen et haut sont désormais très proches en qualité sonore, et il est souvent assez difficile de reconnaître les différences à l'oreille. Habituellement, ils sont mieux affichés sur les graphiques du programme Rightmark Audio Analyzer.

Music Card offre de nombreuses possibilités pour reconstruire le son "par vous-même". En plus des préréglages habituels, il y a un égaliseur à dix bandes. Cela fonctionne bien et peut être réglé avec précision. Pour ceux qui n'aiment pas "vapeur" avec l'égaliseur, il y a deux curseurs - amplification des basses et des aigus. Et, enfin, pour les amateurs de "améliorants" en tout genre, le système d'extension stéréo spatialiseur avec plusieurs paramètres personnalisables est prévu.

Résultats généraux

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +1,28, -0,12Moyenne
Niveau sonore, dB(A) : -85,1Bon
Plage dynamique, dB(A) : 85.1Bon
Harmonique distorsion, % : 0,0080Très bon
Distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,104Moyenne
Channel Crosstalk, dB : -86,1Excellent
Intermodulation à 10 kHz, % : 0,419Mauvais

Note globale : Bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Seul, sans égaliseurs, le lecteur a un son fluide, vous ne pouvez pas entendre les blocages ou les fréquences amplifiées, cela est également confirmé par le graphique RMAA.Nous pouvons définitivement conclure que la Music Card est orientée vers les écouteurs intra-auriculaires, elle n'a pas assez de puissance pour les écouteurs aériens. Bien que, bien sûr, il serait préférable que vous puissiez d'abord écouter en tandem le lecteur et les écouteurs avec lesquels vous prévoyez de l'utiliser. C'est juste que les niveaux de volume acceptables varient considérablement d'une personne à l'autre. Par exemple, j'essaie de ne pas écouter les joueurs très longtemps, mais en même temps je préfère un niveau de volume assez élevé. Cela peut sembler exagéré pour certains. Dans tous les cas, le niveau de sortie de la Music Card peut être estimé comme moyen ou légèrement inférieur.

Les écouteurs complets pour le lecteur sont les mêmes que pour le M6. Ils sont fabriqués en plastique noir et disposent d'un haut-parleur en treillis métallique. Le niveau de performance et de son du casque est très bon pour un modèle régulier, mais sans plus. Les écouteurs sonnent vraiment tout à fait acceptables pour leur classe. Cependant, comme cela arrive souvent, le vrai joueur se révèle avec d'autres modèles plus avancés. Enfin, il convient de mentionner la prise en charge des OGG et FLAC, qui ne sont plus exotiques, mais pas encore très courants - il existe suffisamment d'enregistrements de haute qualité dans ces formats sur le Web. Auparavant, le leader incontesté des lecteurs "multi-formats" était la société coréenne Cowon, mais maintenant, de nouveaux venus ambitieux commencent à attaquer sa position, mettant en œuvre un large support de fichiers.

Conclusions et impressions

Au moins en termes de mise en œuvre de qualité d'idées autrefois déjà incarnées, Meizu a du talent. Elle est également présente de manière unique dans le domaine du marketing et du suivi de la situation du marché. L'attitude respectueuse de l'entreprise envers sa propre marque nous permet de juger de la présence d'ambitions. Ensemble, ces facteurs peuvent conduire à l'émergence d'un autre acteur de premier plan sur le marché du MP3, qui ne profite qu'au consommateur.

Le deuxième acteur notable (après M6) de la société s'est avéré être très décent. Nous pouvons donc féliciter Ritmix pour le bon choix - cette marque manquait évidemment d'un lecteur audio brillant (pas MP4) dans sa gamme. Le lecteur n'a pas de défauts particuliers à l'exception de l'étrange changement de piste, et la solution «à un bouton» ne peut pas être qualifiée de défaut, mais plutôt d'une bizarrerie des développeurs. Le lecteur a un bon affichage, un son correct, des commandes intéressantes et pratiques. Tout cela sur fond d'un design non banal et d'un prix d'environ 140 dollars pour 4 Go et 210 pour 8 Go. En un mot, le résultat de la coopération entre Meizu et Ritmix s'avère très curieux, et le moment d'entrer sur le marché coïncide avec le début de l'automne et des achats saisonniers.

Évaluer le lecteur MP3 Meizu Music Card (Ritmix RF-7400)

Meizu a fait parler de lui après l'apparition du lecteur M6, dont une critique a été publiée sur notre site Web l'autre jour. Il semblerait que de nouveaux modèles de joueurs apparaissent chaque jour en Chine, mais cela n'attire pas beaucoup l'attention sur leurs fabricants. Cependant, dans le cas de Meizu, il semble que l'attention portée à l'entreprise ait été apportée par un scénario d'activité inhabituel. Habituellement, après tout, comment cela se passe: ils proposent un nouveau design dans le département R & D (recherche et développement, recherche et développement) d'une grande usine et, eh bien, l'offrent à n'importe qui. Cette conception dans la plupart des cas n'est pas bonne du point de vue de l'Européen ou de l'Américain moyen, mais elle fonctionne bien en Asie. Les entreprises qui parviennent à développer un design digeste du point de vue du reste du monde décrochent rapidement les meilleures commandes ou commencent même à vendre le produit par elles-mêmes.Quelque chose comme ça, apparemment, s'est produit avec Meizu. Le modèle M6 ​​a reçu un excellent timing, c'est-à-dire qu'il est apparu sur le marché au moment le plus favorable. L'intérêt pour les lecteurs MP4, c'est-à-dire les appareils dotés d'une mémoire flash et d'un écran relativement grand, n'a cessé d'augmenter, tandis que l'offre a pris du retard par rapport à la demande. Les atouts du M6 sont évidents, et il est difficile de les qualifier de révolutionnaires, mais dans l'ensemble, ils ont parfaitement fonctionné. Cela peut sembler insignifiant, mais, à mon avis, un bon nom d'entreprise et un bon logo ont joué un certain rôle pour attirer l'attention. Jugez par vous-même - le nom Meizu sonne, bien qu'asiatique, mais au moins l'oreille russe ne coupe pas et est associée simultanément au Japon, à la Chine, à la Corée, ce qui signifie haute technologie et non artisanat bon marché. De plus, il y a un logo plutôt agréable et d'aspect technologique avec une lettre M en surbrillance. En plus d'être «employé en permanence» dans le logo, il vit aussi sa propre vie, le remplaçant là où cinq lettres ne peuvent tout simplement pas tenir. En raison de l'écriture spéciale de la lettre, un remplacement à part entière est facile pour elle. C'est une bonne prise. Peut-être que la comparaison n'est pas trop correcte, mais, par exemple, la lettre M sous la forme de deux arcs jaunes est familière à tout le monde et est immédiatement reconnaissable. Le M anguleux de Meizu n'atteindra probablement pas une telle popularité, mais il a de bonnes chances d'acquérir une certaine notoriété dans les cercles audio personnels.

Sautant dans la vague MP4, Meizu a raisonnablement décidé de ne pas se reposer sur ses lauriers, mais de continuer à attirer l'attention. L'un des moyens les plus efficaces de le faire est scandaleux. Avec un sens du moment, apparemment, la direction de l'entreprise se porte bien, ce qui explique probablement pourquoi Meizu n'a pas manqué de profiter de l'hystérie de masse autour de l'iPhone. Si vous vous en souvenez, toutes les nouvelles, même les plus insignifiantes, concernant cet appareil ont été placées aux meilleurs endroits de tous les blogs et fils d'actualités technologiques. C'est à ce moment-là que la nouvelle est apparue qu'une société chinoise jusque-là pratiquement inconnue sortirait son propre «iPhone», et même presque plus tôt que l'original. Naturellement, le message à ce sujet s'est répandu instantanément sur tout le Web et Meizu a reçu une bonne publicité. En fin de compte, dans l'ensemble, peu importe ce qu'ils disent, ce qui compte, c'est ce qu'ils disent. Et il n'y avait aucun problème avec cela. On se souvient de moins en moins de l'iPhone de Meizu, ce qui est bénéfique pour l'entreprise : ils se spécialisent toujours dans l'audio personnel, et essayer de représenter quelque chose de "ressemblant à un téléphone" signifie gaspiller votre énergie.

En général, aussi juste que puisse être la censure des "clones", leurs producteurs personnellement ne me causent pas un rejet fort. Le fait est que c'est connu depuis longtemps : si vous voulez apprendre à faire quelque chose de vraiment bien, copiez d'abord, puis expérimentez. À Meizu, apparemment, ils connaissent bien ce principe et le suivent jusqu'à présent strictement. On n'a pas encore entendu parler du M-Phone, mais le M6, ou plutôt, pour l'aider, a été remplacé par un nouveau modèle appelé Meizu Music Card. À ce sujet, en fait, sera discuté aujourd'hui.

En général, à première vue, il semble que Meizu n'ait que deux lecteurs, M6 et Music Card. En fait, il y en a plus, mais les autres modèles sortis plus tôt ne diffèrent en rien de leurs homologues et semblent assez modestes dans le contexte des réalisations ultérieures de l'entreprise.

Mais revenons à la carte musicale. Ce lecteur est d'autant plus intéressant que dans notre pays, il sera vendu sous la marque Ritmix. Cette MDD développe depuis peu sérieusement sa gamme et accroît sa présence sur le marché, espérant clairement y prendre une des places les plus en vue. La gamme Ritmix comprend à la fois des lecteurs Nano et PMP, mais le vecteur principal, me semble-t-il, est mis sur les lecteurs MP4 de l'entreprise. Apparemment, il n'était pas possible d'intégrer le M6 dans sa gamme Ritmix, mais la lumière n'a pas convergé sur ce modèle. Il y a d'autres segments, après tout. En conséquence, nous avons réussi à nous mettre d'accord avec Meizu sur le co-marquage, c'est-à-dire l'étiquetage conjoint du même produit. C'est ainsi qu'un curieux appareil s'est avéré sous le double nom de Meizu Music Card by Ritmix (Ritmix 7400). Dans le titre, j'ai volontairement avancé le nom d'origine, car il est tout à fait possible que des lecteurs sous d'autres marques sortent sur la base de ce modèle, sinon aujourd'hui, du moins demain.

À la base, le Ritmix 7400 de Meizu Music Card est un lecteur Nano qui a beaucoup en commun avec la première génération du « progéniteur ». Il y a un panneau avant en plastique et un panneau arrière en métal, des commandes tactiles, un écran d'un pouce et demi et des fonctionnalités légèrement étendues. Cependant, avec tout cela, le joueur a l'air assez frais et curieux, il n'y a aucune envie de le graver immédiatement en une copie directe et d'y mettre fin. Curieusement, la similitude avec Nano ne fait que stimuler l'intérêt pour la recherche, le joueur veut ramasser, tourner, cliquer sur des boutons - j'ai observé à plusieurs reprises cet effet avec mes collègues.

En termes de capacités, Music Card répond pleinement aux attentes modernes. Il y a un enregistreur vocal et un tuner FM, aucun gestionnaire de logiciel n'est requis pour enregistrer de la musique, vous pouvez regarder des photos et lire du texte. Il y a suffisamment de mémoire installée dans le lecteur, il existe trois options les plus populaires pour aujourd'hui : 2, 4 et 8 Go. Du général c'est tout, passons aux détails.

Corps et conception

A Meizu, apparemment, ils ne se « cryptaient » pas spécialement. Et si un bon design était inventé à Cupertino ? Tout ce qui nous entoure doit avoir été inventé par quelqu'un. Si Nano est déjà devenu un standard de l'industrie, vous devrez vous contenter de solutions d'emprunt, ce n'est plus copier, mais jouer presque selon les règles du facteur de forme. D'une manière ou d'une autre, la face avant de la Music Card est en plastique lisse noir ou blanc, ce qui est assez attendu. Eh bien, le matériau de la face arrière, respectivement, est un alliage métallique.Tout a l'air assez harmonieux, les designers chinois ne sont pas plus stupides que les européens et ils comprennent parfaitement qu'il est très difficile de gâcher la combinaison de l'une des couleurs primaires avec la couleur du métal pur, vous devrez vous efforcer ici. En conséquence, grâce à la combinaison polyvalente de matériaux et de couleurs, la Music Card a un superbe design au quotidien. Dans l'une des revues, j'ai déjà révélé le sens de cette expression, par laquelle j'entends un design pour une utilisation quotidienne constante, quel que soit le style vestimentaire ou le type d'activité. La carte musicale a l'air discrète, mais assez élégante, à bien des égards, bien sûr, en raison de la barre de défilement, il s'agit d'un élément de design à part entière. Dans le même temps, le design du lecteur peut être qualifié de minimaliste en toute sécurité, il est tout à fait dans l'air du temps. Il n'y a encore rien à louer aux concepteurs de Meizu, mais il est plus facile de construire l'apparence de l'appareil sur la base existante qu'à partir de zéro, mais ils recevront toujours un clin d'œil encourageant de ma part.

En ce qui concerne les sensations tactiles, la Music Card occupe une place tout à fait digne. Le joueur se trouve bien dans la main, on ne sent pas qu'il est trop petit. Si dans le cas du premier Nano j'avais un sentiment de fragilité du design, alors la Music Card semble beaucoup plus durable.

Il y a un point à noter séparément, sur lequel je me suis déjà concentré dans le podcast. L'ensemble du panneau avant du boîtier est recouvert d'un film protecteur spécial, installé de manière industrielle. Franchement, au cours des deux ou trois dernières années, j'ai essayé beaucoup de lecteurs et d'autres gadgets, mais c'est la première fois que je tombe sur une telle solution. D'ailleurs, ce n'est pas propre à Music Card, Artem Lutfullin l'a rencontré sur son Meizu M6. En fait, le désir de protéger le boîtier contre les dommages est tout à fait compréhensible, tout le monde veut que l'appareil soit parfait aussi longtemps que possible, tant pour les utilisateurs que pour les fabricants. Mais https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 ne vaudrait-il pas mieux choisir tout de suite un plastique avec les bonnes caractéristiques ? Et puis, bon gré mal gré, vient à l'esprit la première génération de joueurs « pomme », dont la capacité à se couvrir de rayures est déjà devenue synonyme. Peut-être que quelque part en Chine existe-t-il d'importants stocks de plastique "Nanovsky" ? Ne gaspillez pas le bien. C'est là qu'ils l'ont mis en marche. Les blagues sont des blagues, et sans film, le corps se gratte très vite. Je pense que les résultats des expériences menées sur le M6 peuvent être étendus à la Music Card. Eh bien, au moins il y a un film, car il s'intègre de la manière la plus dense et semble assez résistant aux influences directement liées au processus de fonctionnement. Malheureusement, le film ne protège pas des traces de doigts, et ils recouvrent rapidement toutes les surfaces disponibles, il faut s'en accommoder.

Séparément, il convient de noter un point sur lequel je me suis déjà concentré dans le podcast. L'ensemble du panneau avant du boîtier est recouvert d'un film protecteur spécial, installé de manière industrielle. Franchement, au cours des deux ou trois dernières années, j'ai essayé beaucoup de lecteurs et d'autres gadgets, mais c'est la première fois que je tombe sur une telle solution. D'ailleurs, ce n'est pas propre à Music Card, Artem Lutfullin l'a rencontré sur son Meizu M6. En fait, le désir de protéger le boîtier contre les dommages est tout à fait compréhensible, tout le monde veut que l'appareil soit parfait aussi longtemps que possible, tant pour les utilisateurs que pour les fabricants. Mais https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 https://cars45.com/listing/bmw/335i/2009 Ne vaut-il pas mieux choisir tout de suite un plastique aux caractéristiques recherchées ? Et puis, bon gré mal gré, vient à l'esprit la première génération de joueurs « pomme », dont la capacité à se couvrir de rayures est déjà devenue synonyme. Peut-être que quelque part en Chine existe-t-il d'importants stocks de plastique "Nanovsky" ? Ne gaspillez pas le bien. C'est là qu'ils l'ont mis en marche. Les blagues sont des blagues, et sans film, le corps se gratte très vite. Je pense que les résultats des expériences menées sur le M6 peuvent être étendus à la Music Card. Eh bien, au moins il y a un film, car il s'intègre de la manière la plus dense et semble assez résistant aux influences directement liées au processus de fonctionnement. Malheureusement, le film ne vous évite pas les traces de doigts, et ils couvrent rapidement toutes les surfaces disponibles, il faut s'en accommoder.

L'emplacement de tous les éléments sur le corps est conforme aux règles non écrites du facteur de forme. En haut du panneau avant se trouve un écran, en dessous se trouve une barre de défilement tactile et un autre bouton. Le dos du boîtier est exempt de tout autre chose que des inscriptions et des logos, ainsi que des deux panneaux latéraux. L'extrémité supérieure est également presque vide, sans compter l'interrupteur de verrouillage coulissant. Eh bien, en bas, il manque une prise casque et une prise USB.

Gestion

Ici, tout est selon le schéma classique : toutes les commandes sont sur le panneau avant, sous l'écran, seul le commutateur de verrouillage à l'extrémité supérieure à gauche du prototype bien connu. Il n'y a que deux contrôles : une barre verticale assez longue et un bouton rond. La bande, comme vous pouvez le deviner, est utilisée pour naviguer dans toutes sortes de listes et de menus. Il a également deux boutons, similaires à ceux des "ipods" ClickWheel. Ils sont situés en haut et en bas de la bande, celui du haut est marqué de la première lettre du logo Meizu, celui du bas est avec l'icône habituelle de démarrage-pause. Les boutons servent respectivement à revenir au niveau de menu précédent, à démarrer et à mettre en pause la lecture.

En général, il est assez facile de décrire le fonctionnement de la gestion de la carte musicale. Les sensations lorsque l'on travaille avec la commande tactile du lecteur copient presque celles de l'iPod. La bande verticale du joueur est essentiellement un anneau «déroulé», et les sensations qui en découlent sont les mêmes. Les touchers et les mouvements du doigt sont fixés avec précision et fiabilité, cela ne pose aucun problème. Mais les concepteurs sont allés plus loin que le même produit Apple omniprésent et ont mis en place un bouton "virtuel", lorsque le doigt ne touche que la surface, sans action mécanique. Ainsi, par exemple, les écrans tactiles sur les ordinateurs portables fonctionnent, cette action, lorsqu'un simple ou double toucher d'un point est effectué, s'appelle tapoter. Dans la Music Card, le tapotement navigue dans le menu et confirme la sélection, le point au centre de la bande remplit en fait la fonction du bouton OK. Il faudra quelques minutes pour s'y habituer, mais après cela, il n'y aura plus de différence entre appuyer et toucher.

Une autre innovation est un bouton inhabituel pour basculer entre les compositions. Seuls les ingénieurs Meizu savent pourquoi cela devait être fait comme ça. Cela s'est avéré original, mais pas très pratique: pour sélectionner le sens de commutation, vous devez appuyer sur le bouton et le maintenir enfoncé pendant un certain temps. Avec les pressions suivantes (déjà courtes), la commutation entre les pistes dans la direction sélectionnée sera effectuée. La méthode est vraiment étrange, on ne sait pas pourquoi il n'a pas été possible de faire au moins une "bascule" horizontale. Apparemment, Meizu a décidé de sacrifier une partie de l'ergonomie pour l'originalité, pas autrement. Dans tous les cas, le bouton est assez gros et, bien qu'il ait une course assez courte, il enregistre les clics avec un clic, il n'y a donc aucune question de savoir s'il a fonctionné ou non.

En général, le contrôle du joueur laisse une impression agréable. Ce n'est que maintenant que le système doit ces impressions à une barre de défilement bien faite. Le bouton pour basculer entre les compositions ne provoque que la perplexité. J'aimerais espérer et croire que les concepteurs n'avaient tout simplement pas d'autre choix.

Oui, il y a un autre point important que j'ai presque oublié. Le joueur "réalise" toutes les manipulations avec le contrôle avec un clic bien connu, qui peut cependant être désactivé. À première vue, la présence de clics semble être une bagatelle, mais au début, cela aide beaucoup dans le processus de maîtrise et d'adaptation au lecteur.

Affichage et menu

Lorsqu'on commence à décrire l'affichage et les menus de l'appareil, il est plutôt difficile d'éviter la tentation de copier le texte nécessaire de l'examen de l'iPod Nano. Je ne l'ai toujours pas fait et j'ai honnêtement essayé d'oublier ce que j'avais vu plus tôt pour une plus grande impartialité. Je rends compte des résultats. L'écran du lecteur est construit sur une matrice TFT avec une résolution familière de 176x132 pixels. La diagonale est d'un pouce et demi. En principe, ces caractéristiques sont optimales pour un lecteur audio classique, mais la visualisation de vidéo, de texte et de photos n'est plus de mise ici. Que pouvez-vous faire, donner aux utilisateurs tout à la fois. Voici les fabricants et "servir". L'affichage est cependant assez lumineux, l'image est agréable, les couleurs des yeux ne coupent pas, mais au contraire, de toutes les manières possibles s'il vous plaît. Au soleil, cependant, notre héros s'estompe, mais ce n'est pas un problème, surtout à la lumière de l'automne qui approche inexorablement, et après lui le sombre hiver de Moscou (le Nouvel An ne compte pas).

Contrairement aux couleurs laconiques de l'affichage du lecteur, que j'ai en quelque sorte oubliées pendant un moment, la carte musicale affiche toutes les couleurs possibles et pas très, puisque vous pouvez mettre n'importe quelle image en arrière-plan. Dans ce contexte, il est très approprié de pouvoir choisir une couleur de police parmi une bonne douzaine d'options ou plus, afin que les inscriptions sur l'image ne soient pas perdues. Même un moment aussi subtil que la transparence des babillards électroniques qui n'occupent qu'une partie de l'écran est également configuré. Cela ne compte pas la sélection du type de curseur. En général, une bonne élaboration de l'interface est visible, même si, bien sûr, il est évident «d'où poussent les jambes». Eh bien, c'est bien que, ayant une base initiale, Meizu se soit donné la peine de la développer, et pas simplement de tout laisser tel quel.

Les polices de Music Card ne sont malheureusement pas aussi fluides que celles d'Apple, mais dans l'ensemble, elles sont plutôt jolies. Il est à noter que dans les lecteurs, qui devraient être vendus en Russie et dans les territoires voisins, les développeurs, sans plus tarder, n'ont laissé que le russe et l'anglais comme langue de menu. Tout de même, le reste n'est nécessaire qu'à une fraction de pour cent de ceux qui étudient actuellement une langue étrangère. Par exemple, j'ai un ami. Il possède toute l'interface de l'iPod, sauf bien sûr les titres des chansons, en japonais. Lorsqu'il est transféré à "regarder-écouter", le joueur fait une impression indélébile sur les filles, cela a été noté à plusieurs reprises. Mais si tout le monde marche comme ça, la nouveauté de l'idée disparaîtra et elle cessera de fonctionner. Donc Ritmix se soucie aussi de notre tranquillité d'esprit, il y a une telle opinion.

Selon la bonne tradition, celle-là même, la composition du menu principal du player peut être personnalisée à votre guise. Voici donc la composition du menu par défaut, telle qu'elle sera pour un nouveau joueur tout juste sorti de la boîte. Le voici : musique, photos, effets sonores, tuner FM, enregistrement, lecture en cours, navigateur, calendrier, minuterie de rétroéclairage, paramètres. Comme vous pouvez le voir, le menu est assez riche, par défaut il inclut des fonctions relativement peu utilisées comme un calendrier et le réglage du temps de rétroéclairage.

Musique, photos, tuner FM, enregistrement. Basculez pour écouter de la musique, afficher des photos, recevoir la radio et enregistrer à partir du microphone intégré, respectivement.

Effets sonores. Tous les paramètres sonores : préréglages de l'égaliseur, limiteur de volume maximal, extension stéréo, amplification des graves et des aigus.

En cours de lecture. Revenir à l'écran de lecture en cours.

Navigateur, calendrier, minuterie de rétroéclairage. Affichez respectivement le contenu de la mémoire, du calendrier et de la minuterie de rétroéclairage.

Paramètres. Traditionnellement, la section la plus spacieuse, les principaux paramètres sont collectés ici (le reste se trouve dans les sections correspondantes). Les paramètres comprennent : la composition du menu principal, les paramètres d'affichage, le son des boutons, la date et l'heure du système, l'arrêt automatique, le mode de connexion USB et la réinitialisation de tous les paramètres.

Du fait que le menu est organisé selon le schéma déjà utilisé à plusieurs reprises, testé par des millions de copies de joueurs à travers le monde, il est pratique et simple à utiliser. La possibilité de diversifier visuellement l'apparence du menu ne passera pas inaperçue, surtout si vous aimez la variété (je n'aime pas vraiment). Il faut un minimum pour maîtriser le temps, la russification (je recommande de se souvenir de l'orthographe correcte de ce mot, cela vous sera utile) se fait correctement, même si, bien sûr, il y avait quelques abréviations.

Connexion électrique et PC

Music Card ne présente pas de surprises particulières ici, bien qu'il démontre quelques talents. Tout d'abord, il existe un support pour deux types de connexion PC : MSC et MTP. Dans le premier cas, le lecteur est défini comme un support amovible, tous les fichiers, respectivement, sont copiés dans les deux sens par des moyens standard. Le deuxième profil est évidemment destiné aux gourmands soft qui utilisent toutes sortes de programmes jukebox multifonctions. En connectant le lecteur à l'aide du profil MTP, vous pouvez utiliser des programmes compatibles pour copier des fichiers multimédias. D'autres fichiers (tels que des présentations ou des documents) ne peuvent pas être transférés vers le lecteur. La vitesse de copie est décente, même si, bien sûr, elle pourrait être plus élevée, comme vous le souhaitez toujours. En moyenne, il sort environ trois mégaoctets par seconde, ce qui est déjà un bon résultat par rapport à la plupart des modèles du marché.

En termes de nutrition, la situation est standard. Il y a une batterie intégrée de 460 mAh. Il se recharge via USB, il faut environ deux heures, ce qui est généralement tout à fait acceptable. La durée de vie de la batterie revendiquée est de 23 heures, lors de tests sur le terrain, le lecteur a travaillé pendant une durée comparable, il n'y a donc aucune raison de ne pas croire les chiffres.

Photo, vidéo, texte, FM, enregistrement

En raison de la nature relativement secondaire des fonctions, l'histoire à leur sujet est compressée en un chapitre, ou tout ce que vous préférez appeler des morceaux de texte séparés avec votre propre nom.

La prise en charge de l'affichage des photos n'est pas implémentée de la meilleure façon dans la carte musicale, ce qui est plutôt étrange. Le fait est que seules les photos avec une résolution allant jusqu'à 1024x1024 pixels sont prises en charge, ce qui, voyez-vous, est très petit aujourd'hui. Et tous les utilisateurs ne sont pas familiers avec les programmes de redimensionnement en masse des images, et votre humble serviteur appartient également à la majorité.

Pour regarder des vidéos sur le lecteur, les vidéos devront être transcodées pour correspondre à la résolution d'affichage. Dans le même temps, cependant, une fréquence de 25 images par seconde et un débit binaire allant jusqu'à 512 Kbps sont pris en charge. Donc, si vous voulez vraiment regarder des vidéos sur un écran d'un pouce et demi, il ne vous reste plus qu'à choisir un programme de transcodage à votre goût ou à utiliser celui inclus.

D'autre part, le lecteur peut facilement ouvrir des fichiers texte, il vous suffit d'enregistrer le fichier en encodage Unicode. La même simplicité accompagne les processus de réception de programmes radio et d'enregistrement à partir d'un microphone. Le tuner du lecteur est standard, sans prise en charge RDS ni aucune autre "puce". Mais la capacité de la mémoire allouée pour stocker les fréquences des stations est impressionnante - jusqu'à 50 stations peuvent être stockées. Un tel personnage, aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que je le rencontre.

Les fonctions d'enregistrement du lecteur sont également assez familières. Il y a un enregistrement d'un microphone, il y a de la radio. Trois niveaux de qualité suffisent pour un usage non professionnel.

Traditionnellement, la section la plus intéressante, bien que récemment les sensations décrites ici ne brillent pas avec une variété particulière, du moins si vous écrivez sur les joueurs, et non sur les écouteurs. Pourtant, les plates-formes les plus populaires des segments moyen et haut sont désormais très proches en qualité sonore, et il est souvent assez difficile de reconnaître les différences à l'oreille. Habituellement, ils apparaissent mieux sur les graphiques du programme Rightmark Audio Analyzer.

Music Card offre de nombreuses possibilités pour reconstruire le son "par vous-même". En plus des préréglages habituels, il y a un égaliseur à dix bandes. Cela fonctionne bien et peut être réglé avec précision. Pour ceux qui n'aiment pas "vapeur" avec l'égaliseur, il y a deux curseurs - amplification des basses et des aigus. Et, enfin, pour les amateurs de "améliorants" en tout genre, le système d'extension stéréo spatialiseur avec plusieurs paramètres personnalisables est prévu.

Résultats généraux

Planéité de fréquence (de 40 Hz à 15 kHz), dB : +1,28, -0,12 Niveau sonore moyen, dB(A) : -85,1 Bonne plage dynamique, dB(A) : 85,1 Bonne Distorsion harmonique, % : 0,0080 Très bonne distorsion d'intermodulation + bruit, % : 0,104

Note globale : Bien

Réponse en fréquence

Niveau sonore

Seul, sans égaliseurs, le lecteur a un son fluide, vous ne pouvez pas entendre les blocages ou les fréquences amplifiées, cela est également confirmé par le graphique RMAA. Nous pouvons certainement conclure que la Music Card est destinée aux écouteurs intra-auriculaires, elle n'a pas assez de puissance pour les écouteurs aériens. Bien que, bien sûr, il serait préférable que vous puissiez d'abord écouter en tandem le lecteur et les écouteurs avec lesquels vous prévoyez de l'utiliser. C'est juste que les niveaux de volume acceptables varient considérablement d'une personne à l'autre. Par exemple, j'essaie de ne pas écouter les joueurs très longtemps, mais en même temps je préfère un niveau de volume assez élevé. Cela peut sembler exagéré pour certains. Dans tous les cas, le niveau de sortie de la Music Card peut être estimé comme moyen ou légèrement inférieur.

Les écouteurs complets pour le lecteur sont les mêmes que pour le M6. Ils sont fabriqués en plastique noir et disposent d'un haut-parleur en treillis métallique. Le niveau de performance et de son du casque est très bon pour un modèle régulier, mais sans plus. Les écouteurs sonnent vraiment tout à fait acceptables pour leur classe. Cependant, comme cela arrive souvent, le vrai joueur se révèle avec d'autres modèles plus avancés. Enfin, il convient de mentionner la prise en charge des OGG et FLAC, qui ne sont plus exotiques, mais pas encore très courants - il existe suffisamment d'enregistrements de haute qualité dans ces formats sur le Web. Auparavant, le leader incontesté des lecteurs "multi-formats" était la société coréenne Cowon, mais maintenant, de nouveaux venus ambitieux commencent à attaquer sa position, mettant en œuvre un large support de fichiers.

Conclusions et impressions

Au moins en termes de mise en œuvre de qualité d'idées autrefois déjà incarnées, Meizu a du talent. Elle est également présente de manière unique dans le domaine du marketing et du suivi de la situation du marché. L'attitude respectueuse de l'entreprise envers sa propre marque nous permet de juger de la présence d'ambitions. Ensemble, ces facteurs peuvent conduire à l'émergence d'un autre acteur de premier plan sur le marché du MP3, qui ne profite qu'au consommateur.

Le deuxième acteur notable (après M6) de la société s'est avéré être très décent. Nous pouvons donc féliciter Ritmix pour le bon choix - cette marque manquait évidemment d'un lecteur audio brillant (pas MP4) dans sa gamme. Le lecteur n'a pas de défauts particuliers à l'exception de l'étrange changement de piste, et la solution «à un bouton» ne peut pas être qualifiée de défaut, mais plutôt d'une bizarrerie des développeurs. Le lecteur a un bon affichage, un son correct, des commandes intéressantes et pratiques. Tout cela dans le contexte d'un design peu banal et d'un prix d'environ 140 $ pour 4 Go et 210 $ pour 8 Go. En un mot, le résultat de la coopération entre Meizu et Ritmix s'avère très curieux, et le moment d'entrer sur le marché coïncide avec le début de l'automne et des achats saisonniers.