Test du Pocket PC à clapet Rover S2

Nous avons écrit il y a quelques mois sur le fait que la société russe Rover avait quitté le marché des ordinateurs de poche. A cette époque, la société n'a pas fait de déclarations officielles. Après notre publication, le sujet a été vigoureusement débattu dans des publications électroniques, sur des forums spécialisés. Quelque temps plus tard, dans une interview au journal Vedomosti, le président de Rover Computers, Sergey Shunyaev, a déclaré : « Nous ne produisons plus de PDA, mais uniquement des smartphones. La demande de PDA est actuellement limitée, en outre, il existe une concurrence féroce sur les prix. Et les smartphones se vendent bien. Il semblerait que le sujet soit clos, mais l'histoire s'est poursuivie. Quelques jours après la publication de l'article dans Vedomosti, Andrey Andreev, directeur marketing de Rover Computers, a déclaré dans une interview à www.cnews.ru que "Rover Computers continuera à produire des ordinateurs de poche". Nous avons essayé à plusieurs reprises d'obtenir des commentaires officiels sur la situation actuelle, mais il n'y a pas eu de réponse officielle. D'une manière ou d'une autre, la société vend maintenant le modèle Rover S2, le reste des modèles sous la marque Rover disparaissent progressivement des étagères.

Le Rover S2 est le deuxième smartphone de la marque Rover. Il a été précédé par le modèle Rover S1, il s'est plutôt bien vendu en raison de son bon rapport qualité/prix. La société taïwanaise Wistron était engagée dans la production du modèle S1. À l'été 2004, Wistron a quitté le marché des PDA, car il a perdu son principal client - Dell, pour lequel il produisait le modèle Dell Axim X5 (maintenant de nouveaux modèles Axim sont fabriqués dans les usines HTC). Le Rover S2 (alias Lenovo ET560, un modèle qui est sur le marché chinois depuis début 2004) est fabriqué par la société chinoise Legend Group.

Le modèle met en évidence un facteur de forme à clapet inhabituel pour Pocket PC avec un écran pivotant. Si vous regardez les photos, il peut sembler que devant nous se trouve un téléphone ordinaire au format à clapet. Mais dès que vous voyez l'appareil en direct, l'illusion de comparabilité avec le "clamshell" habituel disparaît. Le smartphone surprend et choque les autres, en grande partie en raison de la similitude avec le téléphone, dont la taille n'a augmenté que de manière significative (107x63,5x24,7 mm).

Bien que, si l'on compare non pas avec les téléphones, mais avec d'autres représentants de la plate-forme Pocket PC, les dimensions s'avèrent même très acceptables, si l'on considère le PDA à l'état plié avec l'écran vers l'extérieur. Mais inconsciemment, un smartphone est avant tout comparé à un téléphone à clapet.

Les créateurs ont dû réduire la diagonale de l'écran de la norme 3,5" à 2,9" (3", mais les mesures les plus simples ont montré que la zone active est de 45x60 mm, c'est-à-dire que la diagonale est de 2,92"). Avec un écran d'une diagonale standard, les dimensions du Pocket PC - clapets à distance ouverte seraient complètement gênantes, donc réduire la taille de l'écran est une étape tout à fait justifiée et raisonnable. Notons au passage que les smartphones basés sur la plateforme Pocket PC passent progressivement de 3,5" à 2,8-3" (Asus p505, HTC Magician, Eten p300, Motorola MPx), sacrifiant le confort de percevoir les informations de l'écran au profit de Taille. Revenons à l'écran du Rover S2. Outre la taille, ses autres caractéristiques sont standard pour Pocket PC - la résolution de l'écran TFT est de 320x240 pixels, affiche 65 000 couleurs. L'affichage se comporte bien en intérieur et les informations restent lisibles au soleil. En termes de reproduction des couleurs, l'écran n'est pas le meilleur - toutes les couleurs sont fanées, pas aussi juteuses que, par exemple, sur HTC Magician (I-mate Jam) ou Rover S1. Des irrégularités dans le rétroéclairage (points lumineux) sont perceptibles le long des bords de l'écran.

Le boîtier est en plastique de couleur argent classique, c'est du plastique qui se sent au toucher, il ne crée pas l'illusion d'une surface métallique. On peut ouvrir l'étui d'une seule main, mais ce n'est pas très pratique, il faut intercepter le smartphone. Dans les deux positions, l'écran est fixe, un clic clair mais discret se fait entendre. Dans les positions intermédiaires, l'écran ne tient pas, il tombe dans l'une des positions limites.

L'écran tourne dans une direction. On peut faire pivoter l'écran et replier le smartphone, il ressemble alors à un Pocket PC classique, sauf qu'il est un peu épais. Soit dit en passant, vous pouvez parler sur le Rover S2 de deux manières - à l'état ouvert et à l'état fermé (l'écran principal est masqué), vous ne pouvez pas parler en position pliée lorsque l'écran principal est à l'extérieur. L'articulation elle-même, la charnière, avec laquelle les deux moitiés du corps sont attachées l'une à l'autre, semble fiable.

La principale caractéristique distinctive du smartphone est le facteur de forme, le pavé numérique matériel intégré. Ici, un certain nombre de perplexités et de questions surgissent.

Tout d'abord, il y avait suffisamment d'espace sur le boîtier pour accueillir un clavier QWERTY de type doigt, similaire au Palm Treo 600, la largeur de l'appareil le permettait. Mais à la place, un pavé numérique ordinaire a été choisi. Comme il y a beaucoup d'espace pour 12 touches numériques, les boutons sont grands et confortables. L'espace restant était occupé par jusqu'à six touches d'application (contacts, calendrier, courrier, navigateur, appel d'écran de démarrage et même un bouton séparé pour les MMS !), Ils ont rempli l'espace libre sur le boîtier. Le joystick à cinq directions est bon dans les programmes, mais peu pratique dans les jeux.

Deuxièmement, la mise en œuvre logicielle du pavé numérique en est à ses balbutiements. En fait, dans sa forme originale, vous ne pouvez composer un numéro de téléphone qu'à partir du pavé numérique en appuyant d'abord sur le bouton d'appel vert. Il n'est pas question de saisir du texte, même le code PIN ne peut pas être saisi au clavier, il ne peut pas être utilisé pour rechercher des noms dans le carnet d'adresses. Le potentiel pour lequel le format Pocket PC classique a été redessiné n'a pas été réalisé. Quarta, qui a localisé l'appareil pour le marché russe, a partiellement corrigé ce problème en implémentant deux méthodes de saisie de texte - Double Click et Multi Click. La méthode Multi Click est un moyen familier de saisir du texte sur un téléphone portable sans utiliser T9 (par exemple, pour saisir la lettre "S" - vous devez appuyer quatre fois sur la touche "7"). Le double clic est une méthode assez atypique, chaque caractère est saisi par appuis successifs sur deux touches. Tout d'abord, la clé à laquelle la lettre est attribuée, on note le numéro de série de la lettre sur la clé. Par exemple, la lettre "S" est la quatrième lettre sur la touche "7", c'est-à-dire que pour la saisir, appuyez sur "7", puis "4", pour saisir "N" - "6", puis "2" .

Sur le côté gauche se trouvent : les touches de volume, le bouton de l'enregistreur vocal, l'emplacement SD/MMC avec prise en charge SDIO. La fente peut être utilisée pour divers périphériques. Par exemple, un récepteur GPS ou une carte Wi-Fi. De manière standard, les touches de volume ne peuvent pas être affectées à d'autres actions, mais cela peut être fait avec un utilitaire tiers. Sur le côté droit, il n'y a qu'une touche de caméra, ce qui, à notre avis, n'est pas très pratique. L'emplacement de la caméra et l'angle entre les deux moitiés ne permettent pas une utilisation confortable de la caméra à l'état déplié. Plié uniquement, écran principal sorti.

Sur l'écran monochrome externe, seules les informations les plus nécessaires sont affichées (heure, niveau du signal et de la batterie, nom du réseau, messages non lus et appels manqués). Il est clairement visible au soleil et remplit sa fonction principale. Sur le même plan, en plus d'un écran externe, il y a un haut-parleur et un microphone supplémentaires pour que vous puissiez parler lorsqu'il est fermé. Le volume du haut-parleur et la sensibilité du microphone étaient toujours suffisants avec une marge lors de la conversation. À la jonction des moitiés, il y a aussi deux indicateurs, standard pour Pocket PC.

À l'extrémité supérieure, il y a une prise stylet, une sortie casque filaire (2,5 mm) et un port infrarouge discret. Le stylet en métal est confortable à utiliser. Une autre antenne externe, qui, semble-t-il, avec de telles dimensions du boîtier, pourrait être rendue interne.

Au dos, nous trouvons un appareil photo, une lampe de poche pour l'appareil photo, un couvercle de batterie et un bouton de réinitialisation logicielle.

Les prises de charge et de synchronisation à l'extrémité inférieure sont recouvertes d'un bouchon en caoutchouc, qui n'est en aucun cas attaché au boîtier, il est probable qu'il se perde avec le temps. Le connecteur mini-USB peut être utilisé non seulement pour la synchronisation, mais également pour charger l'appareil à partir d'un ordinateur.

Sans fil

L'ordinateur de poche ne fonctionne que sur deux bandes - GSM 900/1800, contrairement au modèle Rover S1, qui fonctionnait sur trois bandes. GPRS Class 10 est pris en charge, le smartphone peut être utilisé comme modem externe.

Le port infrarouge prend en charge la norme SIR (Slow Infrared), en tant que télécommande pour les appareils électroménagers, il ne fonctionnera pas - sa portée maximale est de 30 cm.

Bluetooth. L'un des principaux inconvénients du Rover S1 était le manque de prise en charge Bluetooth. Le Rover S2 n'a pas cet inconvénient. Cependant, l'implémentation logicielle de Bluetooth est frustrante - ce ne sont pas des pilotes WIDCOMM qui sont déjà devenus un standard, mais des pilotes intégrés à Windows Mobile 2003, leurs capacités sont rares, certains profils importants sont manquants ou incomplètement implémentés. Mais les principales fonctions sont exécutées - travail avec un casque Bluetooth, synchronisation et accès à Internet. Le modèle est disponible à la vente en deux versions - avec et sans casque Bluetooth, respectivement, leur prix diffère. D'après ma propre expérience, le casque attire moins les regards surpris des autres que le Rover S2 à l'oreille lorsqu'il est déplié.

Travail hors connexion

La batterie amovible est solidement fixée, il n'y a pas de jeu. Sa capacité est de 1200 mAh. Autonomie revendiquée de la batterie - 3 à 5 heures de temps de conversation, 100 à 130 heures en veille. D'après nos tests, le smartphone fonctionne environ une journée avec des conversations intensives (30 minutes), 5-6 utilisations en mode PDA. Environ deux jours Rover S2 fonctionne lorsqu'il est utilisé pendant 2-3 heures par jour. Si vous venez de poser le smartphone et de parler occasionnellement dessus (10 minutes est le temps de conversation total), cela fonctionnera pendant environ trois jours. En général, un résultat tout à fait normal pour un appareil de sa catégorie. Une batterie étendue de 2400 mAh est également disponible, augmentant la taille, le poids et la durée de vie de la batterie > travail.

Appareil photo

À propos de la caméra, la conversation sera brève. La qualité de la caméra VGA intégrée (la résolution maximale des images est de 640x480 pixels) est médiocre, de telles caméras ont récemment été intégrées sans discernement dans tout ce qui porte le nom générique de «gadget». Jetez un œil à des exemples de photos :

La caméra peut enregistrer des vidéos à une résolution de 160 x 120.

Spécifications

La quantité de RAM à bord du Rover S2 est standard - 64 Mo, dont 61,57 Mo sont disponibles pour l'utilisateur. Le cœur du PDA est le processeur XScale PXA260 d'Intel, fonctionnant à 400 MHz.

Pour le test de performances, nous avons utilisé la suite de tests SPB Benchmark. À titre de comparaison, nous avons sélectionné des modèles aux caractéristiques similaires.

L'indice décrit les performances du processeur. Deux modèles de HTC sont en tête, suivis des Rover S1 et S2 avec une légère différence.

L'indice décrit la vitesse de travail avec les applications intégrées.

La synchronisation est rapide.

L'indice décrit les performances globales du système. Le résultat affiché par Rover S2 est l'un des plus bas. Mais dans la plupart des applications sur Pocket PC, ce décalage de performances est difficile à ressentir, la différence devient visible dans les jeux et lors de la lecture de vidéos.

Comme d'habitude, nous utilisons le test de performances graphiques PocketQuake avec le son désactivé (le son a été désactivé par la commande de console nosound 1, le reste des paramètres est enregistré). Une petite innovation - nous avons introduit le Quake Index pour visualiser les résultats. L'indice est calculé à l'aide de la formule suivante ((Demo_1_240x180)*1/6+(Demo_1_320x240)*1/3+(Demo_2_240x180)*1/6+(Demo_2_320x240)*1/3)*1000)/Quake_Index(FS Pocket LOOX 610).

Le modèle Rover S2 est inférieur à tout le monde dans ce test, y compris le modèle Rover S1.

Test de lecture vidéo. Nous avons exécuté plusieurs clips de test avec différentes intensités de flux vidéo (kbps - kilobit par seconde, le codec DivX 5.03 a été utilisé pour l'encodage vidéo). Le son a été encodé au format MP3 avec un débit de 128 kbps. Le critère de performance était le nombre minimum d'images perdues pendant la lecture, le plus petit étant le mieux. Le matériel source était un extrait du film Cats & Dogs (scène de combat). Semblable au test Pocket Quake, nous avons introduit un indice de performance vidéo. Les résultats sont les suivants :

Et ici, le Rover S2 est inférieur à tous ses concurrents.

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC 2002, WM 2003) n'a pas été initialement conçu pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à la version spécialement repensée pour les smartphones, OS Windows Mobile 2003 pour Smartphone). Rover S2 exécute WM 2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), seulement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du partie téléphone.< /p>

AVI lecteur. Le programme sert uniquement à visionner des vidéos prises par la caméra intégrée.

Téléphone. Tout ce qui est chargé de passer des appels est collecté ici. Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, le smartphone (ou plutôt le système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Compositeur MMS. Programme pour composer des messages MMS.

QBackup. Utilitaire de sauvegarde de données.

Contacts SIM. Travaillez avec les contacts de la carte SIM, copiez-les dans la mémoire principale.

Menu SIM. Travailler avec le menu SIM.

Tous les autres programmes sont standard pour WM2003 Phone Edition.

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais).

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte. Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, les mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV. Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu. Le signal de vibration est de force moyenne.

Le point culminant de l'appareil est une apparence non standard. Les dimensions du Rover S2 en tant que téléphone sont trop grandes même pour les hommes, sans parler des femmes. Le smartphone choque et surprend les autres, il est perçu comme un "clapet" exagéré. Cela vous évite de pouvoir parler à l'état plié ou à l'aide d'un casque, sans attirer les regards intéressés des passants au hasard. À la place du pavé numérique, il pourrait bien y avoir un doigt QWERTY, mais même à partir du pavé numérique, vous ne pouvez pas saisir de texte, comme sur un téléphone portable "normal".La situation a été sauvée par la société russe Quarta, qui a développé deux systèmes de saisie de texte, sinon le clavier ne pourrait pas éviter le handicap fonctionnel - il suffit d'entrer un chiffre, pas de pas à gauche, pas de pas à droite. En partie, les dimensions ont été réduites en raison de la taille de l'écran, mais non seulement la diagonale a souffert, mais aussi la qualité de l'image (couleurs fanées, rétroéclairage irrégulier). Le temps de fonctionnement est typique d'un smartphone de classe Pocket PC, un avantage significatif est la présence d'une batterie à double capacité. Dans les tests de performances, le Rover S2 perd contre presque tout le monde, mais cela n'est critique que lors de la lecture de vidéos et de jeux gourmands en ressources. La présence du Bluetooth est un plus en soi, mais de nombreux profils ne sont pas implémentés. La caméra est de qualité très moyenne.

En conséquence, nous obtenons un appareil très étrange pour 610-620 $ (prix actuels), les acheteurs ne seront attirés que par la commodité trompeuse du clavier intégré (un attribut d'un téléphone ordinaire) et les capacités d'un système d'exploitation à part entière. Un autre point positif est l'option avec un casque Bluetooth peu coûteux dans le kit (60 $ de plus).

Test du Pocket PC à clapet Rover S2

Nous avons écrit il y a quelques mois sur le fait que la société russe Rover avait quitté le marché des ordinateurs de poche. A cette époque, la société n'a pas fait de déclarations officielles. Après notre publication, le sujet a été vigoureusement débattu dans des publications électroniques, sur des forums spécialisés. Quelque temps plus tard, dans une interview au journal Vedomosti, le président de Rover Computers, Sergey Shunyaev, a déclaré : « Nous ne produisons plus de PDA, mais uniquement des smartphones. La demande de PDA est actuellement limitée, en outre, il existe une concurrence féroce sur les prix. Et les smartphones se vendent bien. Il semblerait que le sujet soit clos, mais l'histoire s'est poursuivie. Quelques jours après la publication de l'article dans Vedomosti, Andrey Andreev, directeur marketing de Rover Computers, a déclaré dans une interview à www.cnews.ru que "Rover Computers continuera à produire des ordinateurs de poche". Nous avons essayé à plusieurs reprises d'obtenir des commentaires officiels sur la situation actuelle, mais il n'y a pas eu de réponse officielle. D'une manière ou d'une autre, la société vend maintenant le modèle Rover S2, le reste des modèles sous la marque Rover disparaissent progressivement des étagères.

Le Rover S2 est le deuxième smartphone de la marque Rover. Il a été précédé par le modèle Rover S1, il s'est plutôt bien vendu en raison de son bon rapport qualité/prix. La société taïwanaise Wistron était engagée dans la production du modèle S1. À l'été 2004, Wistron a quitté le marché des PDA, car il a perdu son principal client - Dell, pour lequel il produisait le modèle Dell Axim X5 (maintenant de nouveaux modèles Axim sont fabriqués dans les usines HTC). Le Rover S2 (alias Lenovo ET560, un modèle qui est sur le marché chinois depuis début 2004) est fabriqué par la société chinoise Legend Group.

Le modèle met en évidence un facteur de forme à clapet inhabituel pour Pocket PC avec un écran pivotant. Si vous regardez les photos, il peut sembler que devant nous se trouve un téléphone ordinaire au format à clapet. Mais dès que vous voyez l'appareil en direct, l'illusion de comparabilité avec le "clamshell" habituel disparaît. Le smartphone surprend et choque les autres, en grande partie en raison de la similitude avec le téléphone, dont la taille n'a augmenté que de manière significative (107x63,5x24,7 mm).

Bien que, si l'on compare non pas avec les téléphones, mais avec d'autres représentants de la plate-forme Pocket PC, les dimensions s'avèrent même très acceptables, si l'on considère le PDA à l'état plié avec l'écran vers l'extérieur. Mais inconsciemment, un smartphone est avant tout comparé à un téléphone à clapet.

Les créateurs ont dû réduire la diagonale de l'écran de la norme 3,5" à 2,9" (3", mais les mesures les plus simples ont montré que la zone active est de 45x60 mm, c'est-à-dire que la diagonale est de 2,92"). Avec un écran d'une diagonale standard, les dimensions du Pocket PC - clapets à distance ouverte seraient complètement gênantes, donc réduire la taille de l'écran est une étape tout à fait justifiée et raisonnable. Notons au passage que les smartphones basés sur la plateforme Pocket PC passent progressivement de 3,5" à 2,8-3" (Asus p505, HTC Magician, Eten p300, Motorola MPx), sacrifiant le confort de perception des informations de l'écran au profit de Taille. Revenons à l'écran du Rover S2. Outre la taille, ses autres caractéristiques sont standard pour Pocket PC - la résolution de l'écran TFT est de 320x240 pixels, affiche 65 000 couleurs. L'affichage se comporte bien en intérieur et les informations restent lisibles au soleil. En termes de reproduction des couleurs, l'écran n'est pas le meilleur - toutes les couleurs sont fanées, pas aussi juteuses que, par exemple, sur HTC Magician (I-mate Jam) ou Rover S1. Des irrégularités dans le rétroéclairage (points lumineux) sont perceptibles le long des bords de l'écran.

Le boîtier est en plastique de couleur argent classique, c'est du plastique qui se sent au toucher, il ne crée pas l'illusion d'une surface métallique. Vous pouvez ouvrir le boîtier d'une seule main, mais ce n'est pas très pratique, il faut intercepter le smartphone. Dans les deux positions, l'écran est fixe, un clic clair mais discret se fait entendre. Dans les positions intermédiaires, l'écran ne tient pas, il tombe dans l'une des positions limites.

L'écran tourne dans une direction. On peut faire pivoter l'écran et replier le smartphone, il ressemble alors à un Pocket PC classique, sauf qu'il est un peu épais. Soit dit en passant, vous pouvez parler sur le Rover S2 de deux manières - à l'état ouvert et à l'état fermé (l'écran principal est caché), vous ne pouvez pas parler en position pliée lorsque l'écran principal est à l'extérieur. L'articulation elle-même, la charnière, avec laquelle les deux moitiés du corps sont attachées l'une à l'autre, semble fiable.

La principale caractéristique distinctive du smartphone est le facteur de forme, le pavé numérique matériel intégré. Ici, un certain nombre de perplexités et de questions surgissent.

Tout d'abord, il y avait suffisamment d'espace sur le boîtier pour accueillir un clavier QWERTY de type doigt, similaire au Palm Treo 600, la largeur de l'appareil le permettait. Mais à la place, un pavé numérique ordinaire a été choisi. Comme il y a beaucoup d'espace pour 12 touches numériques, les boutons sont grands et confortables. L'espace restant était occupé par jusqu'à six touches d'application (contacts, calendrier, courrier, navigateur, appel d'écran de démarrage et même un bouton séparé pour les MMS !), Ils ont rempli l'espace libre sur le boîtier. Le joystick à cinq directions est bon dans les programmes, mais peu pratique dans les jeux.

Deuxièmement, la mise en œuvre logicielle du pavé numérique en est à ses balbutiements. En fait, dans sa forme originale, vous ne pouvez composer un numéro de téléphone qu'à partir du pavé numérique en appuyant d'abord sur le bouton d'appel vert. Il n'est pas question de saisir du texte, même le code PIN ne peut pas être saisi au clavier, il ne peut pas être utilisé pour rechercher des noms dans le carnet d'adresses. Le potentiel pour lequel le format Pocket PC classique a été redessiné n'a pas été réalisé. Quarta, qui a localisé l'appareil pour le marché russe, a partiellement corrigé ce problème en implémentant deux méthodes de saisie de texte - Double Click et Multi Click. La méthode Multi Click est un moyen familier de saisir du texte sur un téléphone portable sans utiliser T9 (par exemple, pour saisir la lettre "S" - vous devez appuyer quatre fois sur la touche "7"). Le double clic est une méthode assez atypique, chaque caractère est saisi par appuis successifs sur deux touches. Tout d'abord, la clé à laquelle la lettre est attribuée, on note le numéro de série de la lettre sur la clé. Par exemple, la lettre "S" est la quatrième lettre sur la touche "7", c'est-à-dire que pour la saisir, appuyez sur "7", puis "4", pour saisir "N" - "6", puis "2" .

Sur le côté gauche se trouvent : les touches de volume, le bouton de l'enregistreur vocal, l'emplacement SD/MMC avec prise en charge SDIO. La fente peut être utilisée pour divers périphériques. Par exemple, un récepteur GPS ou une carte Wi-Fi. De manière standard, les touches de volume ne peuvent pas être affectées à d'autres actions, mais cela peut être fait avec un utilitaire tiers. Sur le côté droit, il n'y a qu'une touche de caméra, ce qui, à notre avis, n'est pas très pratique. L'emplacement de la caméra et l'angle entre les deux moitiés ne permettent pas une utilisation confortable de la caméra à l'état déplié. Plié uniquement, écran principal sorti.

Sur l'écran monochrome externe, seules les informations les plus nécessaires sont affichées (heure, niveau du signal et de la batterie, nom du réseau, messages non lus et appels manqués). Il est clairement visible au soleil et remplit sa fonction principale. Sur le même plan, en plus d'un écran externe, il y a un haut-parleur et un microphone supplémentaires pour que vous puissiez parler lorsqu'il est fermé. Le volume du haut-parleur et la sensibilité du microphone étaient toujours suffisants avec une marge lors de la conversation. À la jonction des moitiés, il y a aussi deux indicateurs, standard pour Pocket PC.

À l'extrémité supérieure, il y a une prise stylet, une sortie casque filaire (2,5 mm) et un port infrarouge discret. Le stylet en métal est confortable à utiliser. Une autre antenne externe, qui, semble-t-il, avec de telles dimensions du boîtier, pourrait être rendue interne.

Au dos, nous trouvons un appareil photo, une lampe de poche pour l'appareil photo, un couvercle de batterie et un bouton de réinitialisation logicielle.

Les prises de charge et de synchronisation à l'extrémité inférieure sont recouvertes d'un bouchon en caoutchouc, qui n'est en aucun cas attaché au boîtier, il est probable qu'il se perde avec le temps. Le connecteur mini-USB peut être utilisé non seulement pour la synchronisation, mais également pour charger l'appareil à partir d'un ordinateur.

Sans fil

L'ordinateur de poche ne fonctionne que sur deux bandes - GSM 900/1800, contrairement au modèle Rover S1, qui fonctionnait sur trois bandes. GPRS Class 10 est pris en charge, le smartphone peut être utilisé comme modem externe.

Le port infrarouge prend en charge la norme SIR (Slow Infrared), en tant que télécommande pour les appareils électroménagers, il ne fonctionnera pas - sa portée maximale est de 30 cm.

Bluetooth. L'un des principaux inconvénients du Rover S1 était le manque de prise en charge Bluetooth. Le Rover S2 n'a pas cet inconvénient. Cependant, l'implémentation logicielle de Bluetooth est frustrante - ce ne sont pas des pilotes WIDCOMM qui sont déjà devenus un standard, mais des pilotes intégrés à Windows Mobile 2003, leurs capacités sont rares, certains profils importants sont manquants ou incomplètement implémentés. Mais les principales fonctions sont exécutées - travail avec un casque Bluetooth, synchronisation et accès à Internet. Le modèle est disponible à la vente en deux versions - avec et sans casque Bluetooth, respectivement, leur prix diffère. D'après ma propre expérience, le casque attire moins les regards surpris des autres que le Rover S2 à l'oreille lorsqu'il est déplié.

Travailler hors ligne

La batterie amovible est solidement fixée, il n'y a pas de jeu. Sa capacité est de 1200 mAh. Autonomie revendiquée de la batterie - 3 à 5 heures de temps de conversation, 100 à 130 heures en veille. Selon nos tests, le smartphone fonctionne environ une journée avec des conversations intensives (30 minutes), 5-6 utilisations en mode PDA. Environ deux jours Rover S2 fonctionne lorsqu'il est utilisé pendant 2-3 heures par jour. Si vous venez de poser le smartphone et de parler occasionnellement dessus (10 minutes est le temps de conversation total), cela fonctionnera pendant environ trois jours. En général, un résultat tout à fait normal pour un appareil de sa catégorie. Une batterie étendue de 2400 mAh est également disponible, augmentant la taille, le poids et la durée de vie de la batterie > travail.

Appareil photo

À propos de la caméra, la conversation sera brève. La qualité de la caméra VGA intégrée (la résolution maximale des images est de 640x480 pixels) est médiocre, de telles caméras ont récemment été intégrées sans discernement dans tout ce qui porte le nom générique de «gadget». Jetez un œil à des exemples de photos :

La caméra peut enregistrer des vidéos à une résolution de 160 x 120.

Spécifications

La quantité de RAM à bord du Rover S2 est standard - 64 Mo, dont 61,57 Mo sont disponibles pour l'utilisateur. Le cœur du PDA est le processeur XScale PXA260 d'Intel, fonctionnant à 400 MHz.

Pour le test de performances, nous avons utilisé la suite de tests SPB Benchmark. À titre de comparaison, nous avons sélectionné des modèles aux caractéristiques similaires.

L'indice décrit les performances du processeur. Deux modèles de HTC sont en tête, suivis des Rover S1 et S2 avec une légère différence.

L'indice décrit la vitesse de travail avec les applications intégrées.

La synchronisation est rapide.

L'indice décrit les performances globales du système. Le résultat affiché par Rover S2 est l'un des plus bas. Mais dans la plupart des applications sur Pocket PC, ce décalage de performances est difficile à ressentir, la différence devient visible dans les jeux et lors de la lecture de vidéos.

Comme d'habitude, nous utilisons le test de performances graphiques PocketQuake avec le son désactivé (le son a été désactivé par la commande de console nosound 1, le reste des paramètres est enregistré). Une petite innovation - nous avons introduit le Quake Index pour visualiser les résultats. L'indice est calculé à l'aide de la formule suivante ((Demo_1_240x180)*1/6+(Demo_1_320x240)*1/3+(Demo_2_240x180)*1/6+(Demo_2_320x240)*1/3)*1000)/Quake_Index(FS Pocket LOOX 610).

Le modèle Rover S2 est inférieur à tout le monde dans ce test, y compris le modèle Rover S1.

Test de lecture vidéo. Nous avons exécuté plusieurs clips de test avec différentes intensités de flux vidéo (kbps - kilobit par seconde, le codec DivX 5.03 a été utilisé pour l'encodage vidéo). Le son a été encodé au format MP3 avec un débit de 128 kbps. Le critère de performance était le nombre minimum d'images perdues pendant la lecture, le plus petit étant le mieux. Le matériel source était un extrait du film Cats & Dogs (scène de combat). Semblable au test Pocket Quake, nous avons introduit un indice de performance vidéo. Les résultats sont les suivants :

Et ici, le Rover S2 est inférieur à tous ses concurrents.

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC 2002, WM 2003) n'a pas été initialement conçu pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à la version spécialement repensée pour les smartphones, OS Windows Mobile 2003 pour Smartphone). Rover S2 exécute WM 2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), seulement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du partie téléphone.< /p>

AVI lecteur. Le programme sert uniquement à visionner des vidéos prises par la caméra intégrée.

Téléphone. Tout ce qui est chargé de passer des appels est collecté ici. Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, le smartphone (ou plutôt le système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Compositeur MMS. Programme pour composer des messages MMS.

QBackup. Utilitaire de sauvegarde de données.

Contacts SIM. Travaillez avec les contacts de la carte SIM, copiez-les dans la mémoire principale.

Menu SIM. Travailler avec le menu SIM.

Tous les autres programmes sont standard pour WM2003 Phone Edition.

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais).

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte. Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, les mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV. Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu. Le signal de vibration est de force moyenne.

Le point culminant de l'appareil est une apparence non standard. Les dimensions du Rover S2 en tant que téléphone sont trop grandes même pour les hommes, sans parler des femmes. Le smartphone choque et surprend les autres, il est perçu comme un "clapet" exagéré. Cela vous évite de pouvoir parler à l'état plié ou à l'aide d'un casque, sans attirer les regards intéressés des passants au hasard. À la place du pavé numérique, il pourrait bien y avoir un doigt QWERTY, mais même à partir du pavé numérique, vous ne pouvez pas saisir de texte, comme sur un téléphone portable "normal".La situation a été sauvée par la société russe Quarta, qui a développé deux systèmes de saisie de texte, sinon le clavier ne pourrait pas éviter le handicap fonctionnel - il suffit d'entrer un chiffre, pas de pas à gauche, pas de pas à droite. En partie, les dimensions ont été réduites en raison de la taille de l'écran, mais non seulement la diagonale a souffert, mais aussi la qualité de l'image (couleurs fanées, rétroéclairage irrégulier). Le temps de fonctionnement est typique d'un smartphone de classe Pocket PC, un avantage significatif est la présence d'une batterie à double capacité. Dans les tests de performances, le Rover S2 perd contre presque tout le monde, mais cela n'est critique que lors de la lecture de vidéos et de jeux gourmands en ressources. La présence du Bluetooth est un plus en soi, mais de nombreux profils ne sont pas implémentés. La caméra est de qualité très moyenne.

En conséquence, nous obtenons un appareil très étrange pour 610-620 $ (prix actuels), les acheteurs ne seront attirés que par la commodité trompeuse du clavier intégré (un attribut d'un téléphone ordinaire) et les capacités d'un système d'exploitation à part entière. Un autre point positif est l'option avec un casque Bluetooth peu coûteux dans le kit (60 $ de plus).

Test du Pocket PC à clapet Rover S2

Nous avons écrit il y a quelques mois sur le fait que la société russe Rover avait quitté le marché des ordinateurs de poche. A cette époque, la société n'a pas fait de déclarations officielles. Après notre publication, le sujet a été vigoureusement débattu dans des publications électroniques, sur des forums spécialisés. Quelque temps plus tard, dans une interview au journal Vedomosti, le président de Rover Computers, Sergey Shunyaev, a déclaré : « Nous ne produisons plus de PDA, mais uniquement des smartphones. La demande de PDA est actuellement limitée, en outre, il existe une concurrence féroce sur les prix. Et les smartphones se vendent bien. Il semblerait que le sujet soit clos, mais l'histoire s'est poursuivie. Quelques jours après la publication de l'article dans Vedomosti, Andrey Andreev, directeur marketing de Rover Computers, a déclaré dans une interview à www.cnews.ru que "Rover Computers continuera à produire des ordinateurs de poche". Nous avons essayé à plusieurs reprises d'obtenir des commentaires officiels sur la situation actuelle, mais il n'y a pas eu de réponse officielle. D'une manière ou d'une autre, la société vend maintenant le modèle Rover S2, le reste des modèles sous la marque Rover disparaissent progressivement des étagères.

Le Rover S2 est le deuxième smartphone de la marque Rover. Il a été précédé par le modèle Rover S1, il s'est plutôt bien vendu en raison de son bon rapport qualité/prix. La société taïwanaise Wistron était engagée dans la production du modèle S1. À l'été 2004, Wistron a quitté le marché des PDA, car il a perdu son principal client - Dell, pour lequel il produisait le modèle Dell Axim X5 (maintenant de nouveaux modèles Axim sont fabriqués dans les usines HTC). Le Rover S2 (alias Lenovo ET560, un modèle qui est sur le marché chinois depuis début 2004) est fabriqué par la société chinoise Legend Group.

Le modèle met en évidence un facteur de forme à clapet inhabituel pour Pocket PC avec un écran pivotant. Si vous regardez les photos, il peut sembler que devant nous se trouve un téléphone ordinaire au format à clapet. Mais dès que vous voyez l'appareil en direct, l'illusion de comparabilité avec le "clamshell" habituel disparaît. Le smartphone surprend et choque les autres, en grande partie en raison de la similitude avec le téléphone, dont la taille n'a augmenté que de manière significative (107x63,5x24,7 mm).

Bien que, si l'on compare non pas avec les téléphones, mais avec d'autres représentants de la plate-forme Pocket PC, les dimensions s'avèrent même très acceptables, si l'on considère le PDA à l'état plié avec l'écran vers l'extérieur. Mais inconsciemment, un smartphone est avant tout comparé à un téléphone à clapet.

Les créateurs ont dû réduire la diagonale de l'écran de la norme 3,5" à 2,9" (3", mais les mesures les plus simples ont montré que la zone active est de 45x60 mm, c'est-à-dire que la diagonale est de 2,92"). Avec un écran d'une diagonale standard, les dimensions du Pocket PC - clapets à distance ouverte seraient complètement gênantes, donc réduire la taille de l'écran est une étape tout à fait justifiée et raisonnable. Notons au passage que les smartphones basés sur la plateforme Pocket PC passent progressivement de 3,5" à 2,8-3" (Asus p505, HTC Magician, Eten p300, Motorola MPx), sacrifiant le confort de perception des informations de l'écran au profit de Taille. Revenons à l'écran du Rover S2. Outre la taille, ses autres caractéristiques sont standard pour Pocket PC - la résolution de l'écran TFT est de 320x240 pixels, affiche 65 000 couleurs. L'affichage se comporte bien en intérieur et les informations restent lisibles au soleil. En termes de reproduction des couleurs, l'écran n'est pas le meilleur - toutes les couleurs sont fanées, pas aussi juteuses que, par exemple, sur HTC Magician (I-mate Jam) ou Rover S1. Des irrégularités dans le rétroéclairage (points lumineux) sont perceptibles le long des bords de l'écran.

Le boîtier est en plastique de couleur argent classique, c'est du plastique qui se sent au toucher, il ne crée pas l'illusion d'une surface métallique. On peut ouvrir l'étui d'une seule main, mais ce n'est pas très pratique, il faut intercepter le smartphone. Dans les deux positions, l'écran est fixe, un clic clair mais discret se fait entendre. Dans les positions intermédiaires, l'écran ne tient pas, il tombe dans l'une des positions limites.

L'écran tourne dans une direction. On peut faire pivoter l'écran et replier le smartphone, il ressemble alors à un Pocket PC classique, sauf qu'il est un peu épais. Soit dit en passant, vous pouvez parler sur le Rover S2 de deux manières - à l'état ouvert et à l'état fermé (l'écran principal est masqué), vous ne pouvez pas parler en position pliée lorsque l'écran principal est à l'extérieur. L'articulation elle-même, la charnière, avec laquelle les deux moitiés du corps sont attachées l'une à l'autre, semble fiable.

La principale caractéristique distinctive du smartphone est le facteur de forme, le pavé numérique matériel intégré. Ici, un certain nombre de perplexités et de questions surgissent.

Tout d'abord, il y avait suffisamment d'espace sur le boîtier pour accueillir un clavier QWERTY de type doigt, similaire au Palm Treo 600, la largeur de l'appareil le permettait. Mais à la place, un pavé numérique ordinaire a été choisi. Comme il y a beaucoup d'espace pour 12 touches numériques, les boutons sont grands et confortables. L'espace restant était occupé par jusqu'à six touches d'application (contacts, calendrier, courrier, navigateur, appel d'écran de démarrage et même un bouton séparé pour les MMS !), Ils remplissaient l'espace libre sur le corps. Le joystick à cinq directions est bon dans les programmes, mais peu pratique dans les jeux.

Deuxièmement, la mise en œuvre logicielle du pavé numérique en est à ses balbutiements. En fait, dans sa forme originale, vous ne pouvez composer un numéro de téléphone qu'à partir du pavé numérique en appuyant d'abord sur le bouton d'appel vert. Il n'est pas question de saisir du texte, même le code PIN ne peut pas être saisi au clavier, il ne peut pas être utilisé pour rechercher des noms dans le carnet d'adresses. Le potentiel pour lequel le format Pocket PC classique a été redessiné n'a pas été réalisé. Quarta, qui a localisé l'appareil pour le marché russe, a partiellement corrigé ce problème en implémentant deux méthodes de saisie de texte - Double Click et Multi Click. La méthode Multi Click est un moyen familier de saisir du texte sur un téléphone portable sans utiliser T9 (par exemple, pour saisir la lettre "S" - vous devez appuyer quatre fois sur la touche "7"). Le double clic est une méthode assez atypique, chaque caractère est saisi par appuis successifs sur deux touches. Tout d'abord, la clé à laquelle la lettre est attribuée, on note le numéro de série de la lettre sur la clé. Par exemple, la lettre "S" est la quatrième lettre sur la touche "7", c'est-à-dire que pour la saisir, appuyez sur "7", puis "4", pour saisir "N" - "6", puis "2" .

Sur le côté gauche se trouvent : les touches de volume, le bouton de l'enregistreur vocal, l'emplacement SD/MMC avec prise en charge SDIO. La fente peut être utilisée pour divers périphériques. Par exemple, un récepteur GPS ou une carte Wi-Fi. De manière standard, les touches de volume ne peuvent pas être affectées à d'autres actions, mais cela peut être fait avec un utilitaire tiers. Sur le côté droit, il n'y a qu'une touche de caméra, ce qui, à notre avis, n'est pas très pratique. L'emplacement de la caméra et l'angle entre les deux moitiés ne permettent pas une utilisation confortable de la caméra à l'état déplié. Plié uniquement, écran principal sorti.

Sur l'écran monochrome externe, seules les informations les plus nécessaires sont affichées (heure, niveau du signal et de la batterie, nom du réseau, messages non lus et appels manqués). Il est clairement visible au soleil et remplit sa fonction principale. Sur le même plan, en plus d'un écran externe, il y a un haut-parleur et un microphone supplémentaires pour que vous puissiez parler lorsqu'il est fermé. Le volume du haut-parleur et la sensibilité du microphone étaient toujours suffisants avec une marge lors de la conversation. À la jonction des moitiés, il y a aussi deux indicateurs, standard pour Pocket PC.

À l'extrémité supérieure, il y a une prise stylet, une sortie casque filaire (2,5 mm) et un port infrarouge discret. Le stylet en métal est confortable à utiliser. Une autre antenne externe, qui, semble-t-il, avec de telles dimensions du boîtier, pourrait être rendue interne.

Au dos, nous trouvons un appareil photo, une lampe de poche pour l'appareil photo, un couvercle de batterie et un bouton de réinitialisation logicielle.

Les prises de charge et de synchronisation à l'extrémité inférieure sont recouvertes d'un bouchon en caoutchouc, qui n'est en aucun cas attaché au boîtier, il est probable qu'il se perde avec le temps. Le connecteur mini-USB peut être utilisé non seulement pour la synchronisation, mais également pour charger l'appareil à partir d'un ordinateur.

Sans fil

L'ordinateur de poche ne fonctionne que sur deux bandes - GSM 900/1800, contrairement au modèle Rover S1, qui fonctionnait sur trois bandes. GPRS Class 10 est pris en charge, le smartphone peut être utilisé comme modem externe.

Le port infrarouge prend en charge la norme SIR (Slow Infrared), en tant que télécommande pour les appareils électroménagers, il ne fonctionnera pas - sa portée maximale est de 30 cm.

Bluetooth. L'un des principaux inconvénients du Rover S1 était le manque de prise en charge Bluetooth. Le Rover S2 n'a pas cet inconvénient. Cependant, l'implémentation logicielle de Bluetooth est frustrante - ce ne sont pas des pilotes WIDCOMM qui sont déjà devenus un standard, mais des pilotes intégrés à Windows Mobile 2003, leurs capacités sont rares, certains profils importants sont manquants ou incomplètement implémentés. Mais les principales fonctions sont exécutées - travail avec un casque Bluetooth, synchronisation et accès à Internet. Le modèle est disponible à la vente en deux versions - avec et sans casque Bluetooth, respectivement, leur prix diffère. D'après ma propre expérience, le casque attire moins les regards surpris des autres que le Rover S2 à l'oreille lorsqu'il est déplié.

Travail hors connexion

La batterie amovible est solidement fixée, il n'y a pas de jeu. Sa capacité est de 1200 mAh. Autonomie revendiquée de la batterie - 3 à 5 heures de temps de conversation, 100 à 130 heures en veille. D'après nos tests, le smartphone fonctionne environ une journée avec des conversations intensives (30 minutes), 5-6 utilisations en mode PDA. Environ deux jours Rover S2 fonctionne lorsqu'il est utilisé pendant 2-3 heures par jour. Si vous venez de poser le smartphone et de parler occasionnellement dessus (10 minutes est le temps de conversation total), cela fonctionnera pendant environ trois jours. En général, un résultat tout à fait normal pour un appareil de sa catégorie. Une batterie étendue de 2400 mAh est également disponible, augmentant la taille, le poids et la durée de vie de la batterie > travail.

Appareil photo

À propos de la caméra, la conversation sera brève. La qualité de la caméra VGA intégrée (la résolution maximale des images est de 640x480 pixels) est médiocre, de telles caméras ont récemment été intégrées sans discernement dans tout ce qui porte le nom générique de «gadget». Jetez un œil à des exemples de photos :

La caméra peut enregistrer des vidéos à une résolution de 160 x 120.

Spécifications

La quantité de RAM à bord du Rover S2 est standard - 64 Mo, dont 61,57 Mo sont disponibles pour l'utilisateur. Le cœur du PDA est le processeur XScale PXA260 d'Intel, fonctionnant à 400 MHz.

Pour le test de performances, nous avons utilisé la suite de tests SPB Benchmark. À titre de comparaison, nous avons sélectionné des modèles aux caractéristiques similaires.

L'indice décrit les performances du processeur. Deux modèles de HTC sont en tête, suivis des Rover S1 et S2 avec une légère différence.

L'indice décrit la vitesse de travail avec les applications intégrées.

La synchronisation est rapide.

L'indice décrit les performances globales du système. Le résultat affiché par Rover S2 est l'un des plus bas. Mais dans la plupart des applications sur Pocket PC, ce décalage de performances est difficile à ressentir, la différence devient visible dans les jeux et lors de la lecture de vidéos.

Comme d'habitude, nous utilisons le test de performances graphiques PocketQuake avec le son désactivé (le son a été désactivé par la commande de console nosound 1, le reste des paramètres est enregistré). Une petite innovation - nous avons introduit le Quake Index pour visualiser les résultats. L'indice est calculé à l'aide de la formule suivante ((Demo_1_240x180)*1/6+(Demo_1_320x240)*1/3+(Demo_2_240x180)*1/6+(Demo_2_320x240)*1/3)*1000)/Quake_Index(FS Pocket LOOX 610).

Le modèle Rover S2 est inférieur à tout le monde dans ce test, y compris le modèle Rover S1.

Test de lecture vidéo. Nous avons exécuté plusieurs clips de test avec différentes intensités de flux vidéo (kbps - kilobit par seconde, le codec DivX 5.03 a été utilisé pour l'encodage vidéo). Le son a été encodé au format MP3 avec un débit de 128 kbps. Le critère de performance était le nombre minimum d'images perdues pendant la lecture, le plus petit étant le mieux. Le matériel source était un extrait du film Cats & Dogs (scène de combat). Semblable au test Pocket Quake, nous avons introduit un indice de performance vidéo. Les résultats sont les suivants :

Et ici, le Rover S2 est inférieur à tous ses concurrents.

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC 2002, WM 2003) n'a pas été initialement conçu pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à la version spécialement repensée pour les smartphones, OS Windows Mobile 2003 pour Smartphone). Rover S2 exécute WM 2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), seulement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du partie téléphone.< /p>

AVI lecteur. Le programme sert uniquement à visionner des vidéos prises par la caméra intégrée.

Téléphone. Tout ce qui est chargé de passer des appels est collecté ici. Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, un smartphone (ou plutôt un système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Compositeur MMS. Programme pour composer des messages MMS.

QBackup. Utilitaire de sauvegarde de données.

Contacts SIM. Travaillez avec les contacts de la carte SIM, copiez-les dans la mémoire principale.

Menu SIM. Travailler avec le menu SIM.

Tous les autres programmes sont standard pour WM2003 Phone Edition.

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais).

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte. Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, les mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV. Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu. Le signal de vibration est de force moyenne.

Le point culminant de l'appareil est une apparence non standard. Les dimensions du Rover S2 en tant que téléphone sont trop grandes même pour les hommes, sans parler des femmes. Le smartphone choque et surprend les autres, il est perçu comme un "clapet" exagéré. Cela vous évite de pouvoir parler à l'état plié ou à l'aide d'un casque, sans attirer les regards intéressés des passants au hasard. À la place du pavé numérique, il pourrait bien y avoir un doigt QWERTY, mais même à partir du pavé numérique, vous ne pouvez pas saisir de texte, comme sur un téléphone portable "normal".La situation a été sauvée par la société russe Quarta, qui a développé deux systèmes de saisie de texte, sinon le clavier ne pourrait pas éviter le handicap fonctionnel - il suffit d'entrer un chiffre, pas de pas à gauche, pas de pas à droite. En partie, les dimensions ont été réduites en raison de la taille de l'écran, mais non seulement la diagonale a souffert, mais aussi la qualité de l'image (couleurs fanées, rétroéclairage irrégulier). Le temps de fonctionnement est typique d'un smartphone de classe Pocket PC, un avantage significatif est la présence d'une batterie à double capacité. Dans les tests de performances, le Rover S2 perd contre presque tout le monde, mais cela n'est critique que lors de la lecture de vidéos et de jeux gourmands en ressources. La présence du Bluetooth est un plus en soi, mais de nombreux profils ne sont pas implémentés. La caméra est de qualité très moyenne.

En conséquence, nous obtenons un appareil très étrange pour 610-620 $ (prix actuels), les acheteurs ne seront attirés que par la commodité trompeuse du clavier intégré (un attribut d'un téléphone ordinaire) et les capacités d'un système d'exploitation à part entière. Un autre point positif est l'option avec un casque Bluetooth peu coûteux dans le kit (60 $ de plus).

Test du Pocket PC à clapet Rover S2

Nous avons écrit il y a quelques mois sur le fait que la société russe Rover avait quitté le marché des ordinateurs de poche. A cette époque, la société n'a pas fait de déclarations officielles. Après notre publication, le sujet a été vigoureusement débattu dans des publications électroniques, sur des forums spécialisés. Quelque temps plus tard, dans une interview au journal Vedomosti, le président de Rover Computers, Sergey Shunyaev, a déclaré : « Nous ne produisons plus de PDA, mais uniquement des smartphones. La demande de PDA est actuellement limitée, en outre, il existe une concurrence féroce sur les prix. Et les smartphones se vendent bien. Il semblerait que le sujet soit clos, mais l'histoire s'est poursuivie. Quelques jours après la publication de l'article dans Vedomosti, Andrey Andreev, directeur marketing de Rover Computers, a déclaré dans une interview à www.cnews.ru que "Rover Computers continuera à produire des ordinateurs de poche". Nous avons essayé à plusieurs reprises d'obtenir des commentaires officiels sur la situation actuelle, mais il n'y a pas eu de réponse officielle. D'une manière ou d'une autre, la société vend maintenant le modèle Rover S2, le reste des modèles sous la marque Rover disparaissent progressivement des étagères.

Le Rover S2 est le deuxième smartphone de la marque Rover. Il a été précédé par le modèle Rover S1, il s'est plutôt bien vendu en raison de son bon rapport qualité/prix. La société taïwanaise Wistron était engagée dans la production du modèle S1. À l'été 2004, Wistron a quitté le marché des PDA, car il a perdu son principal client - Dell, pour lequel il produisait le modèle Dell Axim X5 (maintenant de nouveaux modèles Axim sont fabriqués dans les usines HTC). Le Rover S2 (alias Lenovo ET560, un modèle qui est sur le marché chinois depuis début 2004) est fabriqué par la société chinoise Legend Group.

Le modèle met en évidence un facteur de forme à clapet inhabituel pour Pocket PC avec un écran pivotant. Si vous regardez les photos, il peut sembler que devant nous se trouve un téléphone ordinaire au format à clapet. Mais dès que vous voyez l'appareil en direct, l'illusion de comparabilité avec le "clamshell" habituel disparaît. Le smartphone surprend et choque les autres, en grande partie en raison de la similitude avec le téléphone, dont la taille n'a augmenté que de manière significative (107x63,5x24,7 mm).

Bien que, si l'on compare non pas avec les téléphones, mais avec d'autres représentants de la plate-forme Pocket PC, les dimensions s'avèrent même très acceptables, si l'on considère le PDA à l'état plié avec l'écran vers l'extérieur. Mais inconsciemment, un smartphone est avant tout comparé à un téléphone à clapet.

Les créateurs ont dû réduire la diagonale de l'écran de la norme 3,5" à 2,9" (3", mais les mesures les plus simples ont montré que la zone active est de 45x60 mm, c'est-à-dire que la diagonale est de 2,92"). Avec un écran d'une diagonale standard, les dimensions du Pocket PC - clapets à distance ouverte seraient complètement gênantes, donc réduire la taille de l'écran est une étape tout à fait justifiée et raisonnable. Notons au passage que les smartphones basés sur la plateforme Pocket PC passent progressivement de 3,5" à 2,8-3" (Asus p505, HTC Magician, Eten p300, Motorola MPx), sacrifiant le confort de percevoir les informations de l'écran au profit de Taille. Revenons à l'écran du Rover S2. Outre la taille, ses autres caractéristiques sont standard pour Pocket PC - la résolution de l'écran TFT est de 320x240 pixels, affiche 65 000 couleurs. L'affichage se comporte bien en intérieur et les informations restent lisibles au soleil. En termes de reproduction des couleurs, l'écran n'est pas le meilleur - toutes les couleurs sont fanées, pas aussi juteuses que, par exemple, sur HTC Magician (I-mate Jam) ou Rover S1. Des irrégularités dans le rétroéclairage (points lumineux) sont perceptibles le long des bords de l'écran.

Le boîtier est en plastique de couleur argent classique, c'est du plastique qui se sent au toucher, il ne crée pas l'illusion d'une surface métallique. On peut ouvrir l'étui d'une seule main, mais ce n'est pas très pratique, il faut intercepter le smartphone. Dans les deux positions, l'écran est fixe, un clic clair mais discret se fait entendre. Dans les positions intermédiaires, l'écran ne tient pas, il tombe dans l'une des positions limites.

L'écran tourne dans une direction. On peut faire pivoter l'écran et replier le smartphone, il ressemble alors à un Pocket PC classique, sauf qu'il est un peu épais. Soit dit en passant, vous pouvez parler sur le Rover S2 de deux manières - à l'état ouvert et à l'état fermé (l'écran principal est masqué), vous ne pouvez pas parler en position pliée lorsque l'écran principal est à l'extérieur. L'articulation elle-même, la charnière, avec laquelle les deux moitiés du corps sont attachées l'une à l'autre, semble fiable.

La principale caractéristique distinctive du smartphone est le facteur de forme, le pavé numérique matériel intégré. Ici, un certain nombre de perplexités et de questions surgissent.

Tout d'abord, il y avait suffisamment d'espace sur le boîtier pour accueillir un clavier QWERTY de type doigt, similaire au Palm Treo 600, la largeur de l'appareil le permettait. Mais à la place, un pavé numérique ordinaire a été choisi. Comme il y a beaucoup d'espace pour 12 touches numériques, les boutons sont grands et confortables. L'espace restant était occupé par jusqu'à six touches d'application (contacts, calendrier, courrier, navigateur, appel d'écran de démarrage et même un bouton séparé pour les MMS !), Ils ont rempli l'espace libre sur le boîtier. Le joystick à cinq directions est bon dans les programmes, mais peu pratique dans les jeux.

Deuxièmement, la mise en œuvre logicielle du pavé numérique en est à ses balbutiements. En fait, dans sa forme originale, vous ne pouvez composer un numéro de téléphone qu'à partir du pavé numérique en appuyant d'abord sur le bouton d'appel vert. Il n'est pas question de saisir du texte, même le code PIN ne peut pas être saisi au clavier, il ne peut pas être utilisé pour rechercher des noms dans le carnet d'adresses. Le potentiel pour lequel le format Pocket PC classique a été redessiné n'a pas été réalisé. Quarta, qui a localisé l'appareil pour le marché russe, a partiellement corrigé ce problème en implémentant deux méthodes de saisie de texte - Double Click et Multi Click. La méthode Multi Click est un moyen familier de saisir du texte sur un téléphone portable sans utiliser T9 (par exemple, pour saisir la lettre "S" - vous devez appuyer quatre fois sur la touche "7"). Le double clic est une méthode assez atypique, chaque caractère est saisi par appuis successifs sur deux touches. Tout d'abord, la clé à laquelle la lettre est attribuée, on note le numéro de série de la lettre sur la clé. Par exemple, la lettre "S" est la quatrième lettre sur la touche "7", c'est-à-dire que pour la saisir, appuyez sur "7", puis "4", pour saisir "N" - "6", puis "2" .

Sur le côté gauche se trouvent : les touches de volume, le bouton de l'enregistreur vocal, l'emplacement SD/MMC avec prise en charge SDIO. La fente peut être utilisée pour divers périphériques. Par exemple, un récepteur GPS ou une carte Wi-Fi. De manière standard, les touches de volume ne peuvent pas être affectées à d'autres actions, mais cela peut être fait avec un utilitaire tiers. Sur le côté droit, il n'y a qu'une touche de caméra, ce qui, à notre avis, n'est pas très pratique. L'emplacement de la caméra et l'angle entre les deux moitiés ne permettent pas une utilisation confortable de la caméra à l'état déplié. Plié uniquement, écran principal sorti.

Sur l'écran monochrome externe, seules les informations les plus nécessaires sont affichées (heure, niveau du signal et de la batterie, nom du réseau, messages non lus et appels manqués). Il est clairement visible au soleil et remplit sa fonction principale. Sur le même plan, en plus d'un écran externe, il y a un haut-parleur et un microphone supplémentaires pour que vous puissiez parler lorsqu'il est fermé. Le volume du haut-parleur et la sensibilité du microphone étaient toujours suffisants avec une marge lors de la conversation. À la jonction des moitiés, il y a aussi deux indicateurs, standard pour Pocket PC.

À l'extrémité supérieure, il y a une prise stylet, une sortie casque filaire (2,5 mm) et un port infrarouge discret. Le stylet en métal est confortable à utiliser. Une autre antenne externe, qui, semble-t-il, avec de telles dimensions du boîtier, pourrait être rendue interne.

Au dos, nous trouvons un appareil photo, une lampe de poche pour l'appareil photo, un couvercle de batterie et un bouton de réinitialisation logicielle.

Les prises de charge et de synchronisation à l'extrémité inférieure sont recouvertes d'un bouchon en caoutchouc, qui n'est en aucun cas attaché au boîtier, il est probable qu'il se perde avec le temps. Le connecteur mini-USB peut être utilisé non seulement pour la synchronisation, mais également pour charger l'appareil à partir d'un ordinateur.

Sans fil

L'ordinateur de poche ne fonctionne que sur deux bandes - GSM 900/1800, contrairement au modèle Rover S1, qui fonctionnait sur trois bandes. GPRS Class 10 est pris en charge, le smartphone peut être utilisé comme modem externe.

Le port infrarouge prend en charge la norme SIR (Slow Infrared), en tant que télécommande pour les appareils électroménagers, il ne fonctionnera pas - sa portée maximale est de 30 cm.

Bluetooth. L'un des principaux inconvénients du Rover S1 était le manque de prise en charge Bluetooth. Le Rover S2 n'a pas cet inconvénient. Cependant, l'implémentation logicielle de Bluetooth est frustrante - ce ne sont pas des pilotes WIDCOMM qui sont déjà devenus un standard, mais des pilotes intégrés à Windows Mobile 2003, leurs capacités sont rares, certains profils importants sont manquants ou incomplètement implémentés. Mais les principales fonctions sont exécutées - travail avec un casque Bluetooth, synchronisation et accès à Internet. Le modèle est disponible à la vente en deux versions - avec et sans casque Bluetooth, respectivement, leur prix diffère. D'après ma propre expérience, le casque attire moins les regards surpris des autres que le Rover S2 à l'oreille lorsqu'il est déplié.

Travail hors connexion

La batterie amovible est solidement fixée, il n'y a pas de jeu. Sa capacité est de 1200 mAh. Autonomie revendiquée de la batterie - 3 à 5 heures de temps de conversation, 100 à 130 heures en veille. D'après nos tests, le smartphone fonctionne environ une journée avec des conversations intensives (30 minutes), 5-6 utilisations en mode PDA. Environ deux jours Rover S2 fonctionne lorsqu'il est utilisé pendant 2-3 heures par jour. Si vous venez de poser le smartphone et de parler occasionnellement dessus (10 minutes est le temps de conversation total), cela fonctionnera pendant environ trois jours. En général, un résultat tout à fait normal pour un appareil de sa catégorie. Une batterie étendue de 2400 mAh est également disponible, augmentant la taille, le poids et la durée de vie de la batterie https://cars45.com.gh/zKdnk1VXAE52RKLfcy0uromR.

La batterie amovible est solidement fixée, il n'y a pas de jeu. Sa capacité est de 1200 mAh. Autonomie revendiquée de la batterie - 3 à 5 heures de temps de conversation, 100 à 130 heures en veille. D'après nos tests, le smartphone fonctionne environ une journée avec des conversations intensives (30 minutes), 5-6 utilisations en mode PDA. Environ deux jours Rover S2 fonctionne lorsqu'il est utilisé pendant 2-3 heures par jour. Si vous venez de poser le smartphone et de parler occasionnellement dessus (10 minutes est le temps de conversation total), cela fonctionnera pendant environ trois jours. En général, un résultat tout à fait normal pour un appareil de sa catégorie. Une batterie étendue de 2400 mAh est également disponible, augmentant la taille, le poids et la durée de vie de la batterie. https://cars45.com.gh/zKdnk1VXAE52RKLfcy0uromR https://cars45.com.gh/zKdnk1VXAE52RKLfcy0uromR travailler.

Appareil photo

À propos de la caméra, la conversation sera brève. La qualité de la caméra VGA intégrée (la résolution maximale des images est de 640x480 pixels) est médiocre, de telles caméras ont récemment été intégrées sans discernement dans tout ce qui porte le nom générique de «gadget». Jetez un œil à des exemples de photos :

La caméra peut enregistrer des vidéos à une résolution de 160 x 120.

Spécifications

La quantité de RAM à bord du Rover S2 est standard - 64 Mo, dont 61,57 Mo sont disponibles pour l'utilisateur. Le cœur du PDA est le processeur XScale PXA260 d'Intel, fonctionnant à 400 MHz.

Pour le test de performances, nous avons utilisé la suite de tests SPB Benchmark. À titre de comparaison, nous avons sélectionné des modèles aux caractéristiques similaires.

L'indice décrit les performances du processeur. Deux modèles de HTC sont en tête, suivis des Rover S1 et S2 avec une légère différence.

L'indice décrit la vitesse de travail avec les applications intégrées.

La synchronisation est rapide.

L'indice décrit les performances globales du système. Le résultat affiché par Rover S2 est l'un des plus bas. Mais dans la plupart des applications sur Pocket PC, ce décalage de performances est difficile à ressentir, la différence devient visible dans les jeux et lors de la lecture de vidéos.

Comme d'habitude, nous utilisons le test de performances graphiques PocketQuake avec le son désactivé (le son a été désactivé par la commande console nosound 1, le reste des paramètres est enregistré). Une petite innovation - nous avons introduit le Quake Index pour visualiser les résultats. L'indice est calculé à l'aide de la formule suivante ((Demo_1_240x180)*1/6+(Demo_1_320x240)*1/3+(Demo_2_240x180)*1/6+(Demo_2_320x240)*1/3)*1000)/Quake_Index(FS Pocket LOOX 610).

Le modèle Rover S2 est inférieur à tout le monde dans ce test, y compris le modèle Rover S1.

Test de lecture vidéo. Nous avons exécuté plusieurs clips de test avec différentes intensités de flux vidéo (kbps - kilobit par seconde, le codec DivX 5.03 a été utilisé pour l'encodage vidéo). Le son a été encodé au format MP3 avec un débit de 128 kbps. Le critère de performance était le nombre minimum d'images perdues pendant la lecture, le plus petit étant le mieux. Le matériel source était un extrait du film Cats & Dogs (scène de combat). Semblable au test Pocket Quake, nous avons introduit un indice de performance vidéo. Les résultats sont les suivants :

Et ici, le Rover S2 est inférieur à tous ses concurrents.

Logiciel

Le système d'exploitation Pocket PC (PPC 2002, WM 2003) n'a pas été initialement conçu pour contrôler les fonctions du téléphone (contrairement à la version spécialement repensée pour les smartphones, OS Windows Mobile 2003 pour Smartphone). Rover S2 exécute WM 2003 pour Pocket PC Phone Edition , c'est toujours le même Windows Mobile 2003 pour Pocket PC Premium Edition (que vous pouvez lire en détail dans la revue correspondante), seulement avec l'ajout de plusieurs applications responsables du fonctionnement du partie téléphone.< /p>

Lecteur AVI. Le programme sert uniquement à visionner des vidéos prises par la caméra intégrée.

Téléphone. Tout ce qui est chargé de passer des appels est collecté ici. Voici à quoi ressemble le programme en mode veille, affiche le clavier et le dernier appel, le téléphone le compose lorsque vous appuyez sur le bouton du casque (entrant ou sortant - peu importe). Sans logiciel supplémentaire, le smartphone (ou plutôt le système d'exploitation) ne prend pas en charge la numérotation vocale.

Compositeur MMS. Programme pour composer des messages MMS.

QBackup. Utilitaire de sauvegarde de données.

Contacts SIM. Travaillez avec les contacts de la carte SIM, copiez-les dans la mémoire principale.

Menu SIM. Travailler avec le menu SIM.

Tous les autres programmes sont standard pour WM2003 Phone Edition.

Le smartphone est entièrement russifié (au premier démarrage, vous pouvez choisir entre le russe et l'anglais).

Résumé

En termes de qualité de réception, le smartphone n'a causé aucune plainte. Le volume du haut-parleur est toujours suffisant, les mélodies sont ajoutées à votre goût au format WAV. Lors d'une conversation, l'interlocuteur est toujours bien entendu. Le signal de vibration est de force moyenne.

Le point culminant de l'appareil est une apparence non standard. Les dimensions du Rover S2 en tant que téléphone sont trop grandes même pour les hommes, sans parler des femmes. Le smartphone choque et surprend les autres, il est perçu comme un "clapet" exagéré. Cela vous évite de pouvoir parler à l'état plié ou à l'aide d'un casque, sans attirer les regards intéressés des passants au hasard. À la place du pavé numérique, il pourrait bien y avoir un doigt QWERTY, mais même à partir du pavé numérique, vous ne pouvez pas saisir de texte, comme sur un téléphone portable "normal". La situation a été sauvée par la société russe Quarta, qui a développé deux systèmes de saisie de texte, sinon le clavier ne pourrait pas éviter le handicap fonctionnel - il suffit d'entrer un chiffre, pas de pas à gauche, pas de pas à droite. En partie, les dimensions ont été réduites en raison de la taille de l'écran, mais non seulement la diagonale a souffert, mais aussi la qualité de l'image (couleurs fanées, rétroéclairage irrégulier). Le temps de fonctionnement est typique d'un smartphone de classe Pocket PC, un avantage significatif est la présence d'une batterie à double capacité. Dans les tests de performances, le Rover S2 perd contre presque tout le monde, mais cela n'est critique que lors de la lecture de vidéos et de jeux gourmands en ressources. La présence du Bluetooth est un plus en soi, mais de nombreux profils ne sont pas implémentés. La caméra est de qualité très moyenne.

En conséquence, nous obtenons un appareil très étrange pour 610-620 $ (prix actuels), les acheteurs ne seront attirés que par la commodité trompeuse du clavier intégré (un attribut d'un téléphone ordinaire) et les capacités d'un système d'exploitation à part entière. Un autre point positif est l'option avec un casque Bluetooth peu coûteux dans le kit (60 $ de plus).