Nouveaux modèles Siemens. Annonce de Moscou le 03 juillet 2003 ou temps difficiles pour Siemens.

Siemens accorde de plus en plus d'attention au marché russe des terminaux, le mettant en avant parmi les plus prometteurs. C'est pour cette raison que le lancement de trois nouveaux modèles à la fois a eu lieu à Moscou. En plus de la haute direction de l'entreprise, des journalistes du monde entier ont été invités à la première mondiale, environ 700 personnes au total. Il s'agit du premier événement du genre en Russie, d'autres fabricants n'ont pas organisé de telles présentations.

La présentation est divisée en trois parties, la première, qui commence à 8 heures, sera donnée par Rudy Lamprecht, président de Siemens ICM, qui a récemment succédé à Peter Zapf. Rappelons que ce remaniement du personnel dans l'entreprise a été commenté comme un événement banal qui ne mérite pas l'attention. L'opinion officieuse qui s'est développée sur le marché est que le changement de leadership est lié à la perte de parts de marché sur le marché du GSM, Samsung a pris de l'avance. Les responsables de la société n'aiment pas commenter la situation avec le leadership de Samsung en Europe et soulignent que le géant sud-coréen occupe une position forte sur le marché des terminaux CDMA. Dans le même temps, on oublie obstinément que les terminaux CDMA mentionnés ne sont pas vendus en Europe, et la concurrence avec Siemens est dans le même créneau. En particulier, Lothar Pauli, membre du conseil d'administration de Siemens ICM, a cité des arguments similaires dans une interview avec notre publication. Le texte intégral de cet entretien sera publié dans les prochains jours. Mais selon les analystes, Siemens se classe actuellement au 4ème rang européen en termes de ventes de terminaux GSM.

Dans son discours, Rudi Lamprecht abordera plusieurs sujets, mais dès sa rencontre avec les salariés de l'entreprise, qui a eu lieu plus tôt, on sait de quoi il sera question. Selon l'entreprise, le marché des terminaux mobiles traverse une période difficile, il y a une saturation du marché, un refus d'acheter de nouveaux modèles. Dans ces conditions, les marchés commencent à jouer un rôle de plus en plus important, là où le nombre d'abonnés n'est pas encore trop important et où il y a un potentiel de croissance future. Le marché le plus prometteur de ce type en Europe est le marché russe.

Siemens prétend être le leader sur ce marché (33 %), ainsi que le numéro un sur les marchés de la Biélorussie (35 %), de la Lituanie (34 %), de la Lettonie (33 %), de la Hongrie (33 %) , Croatie (32%), Bosnie (32%). Nous ne nous engageons pas à juger de la véracité des déclarations sur d'autres pays, mais la position sur le marché russe et le leadership de l'entreprise sont une grande question. Ainsi, selon les résultats du premier trimestre, la société a pris la deuxième place, après le leader du marché Nokia. Une situation similaire a été observée l'année dernière. Déjà au deuxième trimestre, l'entreprise n'occupe que la troisième place, les données à ce sujet seront publiées le 15 juillet (Mobile Research Group). Des chiffres de ventes aussi faibles au deuxième trimestre sont associés à la politique active (voire agressive) de Motorola pour promouvoir ses produits. Egalement affectée par le surstockage, qui a été observé à la fin du premier trimestre, et, par conséquent, une baisse des ventes. Une raison indirecte de la baisse des ventes officielles était la politique de prix différente menée par Siemens dans différents pays européens.Il est devenu plus rentable d'importer officieusement certains modèles en Russie, en contournant le bureau de représentation russe. Selon Mobile Research Group, la part du marché gris du 2 Nissan trimestre pour Siemens a presque doublé. Étant donné qu'au premier trimestre, les produits Siemens occupaient déjà une part importante des livraisons grises, on peut parler d'une forte détérioration de la situation. Cette situation sera examinée en détail dans le rapport du 15 juillet 2003.

Mais ici, la question se pose : comment gagner de nouvelles parts de marché s'il n'y a pas de produits dans des segments de marché en croissance et que tous les nouveaux modèles sont lancés dans un segment de marché en déclin ? Par exemple, le segment budgétaire restera stable tout au long de l'année, tandis que les appareils jeunesse coûtant de 130 à 170 dollars (prix de détail) seront de moins en moins demandés. Seule la part des appareils dans les segments de prix élevés augmentera, mais c'est là que l'entreprise perd, car elle n'a pas de produits. Seul le Siemens SL55, qui est apparu sur le marché, n'a pas provoqué de demande urgente, il est peu probable qu'une telle demande soit observée plus tard. La campagne publicitaire de ce modèle (surtout le spot télévisé) provoque plus de perplexité que l'envie d'acheter un téléphone ou de mieux le connaître.

Le smartphone Siemens SX1, malgré son ergonomie controversée (il est extrêmement difficile de taper dessus en raison de l'emplacement des touches), sera très demandé par les consommateurs. Il n'agit même pas comme un smartphone, mais comme l'appareil le plus technologique de l'entreprise. Le seul problème est que le segment de ces appareils est extrêmement étroit, il est impossible de faire des ventes de masse ici. Même les ventes très réussies de Siemens SX1 ne pourront pas changer la situation actuelle. Le maximum possible est que des ventes réussies augmentent le prix moyen d'un modèle Siemens (il est actuellement d'environ 100 $ pour le marché russe sur la base des prix de gros).

C'est ainsi que l'entreprise voit la répartition des différents segments de prix en Europe de l'Est. De plus, les préférences de l'utilisateur sont données. Il est impossible de comparer directement les données de ces deux graphiques, car en Russie, l'accent n'est pas mis sur les fonctions supplémentaires des téléphones. Mais plus tard, nous nous tournerons à nouveau vers les données du graphique des préférences de l'utilisateur, nous en aurons besoin.

Il s'avère que l'entreprise commence progressivement à perdre sa part de marché, maintenant sa présence dans des segments tels que le budget, le moyen (jeunesse) et partiellement la technologie. Dans le même temps, l'offre des segments en croissance est réduite ou maintenue au même niveau. Les expériences de conception ne portent pas encore leurs fruits et la sortie des appareils les plus avancés technologiquement est difficile. Cela s'explique par le fait que les développements internes de l'entreprise sont faibles et qu'il n'y a aucune possibilité de présenter un appareil aux caractéristiques exceptionnelles, les modèles existants sont copiés, en conséquence, leur entrée ultérieure sur le marché. Ces aspects des activités de l'entreprise ont été décrits par nous dans le document sur l'utilisation de plates-formes étrangères par Siemens dans la production de ses appareils. Je voudrais profiter de cette occasion pour noter que beaucoup nous ont écrit que la plate-forme utilisée dans les appareils Siemens S55, SL55, M55 est le propre développement de Siemens.En supposant cela, on ne sait peut-être pas pourquoi un produit a été lancé sur le marché qui répète exactement l'Ericsson T68 apparu un an plus tôt. Le type d'écran utilisé dans ces produits n'est pas largement utilisé et n'est généralement utilisé que dans ces deux téléphones. Il y a trop de coïncidences, qui individuellement ne jouent aucun rôle, mais ensemble, elles donnent une certaine image. Vous ne voulez en aucun cas penser que Siemens a créé un clone d'un modèle réussi d'une entreprise concurrente, mais plutôt croire en la licence de plate-forme.

Parlant de la similitude de ces appareils, vous pouvez lire la comparaison sur notre site Web.

La transition vers la nouvelle plate-forme n'aura lieu que l'année prochaine, apparemment la présentation des appareils aura lieu en octobre. Cela est indiqué par plusieurs faits, en particulier le fait que Siemens a signé un accord avec Hyundai LCD, selon lequel l'entreprise recevra environ 5,5 en 2004. millions d'écrans. Ce sont des matrices STN qui seront utilisées dans les téléphones portables (pas les smartphones), elles affichent jusqu'à 65 000 couleurs. Le volume de la transaction est estimé à 100 millions de dollars.

Ces données suggèrent que Siemens utilisera des écrans avec 65 000 couleurs et presque certainement une résolution de 128 x 160 pixels dans ses modèles haut de gamme. Rappelons qu'un certain nombre d'appareils sur le marché ont déjà de telles caractéristiques, par exemple, Sony Ericsson T610. À cet égard, la discussion qui s'est déroulée autour de cette nouvelle dans l'un des forums allemands est intéressante, http://www.telefon-treff.de/showthread.php?s=&threadid=62270(en allemand).

Le deuxième fait. Infineon Technologies AG a annoncé que les prochains téléphones mobiles de Siemens utiliseront ses chipsets. En particulier, nous parlons de chipsets tels que S-Gold, S-Goldlite. Le cœur des deux chipsets a une architecture similaire, ils prennent en charge la polyphonie à 32 voix, fonctionnent avec un appareil photo numérique intégré, EDGE, GPRS classe 12, Java, des écrans couleur. La prise en charge d'une norme telle que le mp3 est mentionnée, mais ce que cela signifie exactement n'est pas tout à fait clair. La conclusion que l'on peut en tirer est assez simple, des appareils basés sur ces chipsets apparaîtront à la fin de l'année, ils auront une polyphonie de 32 tons. Il est difficile de tirer une conclusion sur les autres caractéristiques des téléphones sur la base des maigres informations du communiqué de presse. Nous n'avons plus qu'à attendre l'année prochaine, mais pour l'instant, contentez-vous des appareils existants sur la même plate-forme.

Les entreprises doivent désormais utiliser la plate-forme existante autant que possible et lancer des produits dont la conception diffère, ainsi que des améliorations mineures. Dans une certaine mesure, Siemens a emprunté sa stratégie commerciale à Nokia, ce fabricant dispose également d'une large gamme de modèles, dans laquelle les différences entre les modèles construits sur la même plate-forme résident dans la conception et un petit nombre de fonctions ajoutées. Permettez-moi donc de vous présenter trois nouveaux modèles de Siemens.

Siemen A52. En fait, le modèle budgétaire A55 est pris, un certain nombre de fonctions internes y sont supprimées, par conséquent, ce téléphone a un nouveau marquage. Technologiquement, l'appareil est construit sur la même plate-forme, a les mêmes capacités, forces et faiblesses. En tant qu'offre la moins chère de l'entreprise, nous devrions nous attendre à des prix de l'ordre de 65 à 70 dollars pour ce modèle. L'appareil sera demandé sur le marché en grande quantité en raison du prix bas. Compte tenu du fait que le téléphone Siemens A55 se transforme assez facilement en son frère aîné C55 grâce à de simples modifications, il est intéressant de voir comment les choses se passent avec l'A52. Si la situation est similaire, alors cet appareil sera en demande dans les régions où il y a des artisans qui peuvent reflasher l'appareil et modifier son matériel. La question de la conversion du A55 en C55 a été soulevée plus d'une fois sur les forums du net.

Siemens C60. L'entreprise positionne cet appareil dans le segment des 150 à 200 euros, il est légèrement supérieur au Siemens M55. Les différences avec ce modèle sont minimes, en fait, il s'agit d'un seul et même appareil construit sur la même plate-forme. En conséquence, la différence de prix entre ces modèles ne sera pas élevée et ils se feront concurrence en termes d'attractivité. Dans la promotion de ce produit, Siemens se concentre sur les messages MMS, la possibilité de transférer des images reçues d'un appareil photo connecté.

SiemensMC60. Et encore une fois, nous rencontrons le modèle converti M55, cette fois il a ajouté une caméra intégrée. Un tel changement mérite vraiment l'attention, mais l'appareil photo transfère immédiatement l'appareil dans le segment de prix de 200 à 300 euros. L'entreprise positionne cet appareil pour un public plus mature, estimant que ses ventes seront inférieures à celles des deux autres modèles. C'est évident si vous comparez les prix de ces téléphones.

Les livraisons de tous les nouveaux modèles commenceront à partir de la fin de l'été, nous devrions nous attendre à ce qu'ils apparaissent d'ici la dernière décennie d'août. Les bureaux de représentation régionaux de l'entreprise recevront des échantillons fin juillet, puis ils seront disponibles plus en détail.

Maintenant, quelques mots sur le positionnement de ces téléphones et leur promotion sur le marché. La similitude des modèles, pour ne pas dire l'identité, est frappante. Il s'avère que les A52 et A55 sont des frères jumeaux, mais pour des raisons marketing, ils auront un coût différent. Ici on observera du cannibalisme de la part du modèle A52, cela réduira les ventes de l'A55. Dans une paire de M55 et C60 aussi, tout n'est pas si simple. Quelle sera la demande sur un modèle avec un design différent, et une caméra connectée dans le kit devant un appareil simple avec les mêmes fonctions, mais à un prix inférieur, est un point discutable. La société rivalise au sein de sa gamme en raccourcissant la durée de vie des produits déjà sur le marché, tout en prolongeant la durée de vie globale de la plate-forme. L'approche est controversée et ambiguë.

Quelques mots sur l'orientation que Siemens déplace vers l'Europe de l'Est. Ci-dessus, ce n'est pas en vain que nous vous avons demandé de faire attention aux préférences de l'utilisateur, en premier lieu les messages SMS, suivis d'un appel polyphonique, et ensuite seulement l'apparence de l'appareil. Tous les derniers modèles de différents fabricants sont équipés de sonneries polyphoniques, ainsi que de la possibilité d'envoyer des SMS. Le tableau fait référence aux messages SMS/MMS, mais les messages multimédias ne sont pas encore d'actualité en Europe de l'Est, il s'agit plus d'un jouet que d'un réel besoin pour l'abonné.

Il s'avère que l'entreprise s'appuie principalement sur le design, et ensuite seulement sur d'autres possibilités. Si vous suivez la logique des préférences de l'utilisateur, alors le C60 avec une caméra connectée sera peu demandé, car la caméra, en tant que fonction, n'est pas très intéressante, surtout la caméra externe. Il en va de même pour le modèle MC60. Ainsi, le marketing de Siemens ne relie pas différentes données, l'accent est mis sur la prolongation de la durée de vie de la plate-forme. Autrement dit, tous les quelques mois, nous verrons l'annonce de nouveaux modèles avec l'ancienne fonctionnalité, mais dans un nouveau design. Le premier concurrent pour une telle mise à jour cosmétique est le modèle MC60, à l'avenir, il pourrait être basé sur un nouveau modèle.

Les nouveaux modèles sont en mesure de fournir à l'entreprise des ventes stables dans leurs segments, mais rien de plus. Il ne faut pas s'attendre à une augmentation de la part de marché, à l'avenir, elle diminuera apparemment régulièrement si la situation de la gamme de produits ne change pas. Cela est particulièrement vrai pour le marché russe, où l'entreprise perd ses positions à court terme.

Au cours de la journée, nous publierons les spécifications complètes des modèles, ainsi que de vraies photos des nouveaux téléphones, environ cela se produira vers 19 heures, heure de Moscou.

Nouveaux modèles Siemens. Annonce de Moscou le 03 juillet 2003 ou temps difficiles pour Siemens.

Siemens accorde de plus en plus d'attention au marché russe des terminaux, le mettant en avant parmi les plus prometteurs. C'est pour cette raison que le lancement de trois nouveaux modèles à la fois a eu lieu à Moscou. En plus de la haute direction de l'entreprise, des journalistes du monde entier ont été invités à la première mondiale, environ 700 personnes au total. Il s'agit du premier événement du genre en Russie, d'autres fabricants n'ont pas organisé de telles présentations.

La présentation est divisée en trois parties, la première, qui commence à 8 heures, sera donnée par Rudy Lamprecht, président de Siemens ICM, qui a récemment remplacé Peter Zapf. Rappelons que ce remaniement du personnel dans l'entreprise a été commenté comme un événement banal qui ne mérite pas l'attention. L'opinion officieuse qui s'est développée sur le marché est que le changement de leadership est lié à la perte de parts de marché sur le marché du GSM, Samsung a pris de l'avance. Les responsables de la société n'aiment pas commenter la situation avec le leadership de Samsung en Europe et soulignent que le géant sud-coréen occupe une position forte sur le marché des terminaux CDMA. Dans le même temps, on oublie obstinément que les terminaux CDMA mentionnés ne sont pas vendus en Europe, et la concurrence avec Siemens est dans le même créneau. En particulier, Lothar Pauli, membre du conseil d'administration de Siemens ICM, a cité des arguments similaires dans une interview avec notre publication. Le texte intégral de cet entretien sera publié dans les prochains jours. Mais selon les analystes, Siemens se classe actuellement au 4ème rang européen en termes de ventes de terminaux GSM.

Dans son discours, Rudi Lamprecht abordera plusieurs sujets, mais dès sa rencontre avec les salariés de l'entreprise, qui a eu lieu plus tôt, on sait de quoi il sera question. Selon l'entreprise, le marché des terminaux mobiles traverse une période difficile, le marché est saturé et de nouveaux modèles sont abandonnés. Dans ces conditions, les marchés commencent à jouer un rôle de plus en plus important, là où le nombre d'abonnés n'est pas encore trop important et où il y a un potentiel de croissance future. Le marché le plus prometteur de ce type en Europe est le marché russe.

Siemens prétend être le leader sur ce marché (33 %), ainsi que le numéro un sur les marchés de la Biélorussie (35 %), de la Lituanie (34 %), de la Lettonie (33 %), de la Hongrie (33 %) , Croatie (32%), Bosnie (32%). Nous ne nous engageons pas à juger de la véracité des déclarations sur d'autres pays, mais la position sur le marché russe et le leadership de l'entreprise sont une grande question. Ainsi, selon les résultats du premier trimestre, la société a pris la deuxième place, après le leader du marché Nokia. Une situation similaire a été observée l'année dernière. Déjà au deuxième trimestre, l'entreprise ne prend que la troisième place, les données à ce sujet seront publiées le 15 juillet (Mobile Research Group). Des chiffres de ventes aussi faibles au deuxième trimestre sont associés à la politique active (voire agressive) de Motorola pour promouvoir ses produits. Le surstockage, observé à la fin du premier trimestre, et, par conséquent, une baisse des ventes, ont également été touchés. Une raison indirecte de la baisse des ventes officielles était la politique de prix différente menée par Siemens dans différents pays européens.Il est devenu plus rentable d'importer officieusement certains modèles en Russie, en contournant le bureau de représentation russe. Selon Mobile Research Group, la part du marché gris du 2 Nissan trimestre pour Siemens a presque doublé. Étant donné qu'au premier trimestre, les produits Siemens occupaient déjà une part importante des livraisons grises, on peut parler d'une forte détérioration de la situation. Cette situation sera examinée en détail dans le rapport du 15 juillet 2003.

Le manque de nouveaux produits dans la gamme, un marché gris fort, tout cela ensemble provoque une diminution du volume des livraisons officielles. L'entreprise en est bien consciente et a donc préparé plusieurs propositions pour le segment économique, ainsi que pour les jeunes. Il est curieux que l'entreprise soit très forte dans ces segments, on pourrait dire traditionnellement forte. Mais, ayant un certain nombre de modèles à succès, la société lance un certain nombre de nouveaux appareils qui viendront concurrencer les téléphones existants, ou viendront les remplacer. Cependant, regardons ce que Rudi Lamprecht a dit lors de sa première visite à Moscou cette année. À cette époque, la société pensait que le marché se polarisait, un nombre croissant de terminaux seraient vendus dans le segment budgétaire, ainsi que dans le segment des appareils à la mode.

L'idée de la distribution sur le marché est tout à fait correcte, d'ailleurs, elle est confirmée par des recherches menées en Russie par Mobile Research Group.

Mais ici, la question se pose : comment gagner de nouvelles parts de marché s'il n'y a pas de produits dans des segments de marché en croissance et que tous les nouveaux modèles sont lancés dans un segment de marché en déclin ? Par exemple, le segment budgétaire restera stable tout au long de l'année, tandis que les appareils jeunesse coûtant de 130 à 170 dollars (prix de détail) seront de moins en moins demandés. Seule la part des appareils dans les segments de prix élevés augmentera, mais c'est là que l'entreprise perd, car elle n'a pas de produits. Seul le Siemens SL55, qui est apparu sur le marché, n'a pas provoqué de demande urgente, il est peu probable qu'une telle demande soit observée plus tard. La campagne publicitaire de ce modèle (surtout le spot télévisé) provoque plus de perplexité que l'envie d'acheter un téléphone ou de mieux le connaître.

Le smartphone Siemens SX1, malgré son ergonomie controversée (il est extrêmement difficile de taper dessus en raison de l'emplacement des touches), sera très demandé par les consommateurs. Il n'agit même pas comme un smartphone, mais comme l'appareil le plus technologique de l'entreprise. Le seul problème est que le segment de ces appareils est extrêmement étroit, il est impossible de faire des ventes de masse ici. Même les ventes très réussies de Siemens SX1 ne pourront pas changer la situation actuelle. Le maximum possible est que des ventes réussies augmentent le prix moyen d'un modèle Siemens (il est actuellement d'environ 100 $ pour le marché russe sur la base des prix de gros).

C'est ainsi que l'entreprise voit la répartition des différents segments de prix en Europe de l'Est. De plus, les préférences de l'utilisateur sont données. Il est impossible de comparer directement les données de ces deux graphiques, car en Russie, par exemple, l'accent n'est pas mis sur les fonctions supplémentaires des téléphones. Mais plus tard, nous nous tournerons à nouveau vers les données du graphique des préférences de l'utilisateur, nous en aurons besoin.

Il s'avère que l'entreprise commence progressivement à perdre sa part de marché, maintenant sa présence dans des segments tels que le budget, le moyen (jeunesse) et partiellement la technologie. Dans le même temps, l'offre des segments en croissance est réduite ou maintenue au même niveau. Les expériences de conception ne portent pas encore leurs fruits et la sortie des appareils les plus avancés technologiquement est difficile. Cela s'explique par le fait que les développements internes de l'entreprise sont faibles et qu'il n'y a aucune possibilité de présenter un appareil aux caractéristiques exceptionnelles, les modèles existants sont copiés, en conséquence, leur entrée ultérieure sur le marché. Ces aspects des activités de l'entreprise ont été décrits par nous dans le document sur l'utilisation de plates-formes étrangères par Siemens dans la production de ses appareils. Je voudrais profiter de cette occasion pour noter que beaucoup nous ont écrit que la plate-forme utilisée dans les appareils Siemens S55, SL55, M55 est le propre développement de Siemens.En supposant cela, on ne sait peut-être pas pourquoi un produit a été lancé sur le marché qui répète exactement l'Ericsson T68 apparu un an plus tôt. Le type d'écran utilisé dans ces produits n'est pas largement utilisé et n'est généralement utilisé que dans ces deux téléphones. Il y a trop de coïncidences, qui individuellement ne jouent aucun rôle, mais ensemble, elles donnent une certaine image. Vous ne voulez en aucun cas penser que Siemens a créé un clone d'un modèle réussi d'une entreprise concurrente, mais plutôt croire en la licence de plate-forme.

Parlant de la similitude de ces appareils, vous pouvez lire la comparaison sur notre site Web.

La transition vers la nouvelle plate-forme n'aura lieu que l'année prochaine, apparemment la présentation des appareils aura lieu en octobre. Cela est indiqué par plusieurs faits, en particulier le fait que Siemens a signé un accord avec Hyundai LCD, selon lequel l'entreprise recevra environ 5,5 en 2004. millions d'écrans. Ce sont des matrices STN qui seront utilisées dans les téléphones portables (pas les smartphones), elles affichent jusqu'à 65 000 couleurs. Le volume de la transaction est estimé à 100 millions de dollars.

Ces données suggèrent que Siemens utilisera des écrans avec 65 000 couleurs et presque certainement une résolution de 128 x 160 pixels dans ses modèles haut de gamme. Rappelons qu'un certain nombre d'appareils sur le marché ont déjà de telles caractéristiques, par exemple, Sony Ericsson T610. À cet égard, la discussion qui s'est déroulée autour de cette nouvelle dans l'un des forums allemands est intéressante, http://www.telefon-treff.de/showthread.php?s=&threadid=62270(en allemand).

Le deuxième fait. Infineon Technologies AG a annoncé que les prochains téléphones mobiles de Siemens utiliseront ses chipsets. En particulier, nous parlons de chipsets tels que S-Gold, S-Goldlite. Le cœur des deux chipsets a une architecture similaire, ils prennent en charge la polyphonie à 32 voix, fonctionnent avec un appareil photo numérique intégré, EDGE, GPRS classe 12, Java, des écrans couleur. La prise en charge d'une norme telle que le mp3 est mentionnée, mais ce que cela signifie exactement n'est pas tout à fait clair. La conclusion que l'on peut en tirer est assez simple, des appareils basés sur ces chipsets apparaîtront à la fin de l'année, ils auront une polyphonie de 32 tons. Il est difficile de tirer une conclusion sur les autres caractéristiques des téléphones sur la base des maigres informations du communiqué de presse. Nous n'avons plus qu'à attendre l'année prochaine, mais pour l'instant, contentez-vous des appareils existants sur la même plate-forme.

Les entreprises doivent désormais utiliser la plate-forme existante autant que possible et lancer des produits dont la conception diffère, ainsi que des améliorations mineures. Dans une certaine mesure, Siemens a emprunté sa stratégie commerciale à Nokia, ce fabricant dispose également d'une large gamme de modèles, dans laquelle les différences entre les modèles construits sur la même plate-forme résident dans la conception et un petit nombre de fonctions ajoutées. Permettez-moi donc de vous présenter trois nouveaux modèles de Siemens.

SiemensMC60. Et encore une fois, nous rencontrons le modèle converti M55, cette fois il a ajouté une caméra intégrée. Un tel changement mérite vraiment l'attention, mais l'appareil photo transfère immédiatement l'appareil dans le segment de prix de 200 à 300 euros. L'entreprise positionne cet appareil pour un public plus mature, estimant que ses ventes seront inférieures à celles des deux autres modèles. C'est évident si vous comparez les prix de ces téléphones.

Les livraisons de tous les nouveaux modèles commenceront à partir de la fin de l'été, nous devrions nous attendre à ce qu'ils apparaissent d'ici la dernière décennie d'août. Les bureaux de représentation régionaux de l'entreprise recevront des échantillons fin juillet, puis ils seront disponibles plus en détail.

Maintenant, quelques mots sur le positionnement de ces téléphones et leur promotion sur le marché. La similitude des modèles, pour ne pas dire l'identité, est frappante. Il s'avère que les A52 et A55 sont des frères jumeaux, mais pour des raisons marketing, ils auront un coût différent. Ici on observera du cannibalisme de la part du modèle A52, cela réduira les ventes de l'A55. Dans une paire de M55 et C60, tout n'est pas si simple non plus. Quelle sera la demande sur un modèle avec un design différent, et une caméra connectée dans le kit devant un appareil simple avec les mêmes fonctions, mais à un prix inférieur, est un point discutable. La société rivalise au sein de sa gamme en raccourcissant la durée de vie des produits déjà sur le marché, tout en prolongeant la durée de vie globale de la plate-forme. L'approche est controversée et ambiguë.

Quelques mots sur l'orientation que Siemens déplace vers l'Europe de l'Est. Ci-dessus, ce n'est pas en vain que nous vous avons demandé de faire attention aux préférences de l'utilisateur, en premier lieu les messages SMS, suivis d'un appel polyphonique, et ensuite seulement l'apparence de l'appareil. Tous les derniers modèles de différents fabricants sont équipés de sonneries polyphoniques, ainsi que de la possibilité d'envoyer des SMS. Le tableau fait référence aux messages SMS/MMS, mais les messages multimédias ne sont pas encore d'actualité en Europe de l'Est, il s'agit plus d'un jouet que d'un réel besoin pour l'abonné.

Il s'avère que l'entreprise s'appuie principalement sur le design, et ensuite seulement sur d'autres possibilités. Si vous suivez la logique des préférences de l'utilisateur, alors le C60 avec une caméra connectée sera peu demandé, car la caméra, en tant que fonction, n'est pas très intéressante, surtout la caméra externe. Il en va de même pour le modèle MC60. Ainsi, le marketing de Siemens ne relie pas différentes données, l'accent est mis sur la prolongation de la durée de vie de la plate-forme. Autrement dit, tous les quelques mois, nous verrons l'annonce de nouveaux modèles avec l'ancienne fonctionnalité, mais dans un nouveau design. Le premier concurrent pour une telle mise à jour cosmétique est le modèle MC60, à l'avenir, il pourrait être basé sur un nouveau modèle.

Les nouveaux modèles sont en mesure de fournir à l'entreprise des ventes stables dans leurs segments, mais rien de plus. Il ne faut pas s'attendre à une augmentation de la part de marché, à l'avenir, apparemment, elle diminuera régulièrement si la situation avec la gamme de produits ne change pas. Cela est particulièrement vrai pour le marché russe, où l'entreprise perd ses positions à court terme.

Au cours de la journée, nous publierons les spécifications complètes des modèles, ainsi que de vraies photos des nouveaux téléphones, environ cela se produira vers 19 heures, heure de Moscou.

Nouveaux modèles Siemens. Annonce de Moscou le 03 juillet 2003 ou temps difficiles pour Siemens.

Siemens accorde de plus en plus d'attention au marché russe des terminaux, le mettant en avant parmi les plus prometteurs. C'est pour cette raison que le lancement de trois nouveaux modèles à la fois a eu lieu à Moscou. En plus de la haute direction de l'entreprise, des journalistes du monde entier ont été invités à la première mondiale, environ 700 personnes au total. Il s'agit du premier événement du genre en Russie, d'autres fabricants n'ont pas organisé de telles présentations.

La présentation est divisée en trois parties, la première, qui commence à 8 heures, sera donnée par Rudy Lamprecht, président de Siemens ICM, qui a récemment remplacé Peter Zapf. Rappelons que ce remaniement du personnel dans l'entreprise a été commenté comme un événement banal qui ne mérite pas l'attention. L'opinion officieuse qui s'est développée sur le marché est que le changement de leadership est lié à la perte de parts de marché sur le marché du GSM, Samsung a pris de l'avance. Les responsables de la société n'aiment pas commenter la situation avec le leadership de Samsung en Europe et soulignent que le géant sud-coréen occupe une position forte sur le marché des terminaux CDMA. Dans le même temps, on oublie obstinément que les terminaux CDMA mentionnés ne sont pas vendus en Europe, et la concurrence avec Siemens est dans le même créneau. En particulier, Lothar Pauli, membre du conseil d'administration de Siemens ICM, a cité des arguments similaires dans une interview avec notre publication. Le texte intégral de cet entretien sera publié dans les prochains jours. Mais selon les analystes, Siemens se classe actuellement au 4ème rang européen en termes de ventes de terminaux GSM.

Dans son discours, Rudi Lamprecht abordera plusieurs sujets, mais dès sa rencontre avec les salariés de l'entreprise, qui a eu lieu plus tôt, on sait de quoi il sera question. Selon l'entreprise, le marché des terminaux mobiles traverse une période difficile, il y a une saturation du marché, un refus d'acheter de nouveaux modèles. Dans ces conditions, les marchés commencent à jouer un rôle de plus en plus important, là où le nombre d'abonnés n'est pas encore trop important et où il y a un potentiel de croissance future. Le marché le plus prometteur de ce type en Europe est le marché russe.

Siemens prétend être le leader sur ce marché (33 %), ainsi que le numéro un sur les marchés de la Biélorussie (35 %), de la Lituanie (34 %), de la Lettonie (33 %), de la Hongrie (33 %) , Croatie (32%), Bosnie (32%). Nous ne nous engageons pas à juger de la véracité des déclarations sur d'autres pays, mais la position sur le marché russe et le leadership de l'entreprise sont une grande question. Ainsi, selon les résultats du premier trimestre, la société a pris la deuxième place, après le leader du marché Nokia. Une situation similaire a été observée l'année dernière. Déjà au deuxième trimestre, l'entreprise n'occupe que la troisième place, les données à ce sujet seront publiées le 15 juillet (Mobile Research Group). Des chiffres de ventes aussi faibles au deuxième trimestre sont associés à la politique active (voire agressive) de Motorola pour promouvoir ses produits. Egalement affectée par le surstockage, qui a été observé à la fin du premier trimestre, et, par conséquent, une baisse des ventes. Une raison indirecte de la baisse des ventes officielles était la politique de prix différente menée par Siemens dans différents pays européens.Il est devenu plus rentable d'importer officieusement certains modèles en Russie, en contournant le bureau de représentation russe. Selon Mobile Research Group, la part du marché gris du 2 Nissan trimestre pour Siemens a presque doublé. Étant donné qu'au premier trimestre, les produits Siemens occupaient déjà une part importante des livraisons grises, on peut parler d'une forte détérioration de la situation. Cette situation sera examinée en détail dans le rapport du 15 juillet 2003.

Le manque de nouveaux produits dans la gamme, un marché gris fort, tout cela ensemble provoque une diminution du volume des livraisons officielles. L'entreprise en est bien consciente et a donc préparé plusieurs propositions pour le segment économique, ainsi que pour les jeunes. Il est curieux que l'entreprise soit très forte dans ces segments, on pourrait dire traditionnellement forte. Mais, ayant un certain nombre de modèles à succès, la société lance un certain nombre de nouveaux appareils qui viendront concurrencer les téléphones existants, ou viendront les remplacer. Cependant, regardons ce que Rudi Lamprecht a dit lors de sa première visite à Moscou cette année. À cette époque, la société pensait que le marché se polarisait, un nombre croissant de terminaux seraient vendus dans le segment budgétaire, ainsi que dans le segment des appareils à la mode.

L'idée de la distribution sur le marché est tout à fait correcte, d'ailleurs, elle est confirmée par des recherches menées en Russie par Mobile Research Group.

Mais ici, la question se pose : comment gagner de nouvelles parts de marché s'il n'y a pas de produits dans des segments de marché en croissance et que tous les nouveaux modèles sont lancés dans un segment de marché en déclin ? Par exemple, le segment budgétaire restera stable tout au long de l'année, tandis que les appareils jeunesse coûtant de 130 à 170 dollars (prix de détail) seront de moins en moins demandés. Seule la part des appareils dans les segments de prix élevés augmentera, mais c'est là que l'entreprise perd, car elle n'a pas de produits. Seul le Siemens SL55, qui est apparu sur le marché, n'a pas provoqué de demande urgente, il est peu probable qu'une telle demande soit observée plus tard. La campagne publicitaire de ce modèle (surtout le spot télévisé) provoque plus de perplexité que l'envie d'acheter un téléphone ou de mieux le connaître.

Le smartphone Siemens SX1, malgré son ergonomie controversée (il est extrêmement difficile de taper dessus en raison de l'emplacement des touches), sera très demandé par les consommateurs. Il n'agit même pas comme un smartphone, mais comme l'appareil le plus technologique de l'entreprise. Le seul problème est que le segment de ces appareils est extrêmement étroit, il est impossible de faire des ventes de masse ici. Même les ventes très réussies de Siemens SX1 ne pourront pas changer la situation actuelle. Le maximum possible est que des ventes réussies augmentent le prix moyen d'un modèle Siemens (il est actuellement d'environ 100 $ pour le marché russe sur la base des prix de gros).

C'est ainsi que l'entreprise voit la répartition des différents segments de prix en Europe de l'Est. De plus, les préférences de l'utilisateur sont données. Il est impossible de comparer directement les données de ces deux graphiques, car en Russie, par exemple, l'accent n'est pas mis sur les fonctions supplémentaires des téléphones. Mais plus tard, nous nous tournerons à nouveau vers les données du graphique des préférences de l'utilisateur, nous en aurons besoin.

Il s'avère que l'entreprise commence progressivement à perdre sa part de marché, maintenant sa présence dans des segments tels que le budget, le moyen (jeunesse) et partiellement la technologie. Dans le même temps, l'offre des segments en croissance est réduite ou maintenue au même niveau. Les expériences de conception ne portent pas encore leurs fruits et la sortie des appareils les plus avancés technologiquement est difficile. Cela s'explique par le fait que les développements internes de l'entreprise sont faibles et qu'il n'y a aucune possibilité de présenter un appareil aux caractéristiques exceptionnelles, les modèles existants sont copiés, en conséquence, leur entrée ultérieure sur le marché. Ces aspects des activités de l'entreprise ont été décrits par nous dans le document sur l'utilisation de plates-formes étrangères par Siemens dans la production de ses appareils. Je voudrais profiter de cette occasion pour noter que beaucoup nous ont écrit que la plate-forme utilisée dans les appareils Siemens S55, SL55, M55 est le propre développement de Siemens.En supposant cela, on ne sait peut-être pas pourquoi un produit a été lancé sur le marché qui répète exactement l'Ericsson T68 apparu un an plus tôt. Le type d'écran utilisé dans ces produits n'est pas largement utilisé et n'est généralement utilisé que dans ces deux téléphones. Il y a trop de coïncidences, qui individuellement ne jouent aucun rôle, mais ensemble, elles donnent une certaine image. Vous ne voulez en aucun cas penser que Siemens a créé un clone d'un modèle réussi d'une entreprise concurrente, mais plutôt croire en la licence de plate-forme.

Parlant de la similitude de ces appareils, vous pouvez lire la comparaison sur notre site Web.

La transition vers la nouvelle plate-forme n'aura lieu que l'année prochaine, apparemment la présentation des appareils aura lieu en octobre. Cela est indiqué par plusieurs faits, en particulier le fait que Siemens a signé un accord avec Hyundai LCD, selon lequel l'entreprise recevra environ 5,5 en 2004. millions d'écrans. Ce sont des matrices STN qui seront utilisées dans les téléphones portables (pas les smartphones), elles affichent jusqu'à 65 000 couleurs. Le volume de la transaction est estimé à 100 millions de dollars.

Ces données suggèrent que Siemens utilisera des écrans avec 65 000 couleurs et presque certainement une résolution de 128 x 160 pixels dans ses modèles haut de gamme. Rappelons qu'un certain nombre d'appareils sur le marché ont déjà de telles caractéristiques, par exemple, Sony Ericsson T610. À cet égard, la discussion qui s'est déroulée autour de cette nouvelle dans l'un des forums allemands est intéressante, http://www.telefon-treff.de/showthread.php?s=&threadid=62270(en allemand).

Le deuxième fait. Infineon Technologies AG a annoncé que les prochains téléphones mobiles de Siemens utiliseront ses chipsets. En particulier, nous parlons de chipsets tels que S-Gold, S-Goldlite. Le cœur des deux chipsets a une architecture similaire, ils prennent en charge la polyphonie à 32 voix, fonctionnent avec un appareil photo numérique intégré, EDGE, GPRS classe 12, Java, des écrans couleur. La prise en charge d'une norme telle que le mp3 est mentionnée, mais ce que cela signifie exactement n'est pas tout à fait clair. La conclusion que l'on peut en tirer est assez simple, des appareils basés sur ces chipsets apparaîtront à la fin de l'année, ils auront une polyphonie de 32 tons. Il est difficile de tirer une conclusion sur les autres caractéristiques des téléphones sur la base des maigres informations du communiqué de presse. Nous n'avons plus qu'à attendre l'année prochaine, mais pour l'instant, contentez-vous des appareils existants sur la même plate-forme.

Les entreprises doivent désormais utiliser la plate-forme existante autant que possible et lancer des produits dont la conception diffère, ainsi que des améliorations mineures. Dans une certaine mesure, Siemens a emprunté sa stratégie commerciale à Nokia, ce fabricant dispose également d'une large gamme de modèles, dans laquelle les différences entre les modèles construits sur la même plate-forme résident dans la conception et un petit nombre de fonctions ajoutées. Permettez-moi donc de vous présenter trois nouveaux modèles de Siemens.

Siemen A52. En fait, le modèle budgétaire A55 est pris, un certain nombre de fonctions internes y sont supprimées, par conséquent, ce téléphone a un nouveau marquage. Technologiquement, l'appareil est construit sur la même plate-forme, a les mêmes capacités, forces et faiblesses. En tant qu'offre la moins chère de l'entreprise, nous devrions nous attendre à des prix de l'ordre de 65 à 70 dollars pour ce modèle. L'appareil sera demandé sur le marché en grande quantité en raison du prix bas. Compte tenu du fait que le téléphone Siemens A55 se transforme assez facilement en son frère aîné C55 grâce à de simples modifications, il est intéressant de voir comment les choses se passent avec l'A52. Si la situation est similaire, alors cet appareil sera en demande dans les régions où il y a des artisans qui peuvent reflasher l'appareil et modifier son matériel. La question de la conversion de l'A55 en C55 a été soulevée plus d'une fois sur les forums en ligne.

Siemens C60. L'entreprise positionne cet appareil dans le segment des 150 à 200 euros, il est légèrement supérieur au Siemens M55. Les différences avec ce modèle sont minimes, en fait, il s'agit d'un seul et même appareil construit sur la même plate-forme. En conséquence, la différence de prix entre ces modèles ne sera pas élevée et ils se feront concurrence en termes d'attractivité. Dans la promotion de ce produit, Siemens se concentre sur les messages MMS, la possibilité de transférer des images reçues d'un appareil photo connecté.

SiemensMC60. Et encore une fois, nous rencontrons le modèle converti M55, cette fois il a ajouté une caméra intégrée. Un tel changement mérite vraiment l'attention, mais l'appareil photo transfère immédiatement l'appareil dans le segment de prix de 200 à 300 euros. L'entreprise positionne cet appareil pour un public plus mature, estimant que ses ventes seront inférieures à celles des deux autres modèles. C'est évident si vous comparez les prix de ces téléphones.

Les livraisons de tous les nouveaux modèles commenceront à partir de la fin de l'été, nous devrions nous attendre à ce qu'ils apparaissent d'ici la dernière décennie d'août. Les bureaux de représentation régionaux de l'entreprise recevront des échantillons fin juillet, puis ils seront disponibles plus en détail.

Maintenant, quelques mots sur le positionnement de ces téléphones et leur promotion sur le marché. La similitude des modèles, pour ne pas dire l'identité, est frappante. Il s'avère que les A52 et A55 sont des frères jumeaux, mais pour des raisons marketing, ils auront un coût différent. Ici on observera du cannibalisme de la part du modèle A52, cela réduira les ventes de l'A55. Dans une paire de M55 et C60, tout n'est pas si simple non plus. Quelle sera la demande sur un modèle avec un design différent, et une caméra connectée dans le kit devant un appareil simple avec les mêmes fonctions, mais à un prix inférieur, est un point discutable. La société rivalise au sein de sa gamme en raccourcissant la durée de vie des produits déjà sur le marché, tout en prolongeant la durée de vie globale de la plate-forme. L'approche est controversée et ambiguë.

Quelques mots sur l'orientation que Siemens déplace vers l'Europe de l'Est. Ci-dessus, ce n'est pas en vain que nous vous avons demandé de faire attention aux préférences de l'utilisateur, en premier lieu les messages SMS, suivis d'un appel polyphonique, et ensuite seulement l'apparence de l'appareil. Tous les derniers modèles de différents fabricants sont équipés de sonneries polyphoniques, ainsi que de la possibilité d'envoyer des SMS. Le tableau fait référence aux messages SMS/MMS, mais les messages multimédias ne sont pas encore d'actualité en Europe de l'Est, il s'agit plus d'un jouet que d'un réel besoin pour l'abonné.

Il s'avère que l'entreprise s'appuie principalement sur le design, et ensuite seulement sur d'autres possibilités. Si vous suivez la logique des préférences de l'utilisateur, alors le C60 avec une caméra connectée sera peu demandé, car la caméra, en tant que fonction, n'est pas très intéressante, surtout la caméra externe. Il en va de même pour le modèle MC60. Ainsi, le marketing de Siemens ne relie pas différentes données, l'accent est mis sur la prolongation de la durée de vie de la plate-forme. Autrement dit, tous les quelques mois, nous verrons l'annonce de nouveaux modèles avec l'ancienne fonctionnalité, mais dans un nouveau design. Le premier concurrent pour une telle mise à jour cosmétique est le modèle MC60, à l'avenir, il pourrait être basé sur un nouveau modèle.

Les nouveaux modèles sont en mesure de fournir à l'entreprise des ventes stables dans leurs segments, mais rien de plus. Il ne faut pas s'attendre à une augmentation de la part de marché, à l'avenir, elle diminuera apparemment régulièrement si la situation de la gamme de produits ne change pas. Cela est particulièrement vrai pour le marché russe, où l'entreprise perd ses positions à court terme.

Au cours de la journée, nous publierons les spécifications complètes des modèles, ainsi que de vraies photos des nouveaux téléphones, environ cela se produira vers 19 heures, heure de Moscou.

Nouveaux modèles Siemens. Annonce de Moscou le 03 juillet 2003 ou temps difficiles pour Siemens.

Siemens accorde de plus en plus d'attention au marché russe des terminaux, le mettant en avant parmi les plus prometteurs. C'est pour cette raison que le lancement de trois nouveaux modèles à la fois a eu lieu à Moscou. En plus de la haute direction de l'entreprise, des journalistes du monde entier ont été invités à la première mondiale, environ 700 personnes au total. Il s'agit du premier événement du genre en Russie, d'autres fabricants n'ont pas organisé de telles présentations.

La présentation est divisée en trois parties, la première, qui commence à 8 heures, sera donnée par Rudy Lamprecht, président de Siemens ICM, qui a récemment remplacé Peter Zapf. Rappelons que ce remaniement du personnel dans l'entreprise a été commenté comme un événement banal qui ne mérite pas l'attention. L'opinion officieuse qui s'est développée sur le marché est que le changement de leadership est lié à la perte de parts de marché sur le marché du GSM, Samsung a pris de l'avance. Les responsables de la société n'aiment pas commenter la situation avec le leadership de Samsung en Europe et soulignent que le géant sud-coréen occupe une position forte sur le marché des terminaux CDMA. Dans le même temps, on oublie obstinément que les terminaux CDMA mentionnés ne sont pas vendus en Europe, et la concurrence avec Siemens est dans le même créneau. En particulier, Lothar Pauli, membre du conseil d'administration de Siemens ICM, a cité des arguments similaires dans une interview avec notre publication. Le texte intégral de cet entretien sera publié dans les prochains jours. Mais selon les analystes, Siemens se classe actuellement au 4ème rang européen en termes de ventes de terminaux GSM.

Dans son discours, Rudi Lamprecht abordera plusieurs sujets, mais dès sa rencontre avec les salariés de l'entreprise, qui a eu lieu plus tôt, on sait de quoi il sera question. Selon l'entreprise, le marché des terminaux mobiles traverse une période difficile, le marché est saturé et de nouveaux modèles sont abandonnés. Dans ces conditions, les marchés commencent à jouer un rôle de plus en plus important, là où le nombre d'abonnés n'est pas encore trop important et où il y a un potentiel de croissance future. Le marché le plus prometteur de ce type en Europe est le marché russe.

Siemens prétend être le leader sur ce marché (33 %), ainsi que le numéro un sur les marchés de la Biélorussie (35 %), de la Lituanie (34 %), de la Lettonie (33 %), de la Hongrie (33 %) , Croatie (32%), Bosnie (32%). Nous ne nous engageons pas à juger de la véracité des déclarations sur d'autres pays, mais la position sur le marché russe et le leadership de l'entreprise sont une grande question. Ainsi, selon les résultats du premier trimestre, la société a pris la deuxième place, après le leader du marché Nokia. Une situation similaire a été observée l'année dernière. Déjà au deuxième trimestre, l'entreprise ne prend que la troisième place, les données à ce sujet seront publiées le 15 juillet (Mobile Research Group). Des chiffres de ventes aussi faibles au deuxième trimestre sont associés à la politique active (voire agressive) de Motorola pour promouvoir ses produits. Le surstockage, observé à la fin du premier trimestre, et, par conséquent, une baisse des ventes, ont également été touchés. Une raison indirecte de la baisse des ventes officielles était la politique de prix différente menée par Siemens dans différents pays européens.Il est devenu plus rentable d'importer officieusement certains modèles en Russie, en contournant le bureau de représentation russe. Selon Mobile Research Group, la part du marché gris du 2e trimestre pour Nissan a presque doublé pour Siemens. Étant donné qu'au premier trimestre, les produits Siemens occupaient déjà une part importante des livraisons grises, on peut parler d'une forte détérioration de la situation. Cette situation sera examinée en détail dans le rapport du 15 juillet 2003.

Siemens déclare son leadership sur ce marché (33%), ainsi que le fait qu'il se classe premier sur les marchés de la Biélorussie (35%), de la Lituanie (34%), de la Lettonie (33%), de la Hongrie (33%), de la Croatie (32%), Bosnie (32%). Nous ne nous engageons pas à juger de la véracité des déclarations sur d'autres pays, mais la position sur le marché russe et le leadership de l'entreprise sont une grande question. Ainsi, selon les résultats du premier trimestre, la société a pris la deuxième place, après le leader du marché Nokia. Une situation similaire a été observée l'année dernière. Déjà au deuxième trimestre, l'entreprise n'occupe que la troisième place, les données à ce sujet seront publiées le 15 juillet (Mobile Research Group). Des chiffres de ventes aussi faibles au deuxième trimestre sont associés à la politique active (voire agressive) de Motorola pour promouvoir ses produits. Egalement affectée par le surstockage, qui a été observé à la fin du premier trimestre, et, par conséquent, une baisse des ventes. Une raison indirecte de la baisse des ventes officielles était la politique de prix différente menée par Siemens dans différents pays européens. Il est devenu plus rentable d'importer officieusement certains modèles en Russie, en contournant le bureau de représentation russe. Selon Mobile Research Group, la part de marché grise pour 2

L'idée de la distribution sur le marché est tout à fait correcte, d'ailleurs, elle est confirmée par des recherches menées en Russie par Mobile Research Group.

Mais ici, la question se pose : comment gagner de nouvelles parts de marché s'il n'y a pas de produits dans des segments de marché en croissance et que tous les nouveaux modèles sont lancés dans un segment de marché en déclin ? Par exemple, le segment budgétaire restera stable tout au long de l'année, tandis que les appareils jeunesse coûtant de 130 à 170 dollars (prix de détail) seront de moins en moins demandés. Seule la part des appareils dans les segments de prix élevés augmentera, mais c'est là que l'entreprise perd, car elle n'a pas de produits. Seul le Siemens SL55, qui est apparu sur le marché, n'a pas provoqué de demande urgente, il est peu probable qu'une telle demande soit observée plus tard. La campagne publicitaire de ce modèle (surtout le spot télévisé) provoque plus de perplexité que l'envie d'acheter un téléphone ou de mieux le connaître.

Le smartphone Siemens SX1, malgré son ergonomie controversée (il est extrêmement difficile de taper dessus en raison de l'emplacement des touches), sera très demandé par les consommateurs. Il n'agit même pas comme un smartphone, mais comme l'appareil le plus technologique de l'entreprise. Le seul problème est que le segment de ces appareils est extrêmement étroit, il est impossible de faire des ventes de masse ici. Même les ventes très réussies de Siemens SX1 ne pourront pas changer la situation actuelle. Le maximum possible est que des ventes réussies augmentent le prix moyen d'un modèle Siemens (il est actuellement d'environ 100 $ pour le marché russe sur la base des prix de gros).

C'est ainsi que l'entreprise voit la répartition des différents segments de prix en Europe de l'Est. De plus, les préférences de l'utilisateur sont données. Il est impossible de comparer directement les données de ces deux graphiques, car en Russie, par exemple, l'accent n'est pas mis sur les fonctions supplémentaires des téléphones. Mais plus tard, nous nous tournerons à nouveau vers les données du graphique des préférences de l'utilisateur, nous en aurons besoin.

Il s'avère que l'entreprise commence progressivement à perdre sa part de marché, maintenant sa présence dans des segments tels que le budget, le moyen (jeunesse) et partiellement la technologie. Dans le même temps, l'offre des segments en croissance est réduite ou maintenue au même niveau. Les expériences de conception ne portent pas encore leurs fruits et la sortie des appareils les plus avancés technologiquement est difficile. Cela s'explique par le fait que les développements internes de l'entreprise sont faibles et qu'il n'y a aucune possibilité de présenter un appareil aux caractéristiques exceptionnelles, les modèles existants sont copiés, en conséquence, leur entrée ultérieure sur le marché. Ces aspects des activités de l'entreprise ont été décrits par nous dans le document sur l'utilisation de plates-formes étrangères par Siemens dans la production de ses appareils. Je voudrais profiter de cette occasion pour noter que beaucoup nous ont écrit que la plate-forme utilisée dans les appareils Siemens S55, SL55, M55 est le propre développement de Siemens. En supposant cela, on ne sait peut-être pas pourquoi un produit a été lancé sur le marché qui répète exactement l'Ericsson T68 apparu un an plus tôt. Le type d'écran utilisé dans ces produits n'est pas largement utilisé et n'est généralement utilisé que dans ces deux téléphones. Il y a trop de coïncidences, qui individuellement ne jouent aucun rôle, mais ensemble, elles donnent une certaine image. Vous ne voulez en aucun cas penser que Siemens a créé un clone d'un modèle réussi d'une entreprise concurrente, mais plutôt croire en la licence de plate-forme.

Parlant de la similitude de ces appareils, vous pouvez lire la comparaison sur notre site Web.

La transition vers la nouvelle plate-forme n'aura lieu que l'année prochaine, apparemment la présentation des appareils aura lieu en octobre. Cela est indiqué par plusieurs faits, en particulier le fait que Siemens a signé un accord avec Hyundai LCD, selon lequel l'entreprise recevra environ 5,5 en 2004. millions d'écrans. Ce sont des matrices STN qui seront utilisées dans les téléphones portables (pas les smartphones), elles affichent jusqu'à 65 000 couleurs. Le volume de la transaction est estimé à 100 millions de dollars.

Ces données nous permettent de dire que Siemens utilisera des écrans avec 65 000 couleurs et presque certainement une résolution de 128x160 pixels dans ses modèles haut de gamme. Rappelons qu'un certain nombre d'appareils sur le marché ont déjà de telles caractéristiques, par exemple, Sony Ericsson T610. À cet égard, la discussion qui s'est déroulée autour de cette nouvelle dans l'un des forums allemands est intéressante, http://www.telefon-treff.de/showthread.php?s=&threadid=62270(en allemand).

Le deuxième fait. Infineon Technologies AG a annoncé que les prochains téléphones mobiles de Siemens utiliseront ses chipsets. En particulier, nous parlons de chipsets tels que S-Gold, S-Goldlite. Le cœur des deux chipsets a une architecture similaire, ils prennent en charge la polyphonie à 32 voix, fonctionnent avec un appareil photo numérique intégré, EDGE, GPRS classe 12, Java, des écrans couleur. La prise en charge d'une norme telle que le mp3 est mentionnée, mais ce que cela signifie exactement n'est pas tout à fait clair. La conclusion que l'on peut en tirer est assez simple, des appareils basés sur ces chipsets apparaîtront à la fin de l'année, ils auront une polyphonie de 32 tons. Il est difficile de tirer une conclusion sur les autres caractéristiques des téléphones sur la base des maigres informations du communiqué de presse. Nous n'avons plus qu'à attendre l'année prochaine, mais pour l'instant, contentez-vous des appareils existants sur la même plate-forme.

Les entreprises doivent désormais utiliser autant que possible la plate-forme existante et proposer des produits dont la conception diffère, ainsi que des améliorations mineures. Dans une certaine mesure, Siemens a emprunté sa stratégie commerciale à Nokia, ce fabricant dispose également d'une large gamme de modèles, dans laquelle les différences entre les modèles construits sur la même plate-forme résident dans la conception et un petit nombre de fonctions ajoutées. Permettez-moi donc de vous présenter trois nouveaux modèles de Siemens.

Siemen A52. En fait, le modèle budgétaire A55 est pris, un certain nombre de fonctions internes y sont supprimées, par conséquent, ce téléphone a un nouveau marquage. Technologiquement, l'appareil est construit sur la même plate-forme, a les mêmes capacités, forces et faiblesses. En tant qu'offre la moins chère de l'entreprise, nous devrions nous attendre à des prix de l'ordre de 65 à 70 dollars pour ce modèle. L'appareil sera demandé sur le marché en grande quantité en raison du prix bas. Compte tenu du fait que le téléphone Siemens A55 se transforme assez facilement en son frère aîné C55 grâce à de simples modifications, il est intéressant de voir comment les choses se passent avec l'A52. Si la situation est similaire, alors cet appareil sera en demande dans les régions où il y a des artisans qui peuvent reflasher l'appareil et modifier son matériel. La question de la conversion du A55 en C55 a été soulevée plus d'une fois sur les forums du net.

Siemens C60. L'entreprise positionne cet appareil dans le segment des 150 à 200 euros, il est légèrement supérieur au Siemens M55. Les différences avec ce modèle sont minimes, en fait, il s'agit d'un seul et même appareil construit sur la même plate-forme. En conséquence, la différence de prix entre ces modèles ne sera pas élevée et ils se feront concurrence en termes d'attractivité. Dans la promotion de ce produit, Siemens se concentre sur les messages MMS, la possibilité de transférer des images reçues d'un appareil photo connecté.

Quelques mots sur l'orientation que Siemens déplace vers l'Europe de l'Est. Ci-dessus, ce n'est pas en vain que nous vous avons demandé de faire attention aux préférences de l'utilisateur, en premier lieu les messages SMS, suivis d'un appel polyphonique, et ensuite seulement l'apparence de l'appareil. Tous les derniers modèles de différents fabricants sont équipés de sonneries polyphoniques, ainsi que de la possibilité d'envoyer des SMS. Le tableau fait référence aux messages SMS/MMS, mais les messages multimédias ne sont pas encore d'actualité en Europe de l'Est, il s'agit plus d'un jouet que d'un réel besoin pour l'abonné.

Il s'avère que l'entreprise s'appuie principalement sur le design, et ensuite seulement sur d'autres possibilités. Si vous suivez la logique des préférences de l'utilisateur, alors le C60 avec une caméra connectée sera peu demandé, car la caméra, en tant que fonction, n'est pas très intéressante, surtout la caméra externe. Il en va de même pour le modèle MC60. Ainsi, le marketing de Siemens ne relie pas différentes données, l'accent est mis sur la prolongation de la durée de vie de la plate-forme. Autrement dit, tous les quelques mois, nous verrons l'annonce de nouveaux modèles avec l'ancienne fonctionnalité, mais dans un nouveau design. Le premier concurrent pour une telle mise à jour cosmétique est le modèle MC60, à l'avenir, il pourrait être basé sur un nouveau modèle.

Les nouveaux modèles sont en mesure de fournir à l'entreprise des ventes stables dans leurs segments, mais rien de plus. Il ne faut pas s'attendre à une augmentation de la part de marché, à l'avenir, apparemment, elle diminuera régulièrement si la situation avec la gamme de produits ne change pas. Cela est particulièrement vrai pour le marché russe, où l'entreprise perd ses positions à court terme.

Au cours de la journée, nous publierons les spécifications complètes des modèles, ainsi que de vraies photos des nouveaux téléphones, environ cela se produira vers 19 heures, heure de Moscou.