À propos des spams

Il est actuellement impossible de bloquer légalement les spams, et il est également impossible de tenir le spammeur responsable. Ce que les expéditeurs sont heureux d'utiliser. Le prix de l'émission est littéralement un sou. Le coût de la carte SIM "gauche" plus la connexion du forfait SMS ou l'illimité conditionnel correspondant. Comme vous le comprenez, dans la plupart des cas, personne n'envoie ces messages manuellement depuis le téléphone, et même la présence physique d'une carte SIM n'est pas du tout nécessaire. Ces dernières années, les opérateurs ont commencé à limiter sévèrement le nombre maximum de SMS envoyés par jour au sein d'un même forfait illimité sous conditions. Cela ajoute des tracas et des dépenses supplémentaires pour les spammeurs Turkey Clothing in Uganda, et pour les téléphones portables - des abonnés supplémentaires et un peu d'argent. Ces cartes SIM vivent rarement plus de deux ou trois jours, car les numéros de téléphone sont bloqués en raison de plaintes pour fraude. Les opérateurs ne se paient pas pour la livraison des SMS, et dans les régions, il existe des options SMS assez intéressantes.

Le coût d'envoi de SMS peut être considérablement réduit en commandant une liste de diffusion auprès d'un opérateur ou de l'un des intermédiaires, mais c'est un sujet pour une discussion séparée.

La nouvelle loi "sur les communications" est censée définir le concept même de "spam" au niveau législatif et stipuler les mesures possibles pour lutter contre ce phénomène. Très probablement, des systèmes matériels et logiciels seront introduits pour analyser le contenu des SMS et bloquer rapidement les spams et les envois frauduleux. Légalement, l'opérateur n'a pas le droit de lire et d'analyser les textes des messages, ce qui est contraire à l'art. 138 du Code pénal (« Violation du secret de la correspondance, des conversations téléphoniques, des messages postaux, télégraphiques ou autres »). Mais il est tout à fait possible de prévoir un traitement automatique des messages et leur blocage pour certains mots et combinaisons de caractères. Tous les opérateurs disposent des solutions techniques adaptées et, selon les avis, sont déjà utilisés pour bloquer partiellement les envois franchement frauduleux. Il ne devrait donc pas y avoir de problèmes avec le lancement de systèmes comme Antispam.

À propos du contenu

Les mesures de lutte contre la fraude sur les numéros courts sont évoquées, tout est bien plus intéressant et déroutant ici. La proposition la plus radicale consiste à obliger les opérateurs à conclure des contrats séparés avec les abonnés pour la fourniture de services de contenu. Les opérateurs, bien sûr, s'y opposent catégoriquement, mais la question ici est de savoir comment cette règle sera mise en œuvre dans la pratique. Si, bien sûr, il sera mis en œuvre du tout.

Par exemple, ils ajouteront une clause distincte en surbrillance à l'accord et feront une case "pas d'accord" pour une coche. Nous avons toujours le droit de refuser la publicité lors de la conclusion d'un contrat de service, mais combien de personnes utilisent cette opportunité ? Par défaut, nous sommes tous d'accord sur tout. Maintenant, s'ils font un document séparé qui devra être signé. Mais les opérateurs ne permettront pas une telle honte, j'en suis sûr à 98 %.

Une autre option en cours de discussion est le deuxième compte séparé (solde) pour ceux qui souhaitent acheter du contenu et payer quoi que ce soit à partir de leur compte téléphonique. La proposition a été faite par Roskomnadzor et les opérateurs y ont réagi sans enthousiasme. Il y a deux arguments principaux :

  • La division du compte en comptes principaux et supplémentaires compliquera sérieusement les procédures de réapprovisionnement des comptes et de paiement des services
  • Les escrocs ont volé et continueront de voler de l'argent, seulement maintenant à partir d'un autre compte.

Cela semble logique, mais il y a aussi assez de ruse dans les arguments. Tout le monde est bien conscient que la plupart des voleurs de contenu vivent et profitent de la vie en raison du fait que l'abonné a de l'argent sur son bilan qui est nécessaire pour payer la connexion. Et, par conséquent, il y a toujours quelque chose à voler. Et s'il n'y a presque rien à voler, des «services» spéciaux viennent à la rescousse, développés et mis en œuvre avec prudence par les opérateurs. Par exemple, "Contenu abordable". Même avec 10 roubles au bilan, l'escroc est autorisé à vous "fermer" avec 300 roubles avec un horoscope précieux, puis la facturation de l'opérateur "vous met au comptoir" et ne vous permet même pas d'appeler, radiant soigneusement tous les réapprovisionnements de compte pour payer la dette du contenu. Si vous avez un compte séparé, une personne ne sera pas laissée sans connexion au moins par la grâce des escrocs, c'est un plus important. Pour cela, vous pouvez supporter certains inconvénients d'un solde supplémentaire.

Les opérateurs, bien sûr, déplorent unanimement et pleurent universellement au nom des abonnés pauvres, qui auront plus de mal à payer le stationnement, à participer à des projets caritatifs socialement significatifs et au télévote. Et puis il y a le métro très pratique qui va introduire la possibilité de réapprovisionner son e-ticket en envoyant un SMS à un numéro court spécial. J'ai peur que cette idée fasse l'objet d'un lobbying sous prétexte de prendre soin de l'utilisateur.

En général, "on verra", ça ne va pas tarder à attendre. Cependant, je ne compterais pas sur quelque chose de complètement radical. Malheureusement, nous nous sommes tous avérés être les otages de la situation actuelle, une trop grande partie des revenus des opérateurs provient de contenus « conditionnellement légaux », et en fait, frauduleux. En cas de coup sur l'épaule, non seulement les escrocs en souffriront, mais la réduction des bénéfices peut "se retourner contre vous" avec des augmentations de tarifs et / ou des réductions dans les programmes de construction et de modernisation.

Tout de même, cette obscénité de contenu frauduleux doit être résolue d'une manière ou d'une autre. Comme le montrent de nombreuses années d'expérience, les "raids" individuels contre les contrevenants individuels lors d'épisodes individuels de fraude sont très inefficaces. Pour rappeler au moins la récente initiative du SAF, qui a commencé par de fortes promesses d'enquêter de manière approfondie et de punir sévèrement les auteurs, notre matériel peut être lu ici. Comment tout cela s'est-il terminé ? Bref, rien de vraiment grave. Les opérateurs ont été « avertis de l'irrecevabilité » et à nouveau obligés d'informer les abonnés sur le coût des services et un éventuel abonnement à des services de contenus.Et quoi, les opérateurs ont inclus des systèmes d'informations obligatoires sur les tarifs des numéros courts (AoC - Advice of Charge) ? Bien sûr que non. Tout est resté tel qu'il était, et l'AoC est toujours utilisé de manière très sélective, pour punir à court terme les créateurs de contenu gravement délinquants. Peut-être, suite aux résultats de la «confrontation» avec le FAS, ont-ils commencé à surveiller d'un peu plus près l'exhaustivité des informations sur les sites Web des créateurs de contenu et autre chose sur les petites choses. Par exemple, MegaFon a introduit le service "Internet Click Cancellation" et a récemment écrit à ce sujet. Il est possible que d'autres opérateurs aient fait ou feront quelque chose de similaire, mais cela ne peut pas être qualifié de mesures drastiques.

Merci aux "Blockers" toujours mémorables, qui à un moment donné, semble-t-il, ont accroché des banderoles pornographiques sur les écrans d'ordinateur des hauts fonctionnaires. Grâce aux départements déchaînés et aux scandales qui les accompagnent dans les médias, vous et moi avons reçu des services gratuits d'« interdiction de contenu ». Mais ce n'est pas la panacée et, de plus, nous prive de la possibilité d'envoyer des SMS vers des numéros courts utiles. En effet, il faut lutter contre l'épidémie de maladies de contenu, et non offrir à la population des moyens de protection individuels.

Exemples

Troyens. Au sommet du hit-parade se trouvent les répartiteurs de chevaux de Troie logiciels qui rapportent à leurs propriétaires un revenu stable. Ces animaux se sont reproduits de manière incommensurable, et parmi eux deux variétés principales peuvent être distinguées : conditionnellement frauduleuses (légales) et carrément frauduleuses.

Avec les chevaux de Troie légaux, tout est simple : un programme gratuit populaire est intégré dans un MIDlet qui envoie un ou plusieurs SMS payants à un numéro court lors du lancement du programme ou immédiatement après son installation. Le prix d'émission est généralement compris entre 300 et 1 000 roubles. pour le programme. De telles farces sont considérées comme acceptables et légales par les opérateurs et les fournisseurs de contenu ; le site de distribution contient un "accord de licence" avec l'utilisateur du service. Le tour de passe-passe est que l'artisan du contenu vous prend de l'argent non pas pour le programme lui-même (quelqu'un d'autre et, en règle générale, gratuit), mais pour le courrier MIDlet même dans lequel le programme est emballé. Et pour vous "servir" avec la possibilité de télécharger deux douzaines d'applications à partir de la page Web du créateur de contenu. Agréable et légal.

Avec la seconde catégorie (manifestement frauduleuse), tout est beaucoup plus intéressant. Le seul but du programme est de "traiter" le solde du compte personnel, et il le fait magistralement. Il y a un excellent article sur Habré avec une analyse détaillée des éléments de conception du logiciel, quelques mots sur la fonctionnalité :

  • Le programme "imbriqué" dans le smartphone de façon régulière et imperceptible pour que le propriétaire envoie des SMS à des numéros courts
  • Pour autant que je sache, il fait référence au nord et reçoit des numéros courts et des préfixes "nouveaux" qui doivent être envoyés dans des messages SMS
  • Envoie des SMS pas au hasard, mais seulement s'il y a de l'argent sur le solde. Pour ce faire, le softinka intelligent envoie régulièrement et imperceptiblement à l'utilisateur une demande de solde USSD depuis la carte SIM
  • Bloque les SMS entrants du numéro de service 111 afin que l'utilisateur ne sache pas ce qui se passe plus longtemps.

Récupérer les numéros courts et les préfixes du programme sur le téléphone de l'abonné concerné, les comparer avec les numéros dans les détails des dépenses et trouver le "propriétaire" n'est pas une telle tâche. Selon vous, combien de voleurs ont été poursuivis pour l'escroquerie apparente et prouvable du cheval de Troie par SMS distribuée via une fausse "mise à jour du navigateur" et des mécanismes similaires ? J'ai bien peur qu'il n'y en ait pas un. Et s'ils avaient attiré quelques "artisans", l'épidémie de chevaux de Troie SMS se serait immédiatement calmée.

Pseudo-gains. Ici, les escrocs travaillent à grande échelle, "donnant" des voitures gagnées à tout le monde d'affilée. Au total, ils exigent de payer 35 700 roubles. un "devoir", et la voiture est à vous. Pour plus de crédibilité, ils rivetent un site-vitrine d'un concessionnaire automobile qui n'existe pas dans la nature, qui tire au sort une voiture en l'honneur de son 10e anniversaire. Le site décrit en détail toutes les conditions de la "promotion", de nombreuses rubriques restantes ne sont même pas remplies (erreur 404). Ils proposent de payer le "devoir" via le terminal, strictement sous la dictée du "gestionnaire". Comme vous l'avez compris, vous ne verrez plus une voiture ni votre argent. Le site du "concessionnaire" n'existe pas depuis longtemps, après avoir trompé certains "gagnants" crédules, il est transféré sur un autre serveur, le nom du concessionnaire automatique est modifié puis dans un cercle.

Il existe de nombreux sites de tels "concessionnaires automobiles", les régimes sont presque les mêmes. Certains escrocs proposent de payer 20 000 via le terminal et les autres 15 700 roubles. apportez de l'argent, des humanistes. J'étais intéressé par cette histoire avec un beau numéro direct 747-0707, qui se propose d'appeler «l'heureux gagnant». Il n'a pas été possible de passer (le numéro est toujours occupé), mais cela ressemble à un Skylink mobile direct. Le plus drôle, c'est que depuis au moins un an et demi, ce numéro a été inséré dans la plupart des messages SMS des escrocs en voiture et indiqué sur de faux sites avec d'autres numéros mobiles valides d'escrocs. Il est clair que le numéro direct est indiqué pour la solidité, et le « client » qui ne passe pas appelle son portable, mais ce numéro appartient-il à quelqu'un ? Et comment faites-vous pour que cela reste ainsi pendant des années ?

Spam "bonus". Un nouvel exemple d'un contenteur de spam tiré du forum. Le préfixe du « partenaire » de contenu est indiqué, donc avec une probabilité de 98 %, ce ne sont pas des « intrigues de concurrents » avec lesquelles les fournisseurs de contenu aiment se justifier. Pensez-vous que le développeur de contenu sera puni par AoS ou condamné à une amende ? Je doute. Tout au plus, ils bloqueront le préfixe du petit voleur.

Substitution du numéro de l'expéditeur. Il existe des passerelles et des services qui offrent le service de substituer n'importe quelle combinaison de caractères dans le champ "expéditeur". Les voleurs de contenu l'utilisent non sans succès, en envoyant des messages SMS comme s'ils provenaient de numéros courts payants. Récemment, j'ai lu une question totalement innocente envoyée au numéro de téléphone d'un vendeur d'ordinateurs portables. Seul le numéro court 9797 a été remplacé dans le champ "expéditeur", et un SMS de réponse coûterait 200 roubles.

En général, soyez prudent, attentif et ne croyez pas au fromage gratuit. Et ne vous fiez ni à "l'oncle de quelqu'un d'autre", ni à votre propre Roskomnadzor.

À propos du spam et du contenu

De nombreux spams sont directement liés à la fraude de contenu. Il est logique qu'il soit plus rationnel de combattre les deux phénomènes en parallèle. A moins, bien sûr, que la "masse des plans" ne se matérialise en mesures concrètes.

Comme je l'ai mentionné à plusieurs reprises, les envois de spam (y compris les spams par SMS) sont très souvent utilisés comme un outil pour "promouvoir" des services et des stratagèmes frauduleux. C'est naturel : tout spam implique l'intérêt financier ultime de l'expéditeur. Et le vol de contenu mobile est le moyen le plus court et le plus efficace de « monétiser » le spam. Il y a aussi la publicité "honnête" du magasin, mais les envois massifs sans adresse sont relativement rares ici. Plus souvent - publicité ciblée sur les numéros de téléphone que les clients ont imprudemment laissés dans le questionnaire, sur le site Web, etc.

Tous les envois de SMS sont ennuyeux, mais "liés" à des stratagèmes frauduleux sont également lourds de pertes financières pour les crédules et les inattentifs, il est grand temps de faire quelque chose à propos de cette honte. L'ennui, c'est qu'obliger les opérateurs à se débattre avec un outil qui augmente leurs revenus du contenu est une tâche ingrate. Le combat des abeilles avec le miel ne peut pas être efficace par définition. Dans la prochaine "loi sur les communications", on nous promet de nouveaux articles et dispositions qui devraient obliger les opérateurs mobiles à agir plus activement, même au détriment de leur bien-être financier.

À propos des spams

Il est actuellement impossible de bloquer légalement les spams, et il est également impossible de tenir le spammeur responsable. Ce que les expéditeurs sont heureux d'utiliser. Le prix de l'émission est littéralement un sou. Le coût de la carte SIM "gauche" plus la connexion du forfait SMS ou l'illimité conditionnel correspondant. Comme vous le comprenez, dans la plupart des cas, personne n'envoie ces messages manuellement depuis le téléphone, et même la présence physique d'une carte SIM n'est pas du tout nécessaire. Ces dernières années, les opérateurs ont commencé à limiter sévèrement le nombre maximum de SMS envoyés par jour au sein d'un même forfait illimité sous conditions. Cela ajoute des tracas et des dépenses supplémentaires pour les spammeurs Turkey Clothing in Uganda, et pour les téléphones portables - des abonnés supplémentaires et un peu d'argent. Ces cartes SIM durent rarement plus de deux ou trois jours, car les numéros de téléphone sont bloqués en raison de plaintes pour fraude. Les opérateurs ne se paient pas pour la livraison des SMS, et dans les régions, il existe des options SMS assez intéressantes.

Le coût d'envoi de SMS peut être considérablement réduit en commandant une liste de diffusion auprès d'un opérateur ou de l'un des intermédiaires, mais c'est un sujet pour une discussion séparée.

La nouvelle loi "sur les communications" est censée définir le concept même de "spam" au niveau législatif et stipuler les mesures possibles pour lutter contre ce phénomène. Très probablement, des systèmes matériels et logiciels seront introduits pour analyser le contenu des SMS et bloquer rapidement les spams et les envois frauduleux. Légalement, l'opérateur n'a pas le droit de lire et d'analyser les textes des messages, ce qui est contraire à l'art. 138 du Code pénal (« Violation du secret de la correspondance, des conversations téléphoniques, des messages postaux, télégraphiques ou autres »). Mais il est tout à fait possible de prévoir un traitement automatique des messages et leur blocage pour certains mots et combinaisons de caractères. Tous les opérateurs disposent des solutions techniques adaptées et, selon les avis, sont déjà utilisés pour bloquer partiellement les envois franchement frauduleux. Il ne devrait donc pas y avoir de problèmes avec le lancement de systèmes comme Antispam.

À propos du contenu

Les mesures de lutte contre la fraude sur les numéros courts sont évoquées, tout est bien plus intéressant et déroutant ici. La proposition la plus radicale consiste à obliger les opérateurs à conclure des contrats séparés avec les abonnés pour la fourniture de services de contenu. Les opérateurs, bien sûr, s'y opposent catégoriquement, mais la question ici est de savoir comment cette règle sera mise en œuvre dans la pratique. Si, bien sûr, il sera mis en œuvre du tout.

Par exemple, ils ajouteront une clause distincte en surbrillance à l'accord et feront une case "pas d'accord" pour une coche. Nous avons toujours le droit de refuser la publicité lors de la conclusion d'un contrat de service, mais combien de personnes utilisent cette opportunité ? Par défaut, nous sommes tous d'accord sur tout. Maintenant, s'ils font un document séparé qui devra être signé. Mais les opérateurs ne permettront pas une telle honte, j'en suis sûr à 98 %.

Une autre option en cours de discussion est le deuxième compte séparé (solde) pour ceux qui souhaitent acheter du contenu et payer quoi que ce soit à partir de leur compte téléphonique. La proposition a été faite par Roskomnadzor et les opérateurs y ont réagi sans enthousiasme. Il y a deux arguments principaux :

  • La division du compte en comptes principaux et supplémentaires compliquera sérieusement les procédures de réapprovisionnement des comptes et de paiement des services
  • Les escrocs ont volé et continueront de voler de l'argent, seulement maintenant à partir d'un autre compte.

Cela semble logique, mais il y a aussi assez de ruse dans les arguments. Tout le monde est bien conscient que la plupart des voleurs de contenu vivent et profitent de la vie en raison du fait que l'abonné a de l'argent sur son bilan qui est nécessaire pour payer la connexion. Et, par conséquent, il y a toujours quelque chose à voler. Et s'il n'y a presque rien à voler, des «services» spéciaux viennent à la rescousse, développés et mis en œuvre avec prudence par les opérateurs. Par exemple, "Contenu abordable". Même avec 10 roubles au bilan, l'escroc est autorisé à vous "fermer" avec 300 roubles avec un horoscope précieux, puis la facturation de l'opérateur "vous met au comptoir" et ne vous permet même pas d'appeler, radiant soigneusement tous les réapprovisionnements de compte pour payer la dette du contenu. Si vous avez un compte séparé, une personne ne sera pas laissée sans connexion au moins par la grâce des escrocs, c'est un plus important. Pour cela, vous pouvez supporter certains inconvénients d'un solde supplémentaire.

Les opérateurs, bien sûr, déplorent unanimement et pleurent universellement au nom des abonnés pauvres, qui auront plus de mal à payer le stationnement, à participer à des projets caritatifs socialement significatifs et au télévote. Et puis il y a le métro très pratique qui va introduire la possibilité de réapprovisionner son e-ticket en envoyant un SMS à un numéro court spécial. J'ai peur que cette idée fasse l'objet d'un lobbying sous prétexte de prendre soin de l'utilisateur.

En général, "on verra", ça ne va pas tarder à attendre. Cependant, je ne compterais pas sur quelque chose de complètement radical. Malheureusement, nous nous sommes tous avérés être les otages de la situation actuelle, une trop grande partie des revenus des opérateurs provient de contenus « conditionnellement légaux », et en fait, frauduleux. En cas de coup sur l'épaule, non seulement les escrocs en souffriront, mais la réduction des bénéfices peut "se retourner contre vous" avec des augmentations de tarifs et / ou des réductions dans les programmes de construction et de modernisation.

Tout de même, cette obscénité de contenu frauduleux doit être résolue d'une manière ou d'une autre. Comme le montrent de nombreuses années d'expérience, les "raids" individuels contre les contrevenants individuels lors d'épisodes individuels de fraude sont très inefficaces. Pour rappeler au moins la récente initiative du SAF, qui a commencé par de fortes promesses d'enquêter de manière approfondie et de punir sévèrement les auteurs, notre matériel peut être lu ici. Comment tout cela s'est-il terminé ? Bref, rien de vraiment grave. Les opérateurs ont été « avertis de l'irrecevabilité » et à nouveau obligés d'informer les abonnés sur le coût des services et un éventuel abonnement à des services de contenus.Et quoi, les opérateurs ont inclus des systèmes d'informations obligatoires sur les tarifs des numéros courts (AoC - Advice of Charge) ? Bien sûr que non. Tout est resté tel qu'il était, et l'AoC est toujours utilisé de manière très sélective, pour punir à court terme les créateurs de contenu gravement délinquants. Peut-être, suite aux résultats de la «confrontation» avec le FAS, ont-ils commencé à surveiller d'un peu plus près l'exhaustivité des informations sur les sites Web des créateurs de contenu et autre chose sur les petites choses. Par exemple, MegaFon a introduit le service "Internet Click Cancellation" et a récemment écrit à ce sujet. Il est possible que d'autres opérateurs aient fait ou feront quelque chose de similaire, mais cela ne peut pas être qualifié de mesures drastiques.

Merci aux "Blockers" toujours mémorables, qui à un moment donné, semble-t-il, ont accroché des banderoles pornographiques sur les écrans d'ordinateur des hauts fonctionnaires. Grâce aux départements déchaînés et aux scandales qui les accompagnent dans les médias, vous et moi avons reçu des services gratuits d'« interdiction de contenu ». Mais ce n'est pas la panacée et, de plus, nous prive de la possibilité d'envoyer des SMS vers des numéros courts utiles. En effet, il faut lutter contre l'épidémie de maladies de contenu, et non offrir à la population des moyens de protection individuels.

Exemples

Troyens. Au sommet du hit-parade se trouvent les répartiteurs de chevaux de Troie logiciels qui rapportent à leurs propriétaires un revenu stable. Ces animaux se sont reproduits de manière incommensurable, et parmi eux deux variétés principales peuvent être distinguées : conditionnellement frauduleuses (légales) et carrément frauduleuses.

Avec les chevaux de Troie légaux, tout est simple : un programme gratuit populaire est intégré dans un MIDlet qui envoie un ou plusieurs SMS payants à un numéro court lors du lancement du programme ou immédiatement après son installation. Le prix d'émission est généralement compris entre 300 et 1 000 roubles. pour le programme. De telles farces sont considérées comme acceptables et légales par les opérateurs et les fournisseurs de contenu ; le site de distribution contient un "accord de licence" avec l'utilisateur du service. Le tour de passe-passe est que l'artisan du contenu vous prend de l'argent non pas pour le programme lui-même (quelqu'un d'autre et, en règle générale, gratuit), mais pour le courrier MIDlet même dans lequel le programme est emballé. Et pour vous "servir" avec la possibilité de télécharger deux douzaines d'applications à partir de la page Web du créateur de contenu. Agréable et légal.

Avec la seconde catégorie (manifestement frauduleuse), tout est bien plus intéressant. Le seul but du programme est de "traire" le solde du compte personnel, et il le fait magistralement. Il y a un excellent article sur Habré avec une analyse détaillée des éléments de conception du logiciel, quelques mots sur la fonctionnalité :

  • Le programme "imbriqué" dans le smartphone de manière régulière et imperceptible pour que le propriétaire envoie des SMS à des numéros courts
  • Pour autant que je sache, il fait référence au nord et reçoit des numéros courts et des préfixes "nouveaux" qui doivent être envoyés dans des messages SMS
  • Envoie des SMS pas au hasard, mais seulement s'il y a de l'argent sur le solde. Pour ce faire, le softinka intelligent envoie régulièrement et imperceptiblement à l'utilisateur une demande de solde USSD depuis la carte SIM
  • Bloque les SMS entrants du numéro de service 111 afin que l'utilisateur ne sache pas ce qui se passe plus longtemps.

Récupérer les numéros courts et les préfixes du programme sur le téléphone de l'abonné concerné, les comparer avec les numéros dans les détails des dépenses et trouver le "propriétaire" n'est pas une telle tâche. Selon vous, combien de voleurs ont été poursuivis pour l'escroquerie apparente et prouvable du cheval de Troie par SMS distribuée via une fausse "mise à jour du navigateur" et des mécanismes similaires ? J'ai bien peur qu'il n'y en ait pas un. Et s'ils avaient attiré quelques "artisans", l'épidémie de chevaux de Troie SMS se serait immédiatement calmée.

Pseudo-gains. Ici, les escrocs travaillent à grande échelle, "donnant" des voitures gagnées à tout le monde d'affilée. Au total, ils exigent de payer 35 700 roubles. un "devoir", et la voiture est à vous. Pour plus de crédibilité, ils rivetent un site-vitrine d'un concessionnaire automobile qui n'existe pas dans la nature, qui tire au sort une voiture en l'honneur de son 10e anniversaire. Le site décrit en détail toutes les conditions de la "promotion", de nombreuses rubriques restantes ne sont même pas remplies (erreur 404). Ils proposent de payer le "devoir" via le terminal, strictement sous la dictée du "gestionnaire". Comme vous l'avez compris, vous ne verrez plus une voiture ni votre argent. Le site du "concessionnaire" n'existe pas depuis longtemps, après avoir trompé certains "gagnants" crédules, il est transféré sur un autre serveur, le nom du concessionnaire automatique est modifié puis dans un cercle.

Il existe de nombreux sites de tels "concessionnaires automobiles", les régimes sont presque les mêmes. Certains escrocs proposent de payer 20 000 via le terminal et les autres 15 700 roubles. apportez de l'argent, des humanistes. J'étais intéressé par cette histoire avec un beau numéro direct 747-0707, qui se propose d'appeler «l'heureux gagnant». Il n'a pas été possible de passer (le numéro est toujours occupé), mais cela ressemble à un Skylink mobile direct. Le plus drôle, c'est que depuis au moins un an et demi, ce numéro a été inséré dans la plupart des messages SMS des escrocs en voiture et indiqué sur de faux sites avec d'autres numéros mobiles valides d'escrocs. Il est clair que le numéro direct est indiqué pour la solidité, et le « client » qui ne passe pas appelle son portable, mais ce numéro appartient-il à quelqu'un ? Et comment faites-vous pour que cela reste ainsi pendant des années ?

Spam "bonus". Un nouvel exemple d'un contenteur de spam tiré du forum. Le préfixe du « partenaire » de contenu est indiqué, donc avec une probabilité de 98 %, ce ne sont pas des « intrigues de concurrents » avec lesquelles les fournisseurs de contenu aiment se justifier. Pensez-vous que le développeur de contenu sera puni par AoS ou condamné à une amende ? Je doute. Tout au plus, ils bloqueront le préfixe du petit voleur.

Substitution du numéro de l'expéditeur. Il existe des passerelles et des services qui offrent le service de substituer n'importe quelle combinaison de caractères dans le champ "expéditeur". Les voleurs de contenu l'utilisent non sans succès, en envoyant des messages SMS comme s'ils provenaient de numéros courts payants. Récemment, j'ai lu une question totalement innocente envoyée au numéro de téléphone d'un vendeur d'ordinateurs portables. Seul le numéro court 9797 a été remplacé dans le champ "expéditeur", et un SMS de réponse coûterait 200 roubles.

En général, soyez prudent, attentif et ne croyez pas au fromage gratuit. Et ne vous fiez ni à "l'oncle de quelqu'un d'autre", ni à votre propre Roskomnadzor.

À propos du spam et du contenu

De nombreux spams sont directement liés à la fraude de contenu. Il est logique qu'il soit plus rationnel de combattre les deux phénomènes en parallèle. A moins, bien sûr, que la "masse des plans" ne se matérialise en mesures concrètes.

Comme je l'ai mentionné à plusieurs reprises, les envois de spam (y compris les spams par SMS) sont très souvent utilisés comme un outil pour "promouvoir" des services et des stratagèmes frauduleux. C'est naturel : tout spam implique l'intérêt financier ultime de l'expéditeur. Et le vol de contenu mobile est le moyen le plus court et le plus efficace de « monétiser » le spam. Il y a aussi la publicité "honnête" du magasin, mais les envois massifs sans adresse sont relativement rares ici. Plus souvent - publicité ciblée sur les numéros de téléphone que les clients ont imprudemment laissés dans le questionnaire, sur le site Web, etc.

Tous les envois de SMS sont ennuyeux, mais "liés" à des stratagèmes frauduleux sont également lourds de pertes financières pour les crédules et les inattentifs, il est grand temps de faire quelque chose à propos de cette honte. L'ennui, c'est qu'obliger les opérateurs à se débattre avec un outil qui augmente leurs revenus du contenu est une tâche ingrate. Le combat des abeilles avec le miel ne peut pas être efficace par définition. Dans la prochaine "loi sur les communications", on nous promet de nouveaux articles et dispositions qui devraient obliger les opérateurs mobiles à agir plus activement, même au détriment de leur bien-être financier.

À propos des spams

Il est actuellement impossible de bloquer légalement les spams, et il est également impossible de tenir le spammeur responsable. Ce que les expéditeurs sont heureux d'utiliser. Le prix de l'émission est littéralement un sou. Le coût de la carte SIM "gauche" plus la connexion du forfait SMS ou l'illimité conditionnel correspondant. Comme vous le comprenez, dans la plupart des cas, personne n'envoie ces messages manuellement depuis le téléphone, et même la présence physique d'une carte SIM n'est pas du tout nécessaire. Ces dernières années, les opérateurs ont commencé à limiter sévèrement le nombre maximum de SMS envoyés par jour au sein d'un même forfait illimité sous conditions. Cela ajoute des tracas et des dépenses supplémentaires pour les spammeurs Turkey Clothing in Uganda, et pour les téléphones portables - des abonnés supplémentaires et un peu d'argent. Ces cartes SIM durent rarement plus de deux ou trois jours, car les numéros de téléphone sont bloqués en raison de plaintes pour fraude. Les opérateurs ne se paient pas pour la livraison des SMS, et dans les régions, il existe des options SMS assez intéressantes.

Le coût d'envoi de SMS peut être considérablement réduit en commandant une liste de diffusion auprès d'un opérateur ou de l'un des intermédiaires, mais c'est un sujet pour une discussion séparée.

La nouvelle loi "sur les communications" est censée définir le concept même de "spam" au niveau législatif et stipuler les mesures possibles pour lutter contre ce phénomène. Très probablement, des systèmes matériels et logiciels seront introduits pour analyser le contenu des SMS et bloquer rapidement les spams et les envois frauduleux. Légalement, l'opérateur n'a pas le droit de lire et d'analyser les textes des messages, ce qui est contraire à l'art. 138 du Code pénal (« Violation du secret de la correspondance, des conversations téléphoniques, des messages postaux, télégraphiques ou autres »). Mais il est tout à fait possible de prévoir un traitement automatique des messages et leur blocage pour certains mots et combinaisons de caractères. Tous les opérateurs disposent des solutions techniques adaptées et, selon les avis, sont déjà utilisés pour bloquer partiellement les envois franchement frauduleux. Il ne devrait donc pas y avoir de problèmes avec le lancement de systèmes comme Antispam.

À propos du contenu

Les mesures de lutte contre la fraude sur les numéros courts sont évoquées, tout est bien plus intéressant et déroutant ici. La proposition la plus radicale consiste à obliger les opérateurs à conclure des contrats séparés avec les abonnés pour la fourniture de services de contenu. Les opérateurs, bien sûr, s'y opposent catégoriquement, mais la question ici est de savoir comment cette règle sera mise en œuvre dans la pratique. Si, bien sûr, il sera mis en œuvre du tout.

Par exemple, ils ajouteront une clause distincte en surbrillance à l'accord et feront une case "pas d'accord" pour une coche. Nous avons toujours le droit de refuser la publicité lors de la conclusion d'un contrat de service, mais combien de personnes utilisent cette opportunité ? Par défaut, nous sommes tous d'accord sur tout. Maintenant, s'ils font un document séparé qui devra être signé. Mais les opérateurs ne permettront pas une telle honte, j'en suis sûr à 98 %.

Une autre option en cours de discussion est le deuxième compte séparé (solde) pour ceux qui souhaitent acheter du contenu et payer quoi que ce soit à partir de leur compte téléphonique. La proposition a été faite par Roskomnadzor et les opérateurs y ont réagi sans enthousiasme. Il y a deux arguments principaux :

  • La division du compte en comptes principaux et supplémentaires compliquera sérieusement les procédures de réapprovisionnement des comptes et de paiement des services
  • Les escrocs ont volé et continueront de voler de l'argent, seulement maintenant à partir d'un autre compte.

Cela semble logique, mais il y a aussi assez de ruse dans les arguments. Tout le monde est bien conscient que la plupart des voleurs de contenu vivent et profitent de la vie en raison du fait que l'abonné a de l'argent sur son bilan qui est nécessaire pour payer la connexion. Et, par conséquent, il y a toujours quelque chose à voler. Et s'il n'y a presque rien à voler, des «services» spéciaux viennent à la rescousse, développés et mis en œuvre avec prudence par les opérateurs. Par exemple, "Contenu abordable". Même avec 10 roubles au bilan, l'escroc est autorisé à vous "fermer" avec 300 roubles avec un horoscope précieux, puis la facturation de l'opérateur "vous met au comptoir" et ne vous permet même pas d'appeler, radiant soigneusement tous les réapprovisionnements de compte pour payer la dette pour le contenu. Si vous avez un compte séparé, une personne ne sera pas laissée sans connexion au moins par la grâce des escrocs, c'est un plus important. Pour cela, vous pouvez subir certains inconvénients liés à un solde supplémentaire.

Les opérateurs, bien sûr, déplorent unanimement et pleurent universellement au nom des abonnés pauvres, qui auront plus de mal à payer le stationnement, à participer à des projets caritatifs socialement significatifs et au télévote. Et puis il y a le métro très pratique qui va introduire la possibilité de réapprovisionner son e-ticket en envoyant un SMS à un numéro court spécial. J'ai peur que cette idée fasse l'objet d'un lobbying sous prétexte de prendre soin de l'utilisateur.

En général, "on verra", ça ne va pas tarder à attendre. Cependant, je ne compterais pas sur quelque chose de complètement radical. Malheureusement, nous nous sommes tous avérés être les otages de la situation actuelle, une trop grande partie des revenus des opérateurs provient de contenus « conditionnellement légaux », et en fait, frauduleux. En cas de coup sur l'épaule, non seulement les escrocs en souffriront, mais la réduction des bénéfices peut "se retourner contre vous" avec des augmentations de tarifs et / ou des réductions dans les programmes de construction et de modernisation.

Tout de même, cette obscénité de contenu frauduleux doit être résolue d'une manière ou d'une autre. Comme le montrent de nombreuses années d'expérience, les "raids" individuels contre les contrevenants individuels lors d'épisodes individuels de fraude sont très inefficaces. Pour rappeler au moins la récente initiative du SAF, qui a commencé par de fortes promesses d'enquêter de manière approfondie et de punir sévèrement les auteurs, notre matériel peut être lu ici. Comment tout cela s'est-il terminé ? Bref, rien de vraiment grave. Les opérateurs ont été « avertis de l'irrecevabilité » et à nouveau obligés d'informer les abonnés sur le coût des services et un éventuel abonnement à des services de contenus.Et quoi, les opérateurs ont inclus des systèmes d'informations obligatoires sur les tarifs des numéros courts (AoC - Advice of Charge) ? Bien sûr que non. Tout est resté tel qu'il était, et l'AoC est toujours utilisé de manière très sélective, pour punir à court terme les créateurs de contenu gravement délinquants. Peut-être, suite aux résultats de la «confrontation» avec le FAS, ont-ils commencé à surveiller d'un peu plus près l'exhaustivité des informations sur les sites Web des créateurs de contenu et autre chose sur les petites choses. Par exemple, MegaFon a introduit le service "Internet Click Cancellation" et a récemment écrit à ce sujet. Il est possible que d'autres opérateurs aient fait ou feront quelque chose de similaire, mais cela ne peut pas être qualifié de mesures drastiques.

Merci aux "Blockers" toujours mémorables, qui à un moment donné, semble-t-il, ont accroché des banderoles pornographiques sur les écrans d'ordinateur des hauts fonctionnaires. Grâce aux départements déchaînés et aux scandales qui les accompagnent dans les médias, vous et moi avons reçu des services gratuits d'« interdiction de contenu ». Mais ce n'est pas la panacée et, de plus, nous prive de la possibilité d'envoyer des SMS vers des numéros courts utiles. En effet, il faut lutter contre l'épidémie de maladies de contenu, et non offrir à la population des moyens de protection individuels.

Exemples

Troyens. Au sommet du hit-parade se trouvent les répartiteurs de chevaux de Troie logiciels qui rapportent à leurs propriétaires un revenu stable. Ces animaux se sont reproduits de manière incommensurable, et parmi eux deux variétés principales peuvent être distinguées : conditionnellement frauduleuses (légales) et carrément frauduleuses.

Avec les chevaux de Troie légaux, tout est simple : un programme gratuit populaire est intégré dans un MIDlet, qui envoie un ou plusieurs SMS payants à un numéro court lors du lancement du programme ou immédiatement après son installation. Le prix d'émission est généralement compris entre 300 et 1 000 roubles. pour le programme. Les opérateurs et les fournisseurs de contenu considèrent ces farces comme acceptables et légales ; le site de distribution contient un « Accord de licence » avec l'utilisateur du service. Le tour de passe-passe est que l'artisan du contenu vous prend de l'argent non pas pour le programme lui-même (quelqu'un d'autre et, en règle générale, gratuit), mais pour le courrier MIDlet même dans lequel le programme est emballé. Et pour vous "servir" avec la possibilité de télécharger deux douzaines d'applications à partir de la page Web du créateur de contenu. Agréable et légal.

Avec la seconde catégorie (manifestement frauduleuse), tout est bien plus intéressant. Le seul but du programme est de "traire" le solde du compte personnel, et il le fait magistralement. Il y a un excellent article sur Habré avec une analyse détaillée des éléments de conception du logiciel, quelques mots sur la fonctionnalité :

  • Le programme "imbriqué" dans le smartphone de manière régulière et imperceptible pour que le propriétaire envoie des SMS à des numéros courts
  • Pour autant que je sache, il fait référence au nord et reçoit des numéros courts et des préfixes "nouveaux" qui doivent être envoyés dans des messages SMS
  • Envoie des SMS pas au hasard, mais seulement s'il y a de l'argent sur le solde. Pour ce faire, le softinka intelligent envoie régulièrement et imperceptiblement à l'utilisateur une demande de solde USSD depuis la carte SIM
  • Bloque les SMS entrants du numéro de service 111 afin que l'utilisateur ne sache pas ce qui se passe plus longtemps.

Récupérer les numéros courts et les préfixes du programme sur le téléphone de l'abonné concerné, les comparer avec les numéros dans les détails des dépenses et trouver le "propriétaire" n'est pas une telle tâche. Selon vous, combien de voleurs ont été poursuivis pour l'escroquerie apparente et prouvable du cheval de Troie par SMS distribuée via une fausse "mise à jour du navigateur" et des mécanismes similaires ? J'ai bien peur qu'il n'y en ait pas un. Et s'ils avaient attiré quelques "artisans", l'épidémie de chevaux de Troie SMS se serait immédiatement calmée.

Pseudo-gains. Ici, les escrocs travaillent à grande échelle, "donnant" des voitures gagnées à tout le monde d'affilée. Au total, ils exigent de payer 35 700 roubles. un "devoir", et la voiture est à vous. Pour plus de crédibilité, ils rivetent un site-vitrine d'un concessionnaire automobile qui n'existe pas dans la nature, qui tire au sort une voiture en l'honneur de son 10e anniversaire. Le site décrit en détail toutes les conditions de la "promotion", de nombreuses rubriques restantes ne sont même pas remplies (erreur 404). Ils proposent de payer le "devoir" via le terminal, strictement sous la dictée du "gestionnaire". Comme vous l'avez compris, vous ne verrez plus une voiture ni votre argent. Le site du "concessionnaire" n'existe pas depuis longtemps, après avoir trompé certains "gagnants" crédules, il est transféré sur un autre serveur, le nom du concessionnaire automatique est modifié puis dans un cercle.

Il existe de nombreux sites de tels "concessionnaires automobiles", les régimes sont presque les mêmes. Certains escrocs proposent de payer 20 000 via le terminal et les autres 15 700 roubles. apportez de l'argent, des humanistes. J'étais intéressé par cette histoire avec un beau numéro direct 747-0707, qui se propose d'appeler «l'heureux gagnant». Il n'a pas été possible de passer (le numéro est toujours occupé), mais cela ressemble à un Skylink mobile direct. Le plus drôle, c'est que depuis au moins un an et demi, ce numéro a été inséré dans la plupart des messages SMS des escrocs en voiture et indiqué sur de faux sites avec d'autres numéros mobiles valides d'escrocs. Il est clair que le numéro direct est indiqué pour la solidité, et le « client » qui ne passe pas appelle son portable, mais ce numéro appartient-il à quelqu'un ? Et comment faites-vous pour que cela reste ainsi pendant des années ?

Spam "bonus". Un nouvel exemple d'un contenteur de spam tiré du forum. Le préfixe du « partenaire » de contenu est indiqué, donc avec une probabilité de 98 %, ce ne sont pas des « intrigues de concurrents » avec lesquelles les fournisseurs de contenu aiment se justifier. Pensez-vous que le développeur de contenu sera puni par AoS ou condamné à une amende ? Je doute. Tout au plus, ils bloqueront le préfixe du petit voleur.

Substitution du numéro de l'expéditeur. Il existe des passerelles et des services qui offrent le service de substituer n'importe quelle combinaison de caractères dans le champ "expéditeur". Les voleurs de contenu l'utilisent non sans succès, en envoyant des SMS comme s'ils provenaient de numéros courts payants. Récemment, j'ai lu une question totalement innocente envoyée au numéro de téléphone d'un vendeur d'ordinateurs portables. Seul le numéro court 9797 a été remplacé dans le champ "expéditeur", et un SMS de réponse coûterait 200 roubles.

En général, soyez prudent, attentif et ne croyez pas au fromage gratuit. Et ne vous fiez ni à "l'oncle de quelqu'un d'autre", ni à votre propre Roskomnadzor.

À propos du spam et du contenu

De nombreux spams sont directement liés à la fraude de contenu. Il est logique qu'il soit plus rationnel de combattre les deux phénomènes en parallèle. A moins, bien sûr, que la "masse des plans" ne se matérialise en mesures concrètes.

Comme je l'ai mentionné à plusieurs reprises, les envois de spam (y compris les spams par SMS) sont très souvent utilisés comme un outil pour "promouvoir" des services et des stratagèmes frauduleux. C'est naturel : tout spam implique l'intérêt financier ultime de l'expéditeur. Et le vol de contenu mobile est le moyen le plus court et le plus efficace de « monétiser » le spam. Il y a aussi la publicité "honnête" du magasin, mais les envois massifs sans adresse sont relativement rares ici. Plus souvent - publicité ciblée sur les numéros de téléphone que les clients ont imprudemment laissés dans le questionnaire, sur le site Web, etc.

Tous les envois de SMS sont ennuyeux, mais "liés" à des stratagèmes frauduleux sont également lourds de pertes financières pour les crédules et les inattentifs, il est grand temps de faire quelque chose à propos de cette honte. L'ennui, c'est qu'obliger les opérateurs à se débattre avec un outil qui augmente leurs revenus du contenu est une tâche ingrate. Le combat des abeilles avec le miel ne peut pas être efficace par définition. Dans la prochaine "loi sur les communications", on nous promet de nouveaux articles et dispositions qui devraient obliger les opérateurs mobiles à agir plus activement, même au détriment de leur bien-être financier.

À propos des spams

Il est actuellement impossible de bloquer légalement les spams, et il est également impossible de tenir le spammeur responsable. Ce que les expéditeurs sont heureux d'utiliser. Le prix de l'émission est littéralement un sou. Le coût de la carte SIM "gauche" plus la connexion du forfait SMS ou l'illimité conditionnel correspondant. Comme vous le comprenez, dans la plupart des cas, personne n'envoie ces messages manuellement depuis le téléphone, et même la présence physique d'une carte SIM n'est pas du tout nécessaire. Ces dernières années, les opérateurs ont commencé à limiter sévèrement le nombre maximum de SMS envoyés par jour au sein d'un même forfait illimité sous conditions. Cela ajoute des tracas et des dépenses inutiles aux spammeurs Turkey Clothing en Ouganda, ainsi que des abonnés supplémentaires et de l'argent pour les téléphones portables. Ces cartes SIM durent rarement plus de deux ou trois jours, car les numéros de téléphone sont bloqués en raison de plaintes pour fraude. Les opérateurs ne se paient pas pour la livraison des SMS, et dans les régions, il existe des options SMS assez intéressantes.

Il est désormais impossible de bloquer légalement les envois de spam, et il est également impossible de tenir le spammeur responsable. Ce que les expéditeurs sont heureux d'utiliser. Le prix de l'émission est littéralement un sou. Le coût de la carte SIM "gauche" plus la connexion du forfait SMS ou l'illimité conditionnel correspondant. Comme vous le comprenez, dans la plupart des cas, personne n'envoie ces messages manuellement depuis le téléphone, et même la présence physique d'une carte SIM n'est pas du tout nécessaire. Ces dernières années, les opérateurs ont commencé à limiter sévèrement le nombre maximum de SMS envoyés par jour au sein d'un même forfait illimité sous conditions. Cela ajoute plus de tracas et de dépenses aux spammeurs. Vêtements en Turquie en Ouganda Turquie Vêtements en Ouganda , et téléphones portables - abonnés supplémentaires et une certaine somme d'argent. Ces cartes SIM durent rarement plus de deux ou trois jours, car les numéros de téléphone sont bloqués en raison de plaintes pour fraude. Les opérateurs ne se paient pas pour la livraison des SMS, et dans les régions, il existe des options SMS qui sont assez attractives en termes de prix.

Le coût d'envoi de SMS peut être considérablement réduit en commandant une liste de diffusion auprès d'un opérateur ou de l'un des intermédiaires, mais c'est un sujet pour une discussion séparée.

La nouvelle loi "sur les communications" est censée définir le concept même de "spam" au niveau législatif et stipuler les mesures possibles pour lutter contre ce phénomène. Très probablement, des systèmes matériels et logiciels seront introduits pour analyser le contenu des SMS et bloquer rapidement les spams et les envois frauduleux. Légalement, l'opérateur n'a pas le droit de lire et d'analyser les textes des messages, ce qui est contraire à l'art. 138 du Code pénal (« Violation du secret de la correspondance, des conversations téléphoniques, des messages postaux, télégraphiques ou autres »). Mais il est tout à fait possible de prévoir un traitement automatique des messages et leur blocage pour certains mots et combinaisons de caractères. Tous les opérateurs disposent des solutions techniques adaptées et, selon les avis, sont déjà utilisés pour bloquer partiellement les envois franchement frauduleux. Il ne devrait donc pas y avoir de problèmes avec le lancement de systèmes comme Antispam.

À propos du contenu

Les mesures de lutte contre la fraude sur les numéros courts sont évoquées, tout est bien plus intéressant et déroutant ici. La proposition la plus radicale consiste à obliger les opérateurs à conclure des contrats séparés avec les abonnés pour la fourniture de services de contenu. Les opérateurs, bien sûr, s'y opposent catégoriquement, mais la question ici est de savoir comment cette règle sera mise en œuvre dans la pratique. Si, bien sûr, il sera mis en œuvre du tout.

Par exemple, ils ajouteront une clause distincte en surbrillance à l'accord et feront une case "pas d'accord" pour une coche. Nous avons toujours le droit de refuser la publicité lors de la conclusion d'un contrat de service, mais combien de personnes utilisent cette opportunité ? Par défaut, nous sommes tous d'accord sur tout. Maintenant, s'ils font un document séparé qui devra être signé. Mais les opérateurs ne permettront pas une telle honte, j'en suis sûr à 98 %.

Une autre option en cours de discussion est le deuxième compte séparé (solde) pour ceux qui souhaitent acheter du contenu et payer quoi que ce soit à partir de leur compte téléphonique. La proposition a été faite par Roskomnadzor et les opérateurs y ont réagi sans enthousiasme. Il y a deux arguments principaux :

  • La division du compte en comptes principaux et supplémentaires compliquera sérieusement les procédures de réapprovisionnement des comptes et de paiement des services
  • Les escrocs ont volé et continueront de voler de l'argent, seulement maintenant à partir d'un autre compte.

Cela semble logique, mais il y a aussi assez de ruse dans les arguments. Tout le monde est bien conscient que la plupart des voleurs de contenu vivent et profitent de la vie en raison du fait que l'abonné a de l'argent sur son bilan qui est nécessaire pour payer la connexion. Et, par conséquent, il y a toujours quelque chose à voler. Et s'il n'y a presque rien à voler, des «services» spéciaux viennent à la rescousse, développés et mis en œuvre avec prudence par les opérateurs. Par exemple, "Contenu abordable". Même avec 10 roubles au bilan, l'escroc est autorisé à vous "fermer" avec 300 roubles avec un horoscope précieux, puis la facturation de l'opérateur "vous met au comptoir" et ne vous permet même pas d'appeler, radiant soigneusement tous les réapprovisionnements de compte pour payer la dette du contenu. Si vous avez un compte séparé, une personne ne sera pas laissée sans connexion au moins par la grâce des escrocs, c'est un plus important. Pour cela, vous pouvez supporter certains inconvénients d'un solde supplémentaire.

Les opérateurs, bien sûr, déplorent unanimement et pleurent universellement au nom des abonnés pauvres, qui auront plus de mal à payer le stationnement, à participer à des projets caritatifs socialement significatifs et au télévote. Et puis il y a le métro très pratique qui va introduire la possibilité de réapprovisionner son e-ticket en envoyant un SMS à un numéro court spécial. J'ai peur que cette idée fasse l'objet d'un lobbying sous prétexte de prendre soin de l'utilisateur.

En général, "on verra", ça ne va pas tarder à attendre. Cependant, je ne compterais pas sur quelque chose de complètement radical. Malheureusement, nous nous sommes tous avérés être les otages de la situation actuelle, une trop grande partie des revenus des opérateurs provient de contenus « conditionnellement légaux », et en fait, frauduleux. En cas de coup sur l'épaule, non seulement les escrocs en souffriront, mais la réduction des bénéfices peut "se retourner contre vous" avec des augmentations de tarifs et / ou des réductions dans les programmes de construction et de modernisation.

Tout de même, cette obscénité de contenu frauduleux doit être résolue d'une manière ou d'une autre. Comme le montrent de nombreuses années d'expérience, les "raids" individuels contre les contrevenants individuels lors d'épisodes individuels de fraude sont très inefficaces. Pour rappeler au moins la récente initiative du SAF, qui a commencé par de fortes promesses d'enquêter de manière approfondie et de punir sévèrement les auteurs, notre matériel peut être lu ici. Comment tout cela s'est-il terminé ? Bref, rien de vraiment grave. Les opérateurs ont été « avertis de l'irrecevabilité » et à nouveau obligés d'informer les abonnés sur le coût des services et un éventuel abonnement à des services de contenus.Et quoi, les opérateurs ont inclus des systèmes d'informations obligatoires sur les tarifs des numéros courts (AoC - Advice of Charge) ? Bien sûr que non. Tout est resté tel qu'il était, et l'AoC est toujours utilisé de manière très sélective, pour punir à court terme les créateurs de contenu gravement délinquants. Peut-être, suite aux résultats de la «confrontation» avec le FAS, ont-ils commencé à surveiller d'un peu plus près l'exhaustivité des informations sur les sites Web des créateurs de contenu et autre chose sur les petites choses. Par exemple, MegaFon a introduit le service "Internet Click Cancellation" et a récemment écrit à ce sujet. Il est possible que d'autres opérateurs aient fait ou feront quelque chose de similaire, mais cela ne peut pas être qualifié de mesures drastiques.

Merci aux "Blockers" toujours mémorables, qui à un moment donné, semble-t-il, ont accroché des banderoles pornographiques sur les écrans d'ordinateur des hauts fonctionnaires. Grâce aux départements déchaînés et aux scandales qui les accompagnent dans les médias, vous et moi avons reçu des services gratuits d'« interdiction de contenu ». Mais ce n'est pas la panacée et, de plus, nous prive de la possibilité d'envoyer des SMS vers des numéros courts utiles. En effet, il faut lutter contre l'épidémie de maladies de contenu, et non offrir à la population des moyens de protection individuels.

Exemples

Les chevaux de Troie. Au sommet du hit-parade se trouvent les répartiteurs de chevaux de Troie logiciels qui rapportent à leurs propriétaires un revenu stable. Ces animaux se sont reproduits de manière incommensurable, et parmi eux deux variétés principales peuvent être distinguées : conditionnellement frauduleuses (légales) et carrément frauduleuses.

Avec les chevaux de Troie légaux, tout est simple : un programme gratuit populaire est intégré dans un MIDlet, qui envoie un ou plusieurs SMS payants à un numéro court lors du lancement du programme ou immédiatement après son installation. Le prix d'émission est généralement compris entre 300 et 1 000 roubles. pour le programme. Les opérateurs et les fournisseurs de contenu considèrent ces farces comme acceptables et légales ; le site de distribution contient un « Accord de licence » avec l'utilisateur du service. Le tour de passe-passe est que l'artisan du contenu vous prend de l'argent non pas pour le programme lui-même (quelqu'un d'autre et, en règle générale, gratuit), mais pour le courrier MIDlet même dans lequel le programme est emballé. Et pour vous "servir" avec la possibilité de télécharger deux douzaines d'applications à partir de la page Web du créateur de contenu. Agréable et légal.

Avec la seconde catégorie (manifestement frauduleuse), tout est bien plus intéressant. Le seul but du programme est de "traire" le solde du compte personnel, et il le fait magistralement. Il y a un excellent article sur Habré avec une analyse détaillée des éléments de conception du logiciel, quelques mots sur la fonctionnalité :

  • Le programme "imbriqué" dans le smartphone de manière régulière et imperceptible pour que le propriétaire envoie des SMS à des numéros courts
  • Pour autant que je sache, il fait référence au nord et reçoit des numéros courts et des préfixes "nouveaux" qui doivent être envoyés dans des messages SMS
  • Envoie des SMS pas au hasard, mais seulement s'il y a de l'argent sur le solde. Pour ce faire, le softinka intelligent envoie régulièrement et imperceptiblement à l'utilisateur une demande de solde USSD depuis la carte SIM
  • Bloque les SMS entrants du numéro de service 111 afin que l'utilisateur ne sache pas ce qui se passe plus longtemps.

Récupérer les numéros courts et les préfixes du programme sur le téléphone de l'abonné concerné, les comparer avec les numéros dans les détails des dépenses et trouver le "propriétaire" n'est pas une telle tâche. Selon vous, combien de voleurs ont été poursuivis pour l'escroquerie apparente et prouvable du cheval de Troie par SMS distribuée via une fausse "mise à jour du navigateur" et des mécanismes similaires ? J'ai bien peur qu'il n'y en ait pas un. Et s'ils avaient attiré quelques "artisans", l'épidémie de chevaux de Troie SMS se serait immédiatement calmée.

Pseudo-gagne. Ici, les escrocs travaillent à grande échelle, "donnant" des voitures gagnées à tout le monde. Au total, ils exigent de payer 35 700 roubles. un "devoir", et la voiture est à vous. Pour plus de crédibilité, ils rivetent un site-vitrine d'un concessionnaire automobile qui n'existe pas dans la nature, qui tire au sort une voiture en l'honneur de son 10e anniversaire. Le site décrit en détail toutes les conditions de la "promotion", de nombreuses rubriques restantes ne sont même pas remplies (erreur 404). Le «devoir» est proposé pour être payé via le terminal, strictement sous la dictée du «gestionnaire». Comme vous l'avez compris, vous ne verrez plus une voiture ni votre argent. Le site du "concessionnaire" n'existe pas depuis longtemps, après avoir trompé certains "gagnants" crédules, il est transféré sur un autre serveur, le nom du concessionnaire automatique est modifié puis dans un cercle.

Il existe de nombreux sites de tels "concessionnaires automobiles", les régimes sont presque les mêmes. Certains escrocs proposent de payer 20 000 via le terminal et les autres 15 700 roubles. apportez de l'argent, des humanistes. J'étais intéressé par cette histoire avec un beau numéro direct 747-0707, qu'ils proposent d'appeler "l'heureux gagnant". Il n'a pas été possible de passer (le numéro est toujours occupé), mais cela ressemble à un Skylink mobile direct. Le plus drôle, c'est que depuis au moins un an et demi, ce numéro a été inséré dans la plupart des messages SMS des escrocs en voiture et indiqué sur de faux sites avec d'autres numéros mobiles valides d'escrocs. Il est clair que le numéro direct est indiqué pour la solidité, et le « client » qui ne passe pas appelle son portable, mais ce numéro appartient-il à quelqu'un ? Et comment faites-vous pour que cela reste ainsi pendant des années ?

Bonus spam. Un nouvel exemple d'un contenteur de spam tiré du forum. Le préfixe du « partenaire » de contenu est indiqué, donc avec une probabilité de 98 %, ce ne sont pas des « intrigues de concurrents » avec lesquelles les fournisseurs de contenu aiment se justifier. Pensez-vous que le développeur de contenu sera puni par AoS ou condamné à une amende ? Je doute. Tout au plus, ils bloqueront le préfixe du petit voleur.

Substitution du numéro de l'expéditeur. Il existe des passerelles et des services qui offrent le service de substituer n'importe quelle combinaison de caractères dans le champ "expéditeur". Les voleurs de contenu l'utilisent non sans succès, en envoyant des SMS comme s'ils provenaient de numéros courts payants. Récemment, j'ai lu une question totalement innocente envoyée au numéro de téléphone d'un vendeur d'ordinateurs portables. Seul le numéro court 9797 a été remplacé dans le champ "expéditeur", et un SMS de réponse coûterait 200 roubles.

En général, soyez prudent, attentif et ne croyez pas au fromage gratuit. Et ne vous fiez ni à "l'oncle de quelqu'un d'autre", ni à votre propre Roskomnadzor.